Jean-Michel M.
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Droits des animaux

Suivi par 204 abonnés

Billet de blog 31 mai 2020

Covid-19 : des abattoirs étasuniens procèdent à "un abattage de masse"

Ce qui se passe quotidiennement dans les abattoirs est horrible. Ce qui se passe aujourd'hui dans les abattoirs étasuniens l'est sans aucun doute encore plus. Et si nous profitions de cette crise sanitaire pour changer nos habitudes de consommation ? Un article paru aujourd'hui sur BRUT.

Jean-Michel M.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans les abattoirs américains, des millions d'animaux euthanasiés à cause des fermetures

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, des dizaines d'abattoirs ont dû fermer aux États-Unis. Les animaux sont tués dans des conditions épouvantables, selon les associations.

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19 aux États-Unis, des millions d’animaux sont euthanasiés dans les abattoirs américains. Des dizaines d'abattoirs ont dû fermer, et les travailleurs du secteur doivent se débarrasser des bêtes. Les associations de protection des animaux dénoncent des conditions d’euthanasie épouvantables.

Les producteurs de viande ont procédé au « dépeuplement » de millions d’animaux

Le taux d’infection au Covid-19 est particulièrement élevé dans les abattoirs : près de la moitié des foyers d’épidémie du pays y seraient apparus. La concentration humaine, les rythmes intenses de production, la faible protection des travailleurs ainsi que la taille des abattoirs sont autant de raisons qui peuvent expliquer la multiplication des cas.

Mais la fermeture des abattoirs par mesures d’hygiène a créé une situation dramatique pour les animaux d’élevage. Les producteurs de viande ont procédé au « dépeuplement » de millions d’animaux, selon leurs termes.

Plus de 10 millions de poulets ont déjà été abattus

Ce dépeuplement survient alors même que les banques alimentaires du pays signalent une demande sans précédent. « Je travaille dans ce domaine depuis plus de 30 ans, et je n’ai jamais rien vu de tel. Même lorsque les usines sidérurgiques ont fermé, la demande n’a pas augmenté autant », assure Sheila Christopher, présidente de Hunger-Free Pennsylvania.

À ce jour, plus de 10 millions de poulets ont déjà été abattus, et le même nombre de porcs devront l’être d’ici à septembre 2020. Le contexte de l’épidémie a justifié le recours à des méthodes particulièrement brutales.

Une méthode qui revient à « cuire les porcs vivants »

Dans l’industrie porcine, une des techniques autorisées est l’arrêt des ventilations avec ajout de CO2 dans les porcheries. Selon l’ONG Mercy for Animals, cette méthode revient à « cuire les porcs vivants ». D’autres méthodes sont aussi utilisées : le tir au pistolet, l’électrocution, ou l’assommage des porcelets contre le sol.

L’industrie de la viande, de son côté, demande aux éleveurs de garder le silence sur la situation. Le 28 avril, le Conseil national du porc a délivré le message suivant aux travailleurs des abattoirs : « Réfléchissez à deux fois avant de poster sur les réseaux sociaux des messages montrant ce qui peut se passer en ce moment dans les fermes. Les décisions que prennent les éleveurs sont extrêmement difficiles et sensibles. »

Depuis avril, de plus en plus d’abattoirs reprennent leurs activités

Depuis le 29 avril 2020 toutefois – date à laquelle Donald Trump a catégorisé l’industrie de la viande comme un secteur crucial – de plus en plus d’abattoirs reprennent leurs activités, et le « dépeuplement » diminue.

Les abattoirs ont été des foyers de contagion du Covid-19 dans plusieurs pays à travers le monde, soulevant de nombreuses questions sur la protection sanitaire des travailleurs dans ce secteur, ainsi que sur la fragilité de cette chaîne d’approvisionnement alimentaire.

Accès à l'article ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier