Gordon Brown dérape et s'enfonce

Au cours d'une visite, dépourvue de l'habituelle mise en scène, à Rochdale, dans le Lancashire, en ce 28 avril 2010, Gordon Brown a, sans doute, plombé un peu plus ses chances de rester au 10 Downing Street.

Brown overhead calling voter 'bigoted' © ODN
Au cours d'une visite, dépourvue de l'habituelle mise en scène, à Rochdale, dans le Lancashire, en ce 28 avril 2010, Gordon Brown a, sans doute, plombé un peu plus ses chances de rester au 10 Downing Street.

Dans le cadre d'une conversation informelle avec Gillian Duffy, retraitée de 66 ans et électrice travailliste depuis toujours, l'actuel premier ministre a été vigoureusement interpellé sur les transports, l'immigration et l'éducation. Brown a fait bonne figure devant cette britannique révoltée, mais, une fois revenu à son véhicule et oubliant complètement qu'il avait un micro-cravate, il a donné libre cours à l'image que l'on connaît de lui, en coulisses, depuis quelque temps, en pestant : That's a disaster...that old bigoted racist woman...I should never have talked to her, flot d'amabilités qui signifient : cette vieille raciste sectaire est un désastre..je n'aurais jamais dû lui parler.

On peut se demander non seulement avec qui Brown va pouvoir parler désormais, mais également jusqu'où le parti travailliste va aller pour le soutenir. En effet, Nick Clegg a rectifié sa position, hier. Pour lui, travailler avec le Labour n'est pas exclu, mais avec Gordon Brown totalement impossible. Toutes les chaînes de télévision du Royaume-Uni se sont emparé de l'affaire, et Gillian Duffy a fait savoir qu'elle ne voterait pas Labour, cette fois.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.