Un jour, un livre - «Le vol de la Joconde» de Dan Franck

Apollinaire et Picasso sont soupçonnés du vol de la Joconde après sa disparition du Louvre le 22 août 1911. Course poursuite réjouissante dans Paris...

Dan Franck, Le vol de la Joconde, éditions Grasset, 2019, 195 pages, 17 euros Dan Franck, Le vol de la Joconde, éditions Grasset, 2019, 195 pages, 17 euros
Je m’attendais à un roman policier sur les traces du célèbre tableau de Léonard de Vinci, et me voilà emportée dans une comédie. Le plus important dans ce livre n’est pas le vol de la Joconde, c’est le duo Picasso-Apollinaire, englués dans cette sale affaire de vol à laquelle ils sont liés bien malgré eux.

Mais avant que la police ne leur demande des comptes, nous allons suivre les deux amis dans le Paris bohème de 1911, du bateau-lavoir aux rues de Montmartre ; leur équipée est absolument savoureuse, constamment parcourue d’humour et de dialogues rythmés. C’est un peu loufoque, certes mais c’est aussi érudit, on y apprend beaucoup de choses sur le Paris artistique de l’époque, et en dépit des bons mots des deux compères, on perçoit aussi la misère des artistes, l’alcoolisme, la maladie. L’auteur se permet de temps en temps d’arrêter la narration de la course éperdue de nos deux fuyards pour reprendre la main et remettre en perspective l’histoire et le roman. Quand le « je » apparaît, soufflez, c’est le moment de vérité. Le procédé est original et efficace, le lecteur n’est jamais perdu !

Bien sûr l’écriture est à l’envi : rapide, sèche, percutante. Mais quand on fuit la police, pourrait-il en être autrement ? Ne boudez pas votre plaisir, ce livre est une lecture rafraîchissante, de qualité, aventureuse et savante !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.