Ses éditions
Voir tous
  • Édition Dijon / Bourgogne

    dijOnscOpe, la fin d'une belle aventure?...

    Par
    Chers lecteurs,Créé le 1er septembre 2009, votre journal en ligne dijOnscOpe a subsisté pendant deux ans grâce aux revenus publicitaires, avant d’opter pour l’abonnement fin 2011. Un an plus tard, les abonnements ne suffisent pas à maintenir l’exploitation ; dijOnscOpe est placé en redressement judiciaire.
  • Édition Dijon / Bourgogne

    La Ve République est morte, vive la VIe ?

    Par
    "Un grand coup de balai" pour nettoyer "un système qui révèle sa pourriture intrinsèque". C’est ce que préconisait Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de gauche, sur les ondes de France Info, vendredi 5 avril 2013. L’affaire Cahuzac, ministre du budget démissionnaire, est devenue du pain béni dans lequel le leader communiste se sert allègrement pour demander une "purification de l’insupportable atmosphère politique" française.
  • Édition Dijon / Bourgogne

    Hollande veut «être jugé sur les résultats»

    Par
    Après une première journée en demi-teinte, François Hollande a repris les choses en main, mardi 12 mars lors de son déplacement en Bougogne. À Dijon puis à quelques kilomètres de là, dans la commune de Sombernon, il a détaillé, mais aussi expliqué les futures orientations de la politique du gouvernement de Jean-Marc Ayrault.
  • Édition Dijon / Bourgogne

    Le journalisme en question(s) : Donnez votre avis !

    Par
    L'amour vache...Pas facile de rétablir la confiance vue la crise que traverse actuellement le couple journalistes-lecteurs. Comme nous le disions à notre confrère Libération en janvier 2013, il faut arrêter de prendre les lecteurs pour des ânes (sic) : et oui, ils s’en rendent compte.
  • Édition Dijon / Bourgogne

    dijOnscOpe : Le redressement (judiciaire) productif !

    Par
    Chers lecteurs,Vous avez lu pléthore d’articles évoquant les difficultés des petites et moyennes entreprises qui tentent de sortir leur épingle de la crise ; dijOnscOpe ne fait pas exception à la règle. On nous l’a dit et répété : "Vous ne tiendrez pas 6 mois !" ; puis "Vous ne tiendrez pas 1 an", etc.