Billet de blog 5 juil. 2013

Géraldine Delacroix
Journaliste.
Journaliste à Mediapart

Déconseiller, au besoin

Mediapart a toujours fait le pari de l'intelligence et de la confiance dans ses abonnés. C'est pourquoi nous avons choisi de mettre en place une nouvelle fonctionnalité dans les commentaires, celle de les déconseiller – au besoin.

Géraldine Delacroix
Journaliste.
Journaliste à Mediapart

Mediapart a toujours fait le pari de l'intelligence et de la confiance dans ses abonnés. C'est pourquoi nous avons choisi de mettre en place une nouvelle fonctionnalité dans les commentaires, celle de les déconseiller – au besoin.

Au besoin: entendons-nous sur le sens des mots. A commencer par le mot déconseiller en lui-même, que n'avons pas choisi au hasard. Nous n'avons pas proposé de fonction «j'aime» ou «je n'aime pas», de bouton + ou – : pour cela, nous pensons, comme ceux qui se sont exprimé depuis deux jours sur cette question, que mieux vaut argumenter, expliquer son accord ou son désaccord. En choisissant le mot Déconseiller, nous invitons le lecteur à réfléchir à son action, plutôt qu'à donner d'un clic son sentiment. Est-ce trop demander? 

Au besoin, donc. Déconseiller un commentaire, c'est signifier qu'il est hors sujet, désobligeant, répétitif peut-être, ou encore aux limites de notre charte de participation. Déconseiller un commentaire sensé, argumenté, parce qu'on n'est pas d'accord avec l'opinion qu'il exprime, c'est troller. S'amuser à tout déconseiller, c'est troller. Rappelons à l'occasion qu'il s'agit d'une fonctionnalité fréquemment demandée. A la fois pour désencombrer les fils de commentaires des moins pertinents d'entre eux, et, précisément, afin de ne pas censurer, mais au contraire de laisser à disposition des commentaires fortement controversés. 

La fonction Recommander a été mise en place il y a tout juste deux ans. Vous étiez alors un peu plus de 50 000 abonnés. Vous êtes aujourd'hui plus de 75 000 à écrire des billets (plus de 1500 blogs actifs), des articles d'édition (plus de 400 éditions créées), des commentaires (1 970 480 commentaires rédigés hier à 18h00. C'est pourquoi nous sommes convaincus de la nécessité de vous faciliter toujours plus la lecture et la navigation, dans les commentaires comme dans l'ensemble du site.

La semaine prochaine, nous allons poursuivre notre travail sur l'amélioration de l'ergonomie des fonctions que nous vous proposons, dont la plupart répondent à des besoins exprimés par nos abonnés. Peut-être faut-il, comme il nous a été suggéré, mettre en place une proportion de Déconseiller par rapport aux Recommander pour que le commentaire se replie (par exemple, deux fois plus de Déconseiller), et/ou un nombre minimal de Déconseiller, améliorer la clarté et la disposition de ces fonctions.  

Et pour la fin de l'année, c'est un renouveau semblable à celui du Journal qui sera mis en place dans le Club.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Violences sexistes et numérique : ça ne streame pas rond
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert