Syrine KRICHEN
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Des livres et nous

Suivi par 438 abonnés

Billet de blog 9 sept. 2020

Si tu cherches le Petit Prince : tu le trouveras

Dans ma bibliothèque, j’ai trouvé Le Petit Prince, dans sa version livre Pop-up, c’est du pop mais en mieux. Du sur-pop alors ? Du néo-populaire donc ? Non, c’est toujours et encore ‘Du pop eut l’air’ d’un somptueux livre et sa lecture renouvelée justifie toujours ce credo

Syrine KRICHEN
Commissaire d'exposition et écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans ma bibliothèque, j’ai trouvé Le Petit Prince, dans sa version livre Pop-up, c’est du pop mais en mieux. Du sur-pop alors ? Du néo-populaire donc ? Non, c’est toujours et encore‘Du pop eut l’air’ d’un somptueux livre et sa lecture renouvelée justifie toujours ce credo. Ce conte est écrit par l’aviateur Antoine de Saint-Exupéry, qui est mort dans son avion Lighting P38 lors d’une traversée de la Méditerranéependant la seconde guerre, mais où ? En 1998, un homme grenouille de la mer trouva une gourmette gravée avec le nom de l’aviateur. Le bracelet lui avait été offert par sa femme en 1942. Seulement, Saint-Exupéry est un aventurier qui pour rien au monde aurait souhaité laisser aux grandes personnes une trace de son passage sur terre. Il préfèrerait que l’on se souvienne à vie de son Petit Prince, qui rit encore du haut de son étoile peut-être même avec l’aviateur-aventurier.

Pour rien donc, dans notre espace-temps, Saint-Exupéry aurait égaré son casque soit son chapeau d’aviateur même dans la mer. Il faut relire ce conte pour se souvenir que ce chapeau est en fait la ligne dessinée d’un éléphant dévoré par un boa. Ainsi ce livre est littéralement pop, pop, pop… ‘Les grandes personnes ne comprennent jamais rien toutes seules, et c’est fatigant, pour les enfants, de toujours et toujours donner des explications.’

Le Petit Prince aime les couchers de soleil si nombreux qui jaillissent de sa petite planète.

Le Petit Prince aime une rose à quatre épines qui pique comme elle ment par amour.

Le Petit Prince ramone tous les jours les trois volcans de sa planète, même celui qui n’est plus en activité : on ne sait jamais !

Au début de l’histoire, Saint-Exupéry est seul dans le Sahara, avec un avion en panne de tout, et un matin il rencontre ce tout Petit Prince venu du ciel et tant bien que mal ils se comprennent. L’aviateur écoute le plus souvent les questions du petit homme et ce qu’il souhaite toujours : des réponses. Le Petit Prince, avant de croiser Saint-Exupéry a visité sur notre terre un jardin aux cinq mille roses, mais toutes plus fades que la sienne. Il y croisa aussi un renard qui lui apprit l’amitié et rencontra un serpent bien énigmatique.

Saint-Exupéry écrivit cette histoire pour l’enfant qui vivait toujours en lui, pour les enfants en nous et aujourd’hui il nage peut-être dans la mer qui longe Marseille, avec son ami le Petit Prince. Ainsi, dans les vagues tous les deux ils nagent peut-être le crawl avec un mouton. Et pour comprendre ce que vient brouter ce mouton ici, relis le livre, ou lis-le vraiment pour la première fois, en te mentant : non, non, non, je n’ai jamais rien ouïe sur le Petit Prince !

Saint-Exupéry, se rend vite compte que personne ne croira qu’il croisa dans le Sahara un jeune garçon blond, sage et fripon venu d’un astéroïde nommé l’astéroïde B612 qu’un Turc fagoté en Turc avait présenté à un parterre d’experts mais que personne ne cru. Alors un décret commanda au peuple Turc de s’habiller non plus en ottoman mais comme les Européens et alors devant la communauté mondiale tout le monde prit enfin au sérieux l’astronome et la véracité de cet astéroïde. Je ne suis pas certaine qu’aujourd’hui même en demandant aux Turcs de ne pas parler le turc mais l’espéranto, nous aimerions plus pour autant le président Erdogan, en tout cas le Petit Prince, lui l’aurait sans doute détesté, comme il aima peu la première planète qu’il avait visitée oùseul vivait un monarque absolu, mais aussi universel… ‘Les grandes personnes sont décidément bien bizarres, se dirait-il simplement en lui-même…’

Le Petit Prince pose en bis repetita ou en tierce répétée toujours des questions métaphysiques douces car avant d’atterrir sur la terre, il a visité d’autres planètes où habite un buveur qui boit pour noyer la honte de boire et puis boit à nouveau pour oublier sa honte. Sur une autre, il fait la connaissance d’un homme affairé qui compte des étoiles une à une avec le sérieux vicié d’un banquier débordé. Il croise aussi un géographe qui se refuse à quitter son bureau sans la rencontre d’aventuriers de l’espace comme le Petit Prince pour dire où se situe exactement les mers, les étoiles, les volcans, ou les forêts.

Ainsi, le joli Prince ne comprend pas ce que veut dire éphémère, car c’est à son existence que l’on comprend ce qui est éphémère ou ne l’est pas. Et puis, le Petit Prince lui ne s’intéresse qu’aux autres et à sa petite planète avec ses mauvais herbes, ses trois volcans à ramoner et sa rose si gracile avec ses quatre épines à protéger, sous une cloche, afin qu’un mouton sans muselière la dévore, et si vous vous demandez encore ce que vient brouter cet animal entre ces quelques lignes, ouvrez vite à nouveau le livre ! 

Si certains d’entre vous pensent que je vous ai infantilisé en vous parlant ainsi du Petit Prince et que j’ai actionné des raccourcis clavier peu protocolaires, je m’en excuse, car c’est toujours le Petit Prince une fois le livre ouvert, une fois le livre fermé qui refait parler l’enfant en nous. Sénèque dans La vie heureuse dit : Recherchons un bien qui ne vaille pas par sa seule apparence, mais qui soit solide, permanent, et d’une beauté d’autant plus grande qu’elle est plus secrète.’Et, dans ce livre est caché un simple secret qui s’écrit ainsi : ‘On ne voit bien qu’avec son cœur.’

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart