Iegor Gran n'était pas en vacances !

Se moquer, est-ce bien charitable ?

Avant on les appelait des bourgeois qui, comme les cochons, deviennent vieux...

Maintenant on parlera de casseroles et de canards sans tête, c'est officiel, pour parler des gentils socio-démocrates moralisateurs qui savent principalement répéter ce qui leur semble, au jour dit, la parole du Bien.

Dans "ces casseroles qui applaudissent aux fenêtres", Iegor Gran nous propose une analyse percutante et jubilatoire de l'hypocrisie de la bien-pensance, souvent "de gauche" ou s'en revendiquant, qui a laissé détruire le pays par des fous confineurs. L'insensibilité et l'indifférence des classes moyennes et classes moyennes supérieures y est montrée en quelques traits*.

Face à l'obsession de ne surtout pas réfléchir, ne pas s'organiser, ne pas laisser d'autonomie à une population capable d'auto-organisation, détruire toutes les ressources administratives que nous avions, nos gouvernants ont imité dès qu'ils l'ont pu le pouvoir chinois. Celui-là même qui est dorénavant plus un partenaire commercial et technologique, voire un modèle politique à imiter, que  la dictature à tradition violente qu'elle évoquait il y a peu encore. Mais personne n'a tenté de réagir, et certainement pas les intellectuels, ou en nombre si petit et confidentiel, sans vague de fond qui aurait forcé les médias à proposer des pensées alternatives. 

Ce tout petit livre d'Iegor Gran fait plaisir car il confirme que tout le monde n'est pas aveugle, sourd, idiot, et n'a pas besoin de l'approbation des autres pour penser. Cynique, désabusé, mais sensible à la justice sociale : voilà comment il faut apprendre à regarder le monde. 

Reste à lire "La marche du canard sans tête" - ça semble sur les énarques. Le constat risque d'être le même, et sûrement on rira encore franchement. 

Dans la foulée : relire les discours de Jaurès, et reconnaître la vraie attention aux pauvres, aux exclus, aux marginaux, que se dire "de gauche" devrait impliquer. 

*J'avais fait une tribune sur médiapart "pendant que nous autres, de notre fauteuil" qui voulait exprimer les mêmes idées, mais sans oser sortir la rage qu'inspire la veulerie quotidienne et le recours à l'illusion d'être du côté de la raison et du civisme : Iegor Gran met le paquet sur la radicalité, et c'est là qu'il illumine notre journée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.