Billet de blog 4 mai 2015

Grande-Bretagne J-4, le «Guardian» s'engage pour le Labour

Les électeurs britanniques trancheront donc jeudi 7 mai. Cependant la situation et les sondages qui la reflètent sont tellement incertains que le verbe trancher ne semble plus du tout approprié à cette nouvelle échéance électorale.

Jean-Louis Legalery
professeur agrégé et docteur en anglais retraité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ed Miliband © Peter Nicholls / Reuters

Les électeurs britanniques trancheront donc jeudi 7 mai. Cependant la situation et les sondages qui la reflètent sont tellement incertains que le verbe trancher ne semble plus du tout approprié à cette nouvelle échéance électorale. Dans cette grisaille, un fait nouveau de taille a surgi samedi 2 mai par le biais d’un éditorial du Guardian, qui a décidé d’appeler à voter Labour. Il ne s’agit en aucun cas d’un choix d’exaltation et d’enthousiasme, mais plutôt d’un choix de raison ou plutôt par élimination. D’ailleurs l’article collectif du quotidien britannique commence en ces termes révélateurs, it is time to choose. Si le journal a toujours penché pour une tendance plutôt centre-gauche, il n’a jamais pris position clairement, comme il a pu le faire ouvertement en dehors du Royaume-Uni, en 1936, pour les Républicains contre le franquisme. 

Certes, en coulisses, lorsque le parti LibDem a été créé, bon nombre de journalistes et de cadres se sont engagés aux côtés de qu’ils pensaient être une troisième voie raisonnable et raisonnée, avant que le concept ne soit totalement détourné par Anthony Giddens, le gourou de Blair. De plus, la décision de Nick Clegg d’opter pour une funeste coalition inattendue avec les Tories, en 2010, en a douché plus d’un dans ce même quotidien. Donc le Guardian, pour justifier ce choix sans gaité de cœur, a énuméré les raisons qui le poussent à souhaiter Miliband au 10 Downing Street. Tout d’abord, la reprise économique dont Cameron se vante outrageusement demeure extrêmement fragile. Ensuite, les volontés nationalistes et religieuses semblent des menaces réelles pour l’antique ciment social du Royaume-Uni, et, là encore, Le premier ministre sortant n’apparaît pas comme un rempart rassurant. L’union est en danger pour le Guardian et Miliband a montré, pendant cette campagne, davantage de fermeté dans ce domaine que son concurrent conservateur.

Pour le Guardian, Cameron est un premier ministre faible, de plus en plus faible et flou au fil du temps sur l’Europe, sur le changement climatique, sur l’intégrité du Royaume-Uni et sur les droits de l’homme — on n’a pas oublié, par exemple, l’attitude particulièrement ambiguë face au lanceur d’alerte Edward Snowden (que le quotidien a courageusement et noblement défendu) et face aux agissements totalement illégaux des journalistes amis du groupe de Rupert Murdoch. Dans le domaine de la destruction du service public, et notamment du service de santé, Cameron est allé plus loin que Thatcher, ce qui semblait a priori impensable. L’attitude attentiste et hypocrite du même Cameron sur la volonté d’indépendance des Écossais fait émerger le paradoxe d’une sortie de l’union par l’Écosse parallèlement à une ré-affirmation de l’appartenance à l’Europe. C’est également le bipartisme qui semble mort pour le Guardian.

Et, en souhaitant la victoire du Labour, le quotidien appelle, surtout, de ses vœux une coalition qui reflèterait les aspirations des électeurs et non pas la volonté de survie de l’état-major conservateur. Les questions qui se posaient au début de la campagne électorale sur les qualités de Miliband demeurent, malgré des prestations télévisées un peu plus rassurantes. L’aveu de simplicité et d’honnêteté est clair, this newspaper has never been a cheerleader for the Labour party. On avait bien compris que la rédaction du Guardian n’entend pas jouer les pom-pom girls du travaillisme, mais la devise finalement très churchillienne est désormais, de deux maux il faut choisir le moindre…

* On notera que fidèle à son ambiguité légendaire et arriviste le Sun, fleuron populaire du groupe Murdoch, appelle à voter conservateur en Angleterre et SNP en Ecosse :

http://www.theguardian.com/politics/2015/apr/29/the-sun-backs-the-tories-for-election-but-scottish-edition-backs-the-snp

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat