dijOnscOpe
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Dijon / Bourgogne

Suivi par 18 abonnés

Billet de blog 10 avr. 2013

La Ve République est morte, vive la VIe ?

"Un grand coup de balai" pour nettoyer "un système qui révèle sa pourriture intrinsèque". C’est ce que préconisait Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de gauche, sur les ondes de France Info, vendredi 5 avril 2013. L’affaire Cahuzac, ministre du budget démissionnaire, est devenue du pain béni dans lequel le leader communiste se sert allègrement pour demander une "purification de l’insupportable atmosphère politique" française.

dijOnscOpe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Un grand coup de balai" pour nettoyer "un système qui révèle sa pourriture intrinsèque". C’est ce que préconisait Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de gauche, sur les ondes de France Info, vendredi 5 avril 2013. L’affaire Cahuzac, ministre du budget démissionnaire, est devenue du pain béni dans lequel le leader communiste se sert allègrement pour demander une "purification de l’insupportable atmosphère politique" française.

Ainsi, l’admirateur du défunt Hugo Chavez appelle "le peuple français, humilié et abaissé" par ce "spectacle lamentable" à manifester dans la rue le jour anniversaire du deuxième tour de l’élection présidentielle, le 5 mai prochain, par une "marche citoyenne pour la 6ème république". Une nouvelle ère politique qui figurait également dans le programme électoral d’Eva Joly, qui a annoncé sur BFMTV, lundi 8 avril, qu’elle irait manifester avec Jean-Luc Mélenchon et estime que "beaucoup de militants EELV seront aussi dans la rue".

Mais qu’est-ce qui se dissimule derrière cette 6ème République ? Quelle est-elle ? Est-elle seulement applicable ?

Aux origines de la 6ème République

L’idée d’une nouvelle République n’est pas nouvelle. Déjà au début des années 2000, une "convention pour la 6ème République" (C6R) a été initiée par un socialiste, aujourd’hui au gouvernement... Arnaud Montebourg. Motivée par une dépolitisation et une abstention grandissante des citoyens dans la vie politique, elle souhaitait instaurer un nouveau régime pour corriger les dysfonctionnements de l’actuelle République.

La C6R prônait un régime dans lequel les pouvoirs contrôlant le Parlement seraient plus performants, où le président de la République serait le garant de l’intégrité des nouvelles institutions, laissant donc plus de manœuvres d’exécution pour ses ministères.

Seulement, la 6ème République réclamée par le Parti de gauche se distingue assez nettement de cette version : "l’idée philosophique serait un retour à la première République, avec une assemblée au cœur de tout, c'est-à-dire un représentant direct du peuple. C’est au peuple de gouverner" explique Alexandre Emorine, référent jeune du parti en Côte-d’Or.

"L'envie d’une nouvelle République date déjà du début de l’actuelle" se prononce-t-il. Une affirmation qui s’avère juste selon Jean Vigreux, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Bourgogne : "le souhait d’une 6ème République est partagé par de nombreux concitoyens. Cette démarche est plurielle et ne peut se réduire à la seule propriété d’une organisation politique. C’est une prise de conscience liée aux différentes "affaires" qui ont scandé l’histoire de la 5ème République depuis ses premières années".

Une déconnexion entre élus et citoyens

Mise en cause, une déconnexion entre les citoyens et ses gouverneurs. "On ne veut pas que cette 6ème République soit basée sur une constitution qui sera rédigée par des techniciens et des experts", détaille Alexandre Emorine. Il considère au contraire que sa rédaction doit revenir à "une assemblée constituante" composée de citoyens qui ne seront élus dans aucune institution nationale et dont la participation à cette assemblée sera unique. Ces citoyens pourront alors "inscrire leurs revendications personnelles ainsi que leurs envies" dans cette constitution. "On voit clairement aujourd’hui que ce monde est déconnecté de la réalité, qui ne s’occupe pas assez, voire pas du tout de son peuple".

Les hommes politiques, tous pourris ? Jean Vigreux modère cet adage, considérant qu’il faut être d’une "malhonnêteté intellectuelle sans pareil" pour mettre tous les élus dans le même sac. "Ceux qui prônent le "tous pourris" mentent et utilisent de vieux schémas connus depuis la fin du 19ème siècle, dont les émeutes du 6 février 1934 en furent un exemple".

En revanche, l’époque où tout le pouvoir politique était confié à "une poignée d’experts" est désormais révolue, il faut alors "repenser les liens entre élu et peuple" avance le professeur d’histoire. En premier lieu, le mandat. "Son cumul dans le temps et dans les différentes fonctions électives n’est plus au goût du jour" précise-t-il, une limitation doit s’imposer d’elle-même.

Il faut "envisager un retour éthique fondé sur le respect du mandat" afin d’accoucher d’une "République exemplaire". Exemplaire également sur une séparation nette entre les trois pouvoirs. Si Jean Vigreux se réjouit de constater que "le pouvoir actuel a laissé la justice faire son œuvre", il souligne que ce ne fut pas toujours le cas par le passé. Un constat que partage également  Alexandre Emorine, pointant du doigt la stricte séparation des pouvoirs, "aujourd’hui bafouée, comme ce fut le cas lors de l’affaire Karachi" (Lire ici 20Minutes.fr).

Repartir de zéro

Quoi de plus simple que de repartir à zéro pour "renouveler la classe politique" ? Nouveaux dirigeants, nouvelles institutions, nouvelles assemblées... Mais pour quels garde-fous ? Alexandre Emorine considère que "les médias libérés de tout groupe industriel" seront centraux. "Réaffirmer le rôle des médias libres" comme leitmotiv : sans pression derrière les rédactions, les journaux pourront alors pleinement effectuer leur rôle de vigie sociétale.

Une autre solution pour renouer le lien torturé entre la classe politique et les Français : instaurer des révocations populaires, à l’instar de nombreux régimes sudaméricains. Elles permettent au peuple de mettre fin à un mandat électif avant son terme. Pour autant, ses contours sont flous et rien n’a encore concrètement défini la 6ème République, mais les principes généraux sont là.

Cependant, une question majeure reste en suspens : cette hypothétique République peut-elle être mise en place sur le court-terme ? "Bien sûr" répond Alexandre Emorine, "la convocation d’une assemblée constituante peut être annoncée demain matin par exemple, la réunion de celle-ci dans quelques mois et ensuite le changement de constitution peut aller très vite".

Alors que de l’autre côté du spectre politique, le son de cloche n’est pas le même : "c’est sans doute un coup de communication de Jean-Luc Mélenchon" avance Laurent Bourguignat, conseiller municipal UMP de Dijon (21). "Ce n’est pas responsable, c’est facile, c’est populiste, c’est démagogique. C’est irresponsable d’alimenter l’écœurement des Français et injuste vis-à-vis des élus locaux qui n’ont rien à se reprocher".

Simple coup de communication opportuniste de Jean-Luc Mélenchon ou authentique intention d’assainir la sphère politique ? Jean Vigreux ne tranche pas, mais explique "qu’il est temps d’en finir avec la 5eme République" et qu’il faut "redonner le goût irremplaçable de la démocratie aux citoyens... Refuser cette dimension, c’est courir le risque d’une dictature".

A lire sur dijOnscOpe :

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé