Billet de blog 6 mai 2009

Appel pour une France durable

A force de parler de "développement durable" sans discernement, expression commode mais ambiguë, on finit par la vider de son sens. Changeons de paradigme! Par Isabelle Autissier, Robert Barbault, Allain Bougrain-Dubourg, Dominique Belpomme, Dominique Bourg, Gilles Clément, Philippe Desbrosses, Jean-Pierre Doussin, Caline Jacono, Jean Jouzel, Tristan Lecomte, Amélie Nothomb, Jéromine Pasteur, Nicolas Vanier.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A force de parler de "développement durable" sans discernement, expression commode mais ambiguë, on finit par la vider de son sens. Changeons de paradigme! Par Isabelle Autissier, Robert Barbault, Allain Bougrain-Dubourg, Dominique Belpomme, Dominique Bourg, Gilles Clément, Philippe Desbrosses, Jean-Pierre Doussin, Caline Jacono, Jean Jouzel, Tristan Lecomte, Amélie Nothomb, Jéromine Pasteur, Nicolas Vanier.

Pas un jour sans que les thèmes de la responsabilité sociale, environnementale et sociétale ne soient évoqués dans les déclarations des responsables et experts économiques et politiques, dans les médias, dans les conversations citoyennes.

L'ensemble des acteurs économiques se réclame aujourd'hui du « développement durable » - une expression qui trop souvent se limite à de bonnes intentions ou à des effets d'annonce, et peine à se traduire en actes. Au risque de se transformer en alibi pour continuer comme avant et poursuivre les atteintes portées à l'homme et à son environnement.

A force d'utiliser sans discernement cette expression commode mais ambiguë, on finit par la vider de son sens, par en réduire les exigences et les ambitions. Le caractère durable d'une activité ne peut se résumer à l'accroissement de la richesse économique, et il est incompatible avec l'utilisation sans limite des ressources naturelles ; la responsabilité environnementale et sociétale de l'entreprise ne peut se réduire au respect minimal de la législation en vigueur.

En cette période de Grenelle de l'environnement et malgré les avancées, force est de constater la distance entre l'intérêt que suscitent les enjeux environnementaux, sociaux et sociétaux dans l'ensemble de la nation, et la frilosité de bon nombre de décideurs économiques et politiques. Prenons garde au décalage entre les discours et les actes. Les enjeux ne se régleront pas à la marge dans un monde globalement inchangé ; ils nécessitent un changement concret, réel et immédiat.

Ne nous limitons pas à parler des générations futures tout en continuant à accroître leur dette. Ne cédons pas à la tentation de retarder la mutation. C'est maintenant qu'il faut agir, avec volonté, honnêteté, transparence et réalisme. Changeons de paradigme. Préparer l'avenir impose de réfléchir, changer, innover, agir dès aujourd'hui pour donner un sens à l'évolution, inventer une relation viable et harmonieuse avec notre environnement, et construire une économie plus solidaire et plus humaine.

Des solutions existent, ici en France! Agriculture durable et biologique, bâtiments autonomes en énergie, énergies renouvelables et non polluantes, modes de transport plus économes, économie sociale, commerce éthique et équitable, finance solidaire... Des individus et des entrepreneurs, encore minoritaires, mettent en œuvre des alternatives efficaces et économiquement viables. C'est ainsi qu'il faut oeuvrer pour l'essor d'une France durable dès aujourd'hui, pour demain et après-demain.

Nous appelons les responsables politiques et économiques à s'engager dans des actions déterminées :

  • Mener à leur terme toutes les réflexions et tous les enseignements de l'actuelle «crise», qui n'est pas seulement financière, pas seulement économique, mais aussi environnementale, sociale, éthique.
  • Considérer et valoriser des dispositifs alternatifs proposant des solutions pour
o minimiser l'impact des activités économiques sur les écosystèmes
o vivre et produire mieux avec moins de ressources
o maintenir et créer de l'emploi et de la richesse localement
  • Défendre des actions authentiques, honnêtes et transparentes, refuser les faux-semblants, les demi-mesures, le «green washing»
  • Donner du sens aux outils financiers en les mettant au service de l'économie réelle et de l'intérêt général
  • Innover et ouvrir les portes à l'imagination créatrice.

Vous tous, aînés et contemporains : politiques, intellectuels, entrepreneurs, fonctionnaires - acteurs du plus petit quotidien comme des plus hautes décisions, nous vous demandons de vous engager, en toute conscience, à mettre résolument en œuvre tout ce qui est en votre pouvoir, conciliant nécessités immédiates et intérêts à long terme, pour préserver nos chances et nos droits à espérer et à construire, à vos côtés et à votre suite, un avenir durable.
Pour le collectif de l'Appel pour une France durable,
Gilles VANDERPOOTEN, Président de l'Association Vive la Terre (Etudiant, 23 ans).
Avec les premiers signataires :
Isabelle Autissier, Navigatrice, Ecrivain
Allain Bougrain-Dubourg, Producteur-Journaliste
Robert Barbault, Ecologue
Dominique Belpomme, Cancérologue, Président de l'ARTAC
Dominique Bourg, Philosophe
Gilles Clément, Paysagiste, Jardinier, Ecrivain
Philippe Desbrosses, Agriculteur, Ecrivain
Jean-Pierre Doussin, Vice-Président de Max Havelaar
Caline Jacono, Présidente de Planet-D
Jean Jouzel, Climatologue, Vice-Président du GIEC
Tristan Lecomte, Fondateur d'Altereco
Amélie Nothomb, Ecrivain
Jéromine Pasteur, Exploratrice, Ecrivain
Nicolas Vanier, Aventurier, écrivain, réalisateur

Signez l'appel sur www.pourunefrancedurable.org

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart