Quand l'intérêt de quelques-uns passe avant celui de tous les autres

Un jour, dans les années 80, un ami m'a dit : "Ton oblativité te perdra" Trente ans après de lourdes galères, je peux dire qu'il s'est trompé.

Buée turquoise, rédactrice de cette Edition vient de me retirer de ses contacts et j'en suis fort aise, cela m'évite de le faire.

Vous comprendrez pourquoi en lisant ses commentaires sur un billet qui n'avait absolument rien à voir avec le sujet du billet. C'est ici :

https://blogs.mediapart.fr/babette-grivinci/blog/100518/lettre-ouverte-marlene-schiappa/commentaires

Quant à Jérôme Henriquez, c'est une autre affaire.

Faire l'apologie d'A. H. juste parce qu'il était "végétarien", ça ne passe pas.

J'ajouterai aussi pour faire taire les mauvaises langues qui viennent d'un peu partout qu'il existe en effet des "vegan" qui ne sont vegan que pour être "à la mode", voire à "l'avant garde". Le sort des animaux, les souffrances qu'ils endurent dans tous les secteurs de leur exploitation, ils ou elles n'en ont rien à faire.

J'en connais une de près (c'est la petite amie du fils d'un couple qui fait partie de mes amis depuis des décennies). A la question que je lui ai posée, lors d'un repas fort sympathique : "qu'est-ce qui t'as fait devenir vegan ?", elle m'a regardée d'un air étrangement surpris et m'a répondu "ah tiens c'est une bonne question" mais elle en est restée là, comme si en fait elle se foutait de ma g...

Les parents qui aiment évidemment leur fils et qui est un garçon assez extraordinaire, sont très gênés par cette liaison. Ils ne l'apprécient pas du tout mais font semblant de l'accepter devant leur fils. Elle se comporte comme une nana très malpolie, s'amusant à dessiner sur le bord de la table pendant que nous sommes en train de dîner. Elle ignore radicalement qu'elle est  invitée chez eux et que la moindre des choses, si elle était bien élevée, serait de se comporter autrement.

Je fais peut-être partie d'une espèce en voie de disparition mais quand j'entends de nombreuses voix autour de moi, je me dis que non, bien au contraire! C'est pour cette raison que ma soi-disant oblativité (réelle cependant) finalement commence à porter ses fruits et j'en suis très heureuse.

Pas facile la vie quand même...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.