James Hansen veut une taxe carbone!

James Hansen, le climatologue en chef de la Nasa, et lanceur d'alerte historique aux Etats-Unis sur le changement climatique, souhaite l'établissement d'une taxe carbone aux Etats-Unis.

James Hansen, le climatologue en chef de la Nasa, et lanceur d'alerte historique aux Etats-Unis sur le changement climatique, souhaite l'établissement d'une taxe carbone aux Etats-Unis. Il l'a expliqué dans une lettre envoyée à Barack et Michelle Obama le 29 décembre.

 

La taxe carbone, c'est la pierre angulaire d'une refonte du système fiscal cherchant à décarboner les économies. Les produits seraient taxés en proportion de la quantité de CO2 nécessaire à leur fabrication et à leur acheminement jusqu'au consommateur (différentes hypothèses de calcul existent). En France, l'expert en énergie Jean-Marc Jancovici, fortement relayé par Nicolas Hulot, s'est fait l'avocat de cette mesure.

 

Pour James Hansen, il s'agit de taxer tous les produits et toutes les activités qui utilisent les hydrocarbures: "le public soutiendra cet impôt s'il leur est reversé, selon un mode redistributif (une demie part par enfant, avec un maximum de deux parts par famille), versé mensuellement sur leur compte bancaire. Pas besoin d'énorme bureaucracie. Une personne réduisant son empreinte carbone plus que la moyenne gagnera de l'argent. Une personne possédant de grosses voitures et une grosse maison paiera beaucoup plus d'impôt. Pas un centime n'ira à Washington. Aucun lobbyiste n'y gagnera de l'argent. Contrairement au système du marché de carbone, personne ne deviendra millionaire au frais du public".

 

Il en conclue: "la taxe carbone, c'est une mesure socialement bénéfique. Elle est est redistributive. Elle est utile à ceux qui se trouvent le plus dans le besoin en ces temps difficiles, car elle leur offre la possibilité de toucher plus d'argent qu'ils n'en paieront".

 

C'est intéressant qu'Hansen lance aujourd'hui cette idée dans le débat américain car la taxe carbone, également appelée "contribution climat énergie", était lors du Grenelle de l'environnemnt l'une des revendications les plus chères aux Ong. A leur grande déception, elle n'a pas été retenue dans les projets de loi Grenelle toujours en cours d'élaboration en ce début 2009. Une conférence de consensus devait avoir lieu sur la taxe carbone. Elle a été remplacée par une conférence d'experts qui devrait se tenir bientôt. La sortie d'Hansen, figure mondialement respectée sur le climat, relancera-t-elle le débat en France? Certain que les écologistes sauront utiliser ce nouvel épisode du "green deal" américain pour défendre leur vieille idée.

 

ps: en complément, ce papier sur les divisions au sein de la "green team" d'Obama (paru dans le New York Times). Où le journaliste rappelle les prcédentes déclarations d'Obama, très réticent à la création d'une teaxe carbone pour ne pas accabler les ménages américains. Mais c'était avant la lettre de Hansen...

 

ps2: et cette déclaration de Rex Tillerson, PDG d'ExxonMobil, cité par Bloomberg favorable à la taxe carbone, "moyen le plus efficace de refléter le coût du carbone".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.