George PAU-LANGEVIN
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Crise à la FFF

Suivi par 1 abonné

Billet de blog 2 mai 2011

Trop de noirs dans le foot?

Ce qui gêne George Pau-Langevin, députée (PS) de Paris, «c'est de ne pas voir assez de minorités dites visibles dans d'autres domaines» que le sport.

George PAU-LANGEVIN
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce qui gêne George Pau-Langevin, députée (PS) de Paris, «c'est de ne pas voir assez de minorités dites visibles dans d'autres domaines» que le sport.

------------

Depuis quelques jours, les médias se font l'écho de la controverse autour de projets prêtés aux responsables du foot pour limiter le nombre de joueurs noirs en équipe de France. Les dénégations et les sanctions ont commencé à tomber et il faut se féliciter de ce qu'une politique de quotas soit récusée nettement. En effet, le réflexe courant face aux minorités visibles est précisément qu'il y en ait trop: trop dans les halls d'immeubles, trop dans les cages d'escaliers, trop dans les prisons, trop dans les équipes gagnantes en foot ou en athlétisme! Ce qui me gêne davantage dans ce débat, ce sont les arguments échangés: pour certains, il faudrait limiter le nombre de noirs car le football serait ainsi trop physique, trop fondé sur la force brutale, alors qu'en intégrant plus de blancs, il serait plus subtil, plus raffiné, plus malin! On n'a guère évolué sur l'image habituelle du noir dans la société française.

D'ailleurs, il est significatif de constater comment le débat oscille en permanence entre le fait que certains joueurs soient noirs, et le fait qu'ils aient une double nationalité, ce qui permet de mettre en doute leur patriotisme, comme le font à l'envi d'une manière plus générale les députés UMP pour les binationaux. On voit aussi le glissement permanent incitant à la suspicion contre des noirs complètement français comme Anelka, voire de deuxième génération, donc qui ne sont pas binationaux. On a l'impression que la xénophobie attisée par certains dans la société française se répand sur les terrains de sports jusqu'ici épargnés.

Au contraire, ce qui me gêne, c'est de ne pas voir assez de minorités dites visibles dans d'autres domaines sans que les mêmes consciences patriotiques semblent gênées de ce manque. Or, si nos élites intellectuelles, politiques ou médiatiques font peu de place à la diversité, en revanche les milieux du sport, notamment du foot, demeurent un débouché idéalisé pour les jeunes des quartiers populaires. Dans les années 1950, les icônes du foot étaient d'origine polonaise ou italienne. Aujourd'hui ils sont antillais, maghrébins ou africains, à l'image du prolétariat actuel.

Pour moi, l'équipe idéale serait plutôt black, blanc, beur à l'image de la France actuelle, que représentative d'une seule de ces composantes. Mais il faudrait sans doute se demander pourquoi, pour beaucoup de jeunes, l'affirmation dans le monde du sport, voire du rap, est la seule porte ouverte dans notre société. Il faudrait même voir de près, pour y remédier, le drame que représente pour trop de jeunes Africains la venue en Europe dans l'espoir d'être recruté par une équipe de foot, au risque d'y perdre sa santé, son intégrité physique et de finir clochardisé.

Le monde du sport n'est pas une bulle indépendante des difficultés de notre société actuelle, il est au contraire très représentatif de celle-ci. On ne peut donc intervenir sur les questions sportives sans appliquer les principes fondateurs de notre démocratie: la république est rétive aux quotas mais elle doit trouver le moyen d'assurer la diversité, à considérer comme une richesse. Il faut permettre aux jeunes des quartiers populaires de s'épanouir par le sport ou la musique, mais aussi dans la vie sociale, dans l'entreprise, dans la représentation politique. Il faut enfin que toutes les composantes de notre société se sentent également légitimes dans leur aptitude à participer aux grandes manifestations qui représentent notre pays. Tous les débats sont recevables à condition d'avoir comme impératif absolu le respect de la personne humaine.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Un complot a été monté par la droite toulousaine pour torpiller une candidate LREM
Manipulation du fisc, de la justice et des médias : une enquête judiciaire lève le voile sur le piège tendu à une candidate LREM à Toulouse. Des SMS consultés par Mediapart accablent la patronne de la fédération LR, Laurence Arribagé, un cadre du fisc et un magistrat.
par Antton Rouget
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI