La Fédération française de foot au sommet du cynisme

Comment le pays qui a vu jouer Raoul Diagne et Larbi Ben Barek, Trésor et Tigana, Zidane et Thuram, entre autres, en est-il arrivé là? Coup de gueule contre le «délire» français par l'Américain Laurent Dubois, professeur à Duke University (Etats-Unis) et excellent connaisseur des Bleus.

Comment le pays qui a vu jouer Raoul Diagne et Larbi Ben Barek, Trésor et Tigana, Zidane et Thuram, entre autres, en est-il arrivé là? Coup de gueule contre le «délire» français par l'Américain Laurent Dubois, professeur à Duke University (Etats-Unis) et excellent connaisseur des Bleus.

---------------

puceinvite.jpgComment exprimer les émotions suscitées par l'article sur les «quotas» racistes au sein de la Fédération française de football? Je suis, bien sûr, choqué. J'attends, comme tout le monde, plus d'informations, plus de détails, des réponses honnêtes et ouvertes de la part de la Fédération. Mais peut-être ne devrais-je pas être choqué, ni surpris. Après tout, les dernières années ont vu la banalisation, et la normalisation, de discours racistes dans beaucoup de secteurs de la vie française. Depuis des années, l'Etat lui-même, et les politiciens du plus haut niveau, ont véhiculé le message que les réflexes faciles de la xénophobie et de la provincialisation étaient acceptables, même dignes et nécessaires.

Mais choqué, je le suis quand même. Parce que nous sommes, dans le cas du football, vraiment dans un délire. Dans le cynisme pur. Et, pire, dans la trahison des valeurs fondamentales à la fois de la République et du sport.

Depuis un certain temps, j'ai perdu l'espoir que les institutions étatiques françaises abordent les problèmes du racisme d'une façon intelligente et systématique. Mais j'imaginais que le football, à cause de ses valeurs et sa structure, était capable de résister. Le terrain, malgré toutes ses imperfections et ses injustices, reste un espace où, sans ambiguïté, le talent, la brillance, le succès sont mis en évidence - irréfutables. C'est pour cela que les pionniers français du football mondial, notamment le fondateur de la Coupe de Monde, Jules Rimet, rêvaient que ce sport soit capable d'unir différents peuples, de créer un langage commun et d'aplanir les conflits. C'est pourquoi les équipes nationales de France, depuis leurs débuts, ont inclus des joueurs d'origines diverses, comme le Sénégalais Raoul Diagne et le Marocain Larbi Ben Barek durant les années 1930. C'est dans le football que, plus que dans beaucoup d'autres institutions françaises, les idéaux de l'égalité des chances, de la méritocratie, ont été vraiment appliqués.

Dans toutes sociétés, notamment aux Etats-Unis, ce sont souvent les défavorisés qui essayent d'utiliser le sport comme vecteur de mobilité sociale et économique. Cela n'a rien à voir avec des «capacités» où des «aptitudes» particulières. C'est le racisme, l'exclusion, les continuités de l'histoire qui créent cette situation dans laquelle le sport devient un des rares endroits à offrir au moins l'espoir d'un monde où le meilleur peut, à travers le travail et le talent, réussir. Le métier de footballeur est risqué, extrêmement difficile, et presque toujours raté. Mais beaucoup de jeunes qui se sentent enfermés, à cause de l'exclusion, dans des voies sans issue, s'investissent dans le sport avec espoir et détermination. Ils y ont longtemps été encouragés par l'Etat français lui-même, qui investi plus d'argent des les programmes sportifs que n'importe quel autre Etat européen, et a souvent mis en avant le sport comme forme d'action sociale. D'ailleurs, le sport à souvent été prescrit explicitement comme remède aux «problèmes» des jeunes de banlieue. Et les centres de formation de football, qui recrutent parmi ces jeunes, comprennent bien que le désespoir social nourrit l'espoir sportif.

Nous sommes donc, aussi ici, au sommet du cynisme. La société française a produit un système social qui réduit profondément les possibilités de certains jeunes. Elle a offert le sport comme échappatoire. Maintenant, on les accuse d'être les auteurs des problèmes dont ils sont les victimes. Après la dénonciation de l'idée des quotas comme tactique contre la discrimination, nous sommes maintenant face à l'idée de quotas pour la discrimination. Cela serait presque drôle, au moins ironique, si ce n'était pas si tragique.

Nous sommes aussi, bien sûr, dans le ridicule. Que serait le football français, ou le football mondial, sans Zidane, Henry, Thuram, Gallas, Makelele, Abidal, Diarra, Nasri, Benzema, Evra, Anelka, Malouda, et maints autres? Ces joueurs, prisés par les clubs les plus importants du monde, en Espagne, en Italie et en Angleterre, ont investi le terrain avec brillance tactique et technique. Qui comprenait mieux l'espace et la logique du jeu que Zidane? Quel autre milieu de terrain a eu la capacité et l'efficacité de Makelele? Quel autre défenseur a été aussi prisé que Thuram pendant ses années à la Juventus? Il n'y aurait pas d'étoile sur le maillot français sans Thuram et Zidane. Et avant eux, qu'aurait été la brillante génération de Platini sans Trésor et Tigana?

Comment une institution, la F.F.F., à laquelle ces joueurs ont tant offert, peut-elle accepter et même véhiculer ce type de propos? Comment expliquer ce déni de tout ce que l'institution devrait symboliser? Aveuglement? Jalousie? Ou pire?

Il nous faut maintenant plus que des démentis. Il nous faut une réfutation institutionnalisée et immédiate. Nous pouvons espérer aussi que d'autres joueurs vont suivre le chemin longtemps tracé par Lilian Thuram et insister pour que cela se fasse. Mais le plus urgent est que la Fédération admette que si le football souffre en France, cela n'a rien à avoir avec la couleur ou les origines des joueurs. C'est le résultat d'un système ossifié et sclérotique, avec un manque de diversité patente et inacceptable. D'ailleurs, cet article confirme ce que je soupçonne depuis un certain temps, c'est qu'un racisme ambiant dans le milieu du sport a précisément contribué aux conflits mis en évidence pendant la Coupe du Monde en Afrique du Sud. Ces incidents on été souvent vus comme le résultat de «l'insubordination» d'Anelka et d'Evra en particulier. Mais il est peut-être temps, à la lumière de ces récentes révélations, d'écrire cette histoire d'une autre façon.

La question de la double nationalité de certains joueurs est, certes, une question qui va préoccuper les sélections nationales, en France comme partout. Mais cela n'a rien à avoir avec beaucoup des joueurs dont il est question - notamment les nombreux Antillais. Il me semble que dans ce cas, c'est surtout un alibi. Les joueurs, après tout, sont aussi stratégiques dans leurs choix, et il est assez rare, parmi ceux qui sont sélectionnés pour l'équipe de France, de le refuser, car cela leur donne une visibilité et donc des possibilités professionnelles plus grandes que dans d'autres équipes. Bien sur, le racisme au sein de la FFF va probablement changer le calcul : nous allons voir, certainement, de plus en plus de joueurs allant vers d'autres sélections où ils ne sont pas identifiés comme un «problème».
Tout cela est particulièrement pénible pour moi parce que, Américain, je connais très bien l'histoire et l'impact de la ségrégation dans le sport, aux Etats-Unis, où a longtemps été propagée défendue l'idéologie de la suprématie des blancs. Refuser de joueur contre des athlètes ou des équipes noirs assurait aux blancs qu'il ne perdraient jamais contre ceux qu'ils considéraient comme inférieurs. (Le même danger a aussi été reconnu dans le cadre de l'empire français: Pierre de Coubertin, le fondateur des Jeux Olympiques modernes, a écrit que dans les colonies, il fallait éviter les victoires des sujets colonisés sur des équipes de colons, car cela véhiculerait un message dangereux.) Les combats de Jackie Robinson, Joe Louis, des Harlem Globetrotters, et de beaucoup d'autres a finalement cassé ce système, et d'ailleurs les sportifs ont servi de symboles extrêmement importants dans le mouvement des droits civiques. Mais plus tard, dans le basketball et le baseball, il y a eu des tactiques plus subtiles: pendant un certain temps, on a aboli le «dunking» dans le basket à l'université. La raison - jamais articulée ouvertement - était que certains joueurs noirs utilisaient la tactique avec beaucoup trop d'efficacité.

Les Français, souvent avec de très bonnes raisons, ont refusé d'imiter les «modèles» américains, dits «anglo-saxons». De voir le sport français en train d'imiter les pires moments du sport aux Etats-Unis est donc assez surprenant, d'autant que la France n'a jamais pratiqué de ségrégation sportive. Qui va, maintenant, faire le nécessaire, c'est-à-dire ouvrir un débat et un processus qui permettra au sport, et donc à la société française, de confronter et de renverser la banalisation du racisme, le cynisme, et la sclérose des institutions que cet article a mis en évidence? Le football est souvent le miroir de la société. Mais, au mieux, il peut aussi servir d'exemple, même d'éclaireur. Aujourd'hui, en France, cela est plus urgent que jamais.

• • • • •

Laurent Dubois est l'auteur de Soccer Empire : The World Cup and the Future of France (2010) et anime le blog Soccer Politics.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.