christophe lemardelé
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Coup de tête

Suivi par 65 abonnés

Billet de blog 4 mai 2011

Décryptage du verbatim ou comment sauver le soldat Blanc

La réunion du 8 novembre 2010 à la FFF, publiée par Mediapart et commentée depuis par tous les médias, doit être analysée avec beaucoup de précision : en tenant compte de la discussion et non seulement de phrases isolées, et en tenant compte de l'évolution de cette discussion.

christophe lemardelé
enseignant, historien des religions
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La réunion du 8 novembre 2010 à la FFF, publiée par Mediapart et commentée depuis par tous les médias, doit être analysée avec beaucoup de précision : en tenant compte de la discussion et non seulement de phrases isolées, et en tenant compte de l'évolution de cette discussion. En opérant ainsi, il apparaît que les propos du sélectionneur Laurent Blanc se distinguent quelque peu de ceux des autres protagonistes que sont Blaquart et Mombaerts. Lorsque Mombaerts entame la discussion, il utilise des chiffres. On le sait, on fait dire aux chiffres ce que l’on veut. En disant : « Tu [Blaquart] as évoqué les statistiques sur les derniers résultats de l'Institut national du football (à Clairefontaine, NDLR): 4 internationaux A français (sélectionnés en équipe de France, NDLR), 26 internationaux étrangers. », il met en balance les 4 internationaux français contre les 26 internationaux étrangers. Or ce chiffre signifie que des jeunes formés à l’INF, seuls 4 eurent la possibilité de jouer en Equipe de France, les autres sélectionnés n’ayant pas été formés à Clairefontaine. Pourquoi présenter les choses ainsi ? visiblement pour provoquer une réaction. Blanc est le premier à réagir en se disant choqué. D’ailleurs, c’est lui que Mombaerts interpelle : « Qu’est-ce que tu en penses ? »Ensuite, Blanc développe son propos concernant le football moderne et le fait qu’un joueur puisse décider de porter un autre maillot national après avoir porté celui de la France dans les équipes de jeunes. Mais il prend ses précautions en précisant qu’il n’y a aucune connotation raciste dans ses propos. Blanc a à peine fini que Mombaerts et Blaquart entérinent aussitôt : « Donc il faut 30% ? » ; « Même pas » ; « Même pas ? » ; « Même pas ». Il semblerait que les deux protagonistes aient déjà pensé, voire discuté, de la question des quotas et qu’ils aient souhaité l’assentiment de Blanc. A partir du moment où ce dernier se disait être choqué par le rapport 4/26, ils pouvaient l’avoir de leur côté.Plus loin, les choses sont claires pour Blaquart, il faut faire un projet. Il dit d’ailleurs en avoir parlé au directeur de l’INF pour « mieux » sélectionner. Les quotas, pour lui, cela semble clair, voire incontournable. Mais lorsqu’il prend comme critère l’origine, Blanc résiste encore en disant qu’il peut y avoir d’autres critères : sélectionner d’autres types de joueurs. Autrement dit, Blaquart se base sur l’origine ethnique, Blanc sur des qualités physiques. Mais Blaquart ne tient pas compte de ce qu’il dit, il revient sur sa question de quota en affirmant qu’il faut le faire discrètement. Mombaerts poursuit en disant qu’à 13 ans on ne peut pas savoir : « ils vont te dire qu’ils se sentent français ». Blanc rétorque qu’il faut les aider à s’identifier et Blaquart conclut en disant : « il faut identifier ». Il y a là deux logiques contraires, une qui est, si l’on veut, éducatrice, l’autre qui vise à sélectionner sur des critères non sportifs.Tout le long de cette première partie de discussion, il semble donc y avoir un décalage entre les propos de Blaquart et Mombaerts d’un côté et ceux de Blanc de l’autre. Si l’un estime qu’il y a un problème d’identification au maillot national, les deux autres sont déjà sur l’idée d’une identification des futurs « traitres ». Il semble clair à ce moment de la discussion que Blanc est en dehors de toute volonté de sélection discriminante, contrairement aux deux autres intervenants.La suite de la discussion est différente car Mombaerts et Blaquart ont Blanc de leur côté, ils l’ont gagné à leurs idées, au besoin en utilisant des arguments fallacieux. Par exemple, Mombaerts dit que les clubs de Lyon et de Marseille pratiquent déjà une sélection ethnique, mais après l’intervention de Smerecki, s’opposant à ce projet discriminatoire, Mombaerts dit que les recalés de l’INF seront pris par les clubs professionnels, en distinguant donc cette fois les structures fédérales des clubs… La réaction de Smerecki est intéressante d’un point de vue éthique mais aussi du point de vue du football : il le dit bien, cette politique serait désastreuse, appauvrirait considérablement les équipes. Mais Blanc n’est peut-être déjà plus assez lucide pour répondre à la critique, il rétorque à Smerecki qu’il retourne l’argument – alors que lui-même a été retourné par les arguments des deux pro-quotas.La suite, on la connaît, Blanc va se mettre à défendre le projet des autres en y mélangeant ses propres conceptions sur le physique des joueurs, ce qui donnera l’équation « grands, costauds, puissants = blacks ». A la fin Mombaerts conclut sur son projet, ramassant les idées de Blanc sur d’autres types de joueurs qui auraient l’intelligence du jeu et en disant que « tout est lié »… Telle que la discussion a été publiée, on a l’impression que deux personnes voulaient faire dire au sélectionneur ce qu’il n’avait peut-être pas pensé dire au départ. Pour cela, ils se sont appuyés sur des chiffres qu’on peut lire de différentes manières et, probablement, sur la bonne foi d’un « contradicteur » qui frise la naïveté. Si ces deux hommes avaient voulu poser le débat de manière plus honnête, ils auraient mis en cause le nouveau règlement de la FIFA, non l’origine des joueurs. C’est vraisemblablement ce nouveau règlement qui choque Blanc, qui fait qu’un joueur choisit une équipe nationale comme il choisit un club. Mais il a dérapé et on lui a bien savonné la planche.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Un complot a été monté par la droite toulousaine pour torpiller une candidate LREM
Manipulation du fisc, de la justice et des médias : une enquête judiciaire lève le voile sur le piège tendu à une candidate LREM à Toulouse. Des SMS consultés par Mediapart accablent la patronne de la fédération LR, Laurence Arribagé, un cadre du fisc et un magistrat.
par Antton Rouget
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart