Syrine KRICHEN
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Des livres et nous

Suivi par 438 abonnés

Billet de blog 8 nov. 2020

La Peste de Albert Camus

Force est de constater que Camus était non seulement un témoin des émotions de son temps mais aussi un visionnaire. Le roman La Peste apporta à Albert Camus, la reconnaissance totale avec le prix Nobel de littérature en 1957. Oui, La Peste est un des grands opus de l’écrivain. D’ailleurs, qu’est-ce que la Corona aujourd’hui ? Et surtout, que nous dit La Peste de nous-même ?

Syrine KRICHEN
Commissaire d'exposition et écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Le roman La Peste apporta à Albert Camus, la reconnaissance totale avec le prix Nobel de littérature en 1957. Oui, La Peste est un des grands opus de l’écrivain. D’ailleurs, qu’est-ce que la Corona aujourd’hui ? Et surtout, que nous dit La Peste de nous-même ?

© Crédits Amélie Lalaudière


Tout débute à Oran, ville d’Algérie où les rats sortent de terre et viennent mourir aux pieds des hommes et des femmes. Elle court vite la Peste et vient s’installer en bubons, en fièvres et en souffrances révulsées si vite que le diagnostique vient heurter les protagonistes dans leurs vérités. Elle est là, dans les remparts d’Oran, dans ses cafés, sous les lampadaires au milieu des Oranais qui n’apprennent pas à vivre avec, car vivre avec signifierait déjà en mourir. Les volets des maisons se ferment, les lumières de la ville ne se reflètent plus dans le ciel des pestiférés, elle est évidence : elle, ce mal, se nomme La Peste.

Force est de constater que Camus était non seulement un témoin des émotions de son temps mais aussi un visionnaire en étant l’écrivain des existences, l’écrivain qui par conscience met l’homme face à cette seule absurdité : la maladie fulgurante, la mort qui à chaque instant se louvoie dans toutes nos attitudes de la vie : vie seule opératrice de la mort. Que la Peste soit un accident de voiture, une Peste sournoise et moderne comme notre corona, qu’importe les hommes habitent la Peste, comme la Peste modélise le moindre geste, la moindre parole, tait les plus belles histoires d’amour, crée des amitiés pour aussi vite les défaire, lie les hommes en définitive enfin aux éléments, au cosmos retrouvé. La Peste est le catalyseur du quotidien même médiocre, que l’on préfère revivre au réveil suivant, puis encore au suivant. Que l’on ne puisse plus enterrer les morts en solitaires, mais dans des fosses communes laissant ainsi toute l’aisance aux encore-vivants de vivre, le temps d’un dernier souffle, d’une dernière vague qui viendrait heurter la digue, d’une dernière représentation d’Orphée et d’Eurydice, car La Peste est la théâtralité même de la vie qui mène à la mort.

Camus lorsque l’on lui apprit qu’il avait le prix Nobel s’écria que c’était à Malraux de l’obtenir, plus tard après sa mort en janvier 1960 de l’écrivain, Sartre le refusa ; peut-être comme ce dernier défie envers son frère existentialiste ?

La Peste est aussi un écrit sur la gestion par les technocrates, tout comme les médecins ou les journalistes d’une crise loin d’être informe, car la peste est de retour, là au détour des ruelles de la ville d’Algérie, elle s’organise parallèlement aux process de l’Etat, aux états d’âmes des protagonistes du roman. La Peste est là puissante et vindicative et rien, rien pas même les plans, les pronostiques, les listes, les arrêtés, le couvre-feu ne peuvent stopper sa propagation.

Lorsqu’il reçut son prix, Camus commença par remercier son instituteur Monsieur Germain, qui dans son enfance l’avait poussé afin qu’il continue ses études, lui évitant peut-être La Peste d’une vie sans littérature, et sans philosophie. Lors de l’hommage rendu à Samuel Paty à la Sorbonne, cette lettre a été lue par une lycéenne, contre La Peste tentaculaire de l’obscurantisme islamique, du fascisme islamiste, contre ce corona donc qui s’infiltre dans le corps même de notre humanité. La Peste est multiple, elle est cette hydre, elle surgit, s’installe, puis s’éteint, après avoir fait son office, s’éteint après de multiples combats, elle s’éteint, s’épuise après avoir épuisé les hommes, là à terre, elle meurt, elle meurt, se fait oublier un temps, le temps au moins de toutes les reconstructions.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr