Michaël Hajdenberg
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Coup de tête

Suivi par 65 abonnés

Billet de blog 28 déc. 2009

Football, défense et identité de jeu nationale

Michaël Hajdenberg
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

En Afrique du Sud, personne ne sifflera la Marseillaise et c'est tant mieux, cela nous évitera de faux débats pour se concentrer sur le seul qui vaille en 2010: notre identité de jeu nationale.

Ne dites pas non à ce débat: le meilleur du football, ce n'est pas de « refaire le match ». C'est de l'imaginer. Et donc de sélectionner.

La polémique «Domenech or not Domenech» est derrière nous; il s'agit à présent de savoir qui jouera. Nous avons six mois pour trouver une équipe, six mois pour trouver une défense. Car si ça tient derrière, ça suivra devant.

Charnière axiale, débat central. Squillaci, Mexes, Abidal, Escudé ont des défauts propres mais un point commun: ils n'ont pas le niveau.

En revanche, il y a en France une charnière qui marche du feu de dieu: Marc Planus et Mickaël Ciani. Les défenseurs bordelais ont muselé les attaquants du Bayern et de la Juve. En championnat de France, ils se baladent. Ils ont des automatismes et ce qui manque à l'équipe de France : la confiance. Pourquoi ne pas les aligner ?

© 

La réponse tient en une question: Que fait-on de Gallas? Eh bien, courageusement (vous pouvez toujours chouiner, Monsieur Titi) on le met sur le banc. Parce que les meilleurs joueurs ne font pas les meilleures équipes.

Bordeaux déchire? Profitons-en! Deux buts encaissés en six matches de Ligue des champions (meilleure défense de la compétition); 12 petits buts pris en championnat, 5 seulement quand Planus et Ciani jouent ensemble.

Ces deux joueurs qui ne se connaissaient pas en début de saison se sont trouvés en moins de temps qu'il n'en faut à Squillaci pour se retourner. Il faut les prendre tous les deux: aligner l'un sans l'autre serait aussi ridicule qu'imaginer un attaquant nantais réussir en dehors de son club d'origine.

Ca plane pour Marc © 

On ne défend pas qu'à deux? Très bien: étendons la logique. Parce que franchement, si Carasso avait autant d'arrêts à faire que Lloris, ce n'est pas devant le gardien lyonnais que toute la France se pâmerait. Chalmé, à droite, n'a rien à envier à Sagna, transparent sous le maillot bleu. Quant à Trémoulinas à gauche, ne riez pas : dans deux ans, il sera meilleur qu'Evra.

Avec un autre girondin Alou Diarra en milieu défensif, on prendrait à peine plus de risques qu'en ouvrant une bouteille de Château Margaux.

Quoi? Laurent Blanc sur le banc pendant qu'on y est?! Vous êtes incorrigibles.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl