Lien 27 juil. 2010

"Stage de journalisme musical" au festival Jazz à Junas

L''intitulé apparaît page 14 du programme de la 17e édition du festival Jazz à Junas (du 21 au 24 juillet) : "stage de journalisme musical". C'est une première pour la manifestation, probablement aussi dans un festival de jazz et dans un festival de musique.

Sebastien Rome
directeur d'école
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://www.lemonde.fr/festivals-de-l-ete/article/2010/07/24/stage-de-journalisme-musical-au-festival-jazz-a-junas_1391744_1383721.html

L''intitulé apparaît page 14 du programme de la 17e édition du festival Jazz à Junas (du 21 au 24 juillet) : "stage de journalisme musical". C'est une première pour la manifestation, probablement aussi dans un festival de jazz et dans un festival de musique.

Deux modules sont proposés, du mardi 20 au dimanche 25 juillet, presse écrite et audiovisuel. Guy Lochard, professeur à l'université Paris-3 Sorbonne nouvelle et l'un des responsables de l'association Jazz à Junas, organisatrice du festival, explique : "Dans beaucoup de festivals de jazz, il y a des master class avec des musiciens. Ils transmettent leur savoir, leur expérience à d'autres musiciens. C'était un peu l'idée de départ, adaptée au journalisme et à la critique musicale."

35666230356337653462633361373730

De fait, si le journalisme s'enseigne, la critique, elle obéit à des notions où la subjectivité, le style, la passion sont mises en jeu. "Notre propos est d'abord de nous adresser à des journalistes, ajoute Philippe Marion,formateur de ce stage, pianiste de jazz, journaliste à Le Vif-L'Express, l'édition belge de l'hebdomadaire L'Express. Y-a-t il des techniques spécifiques, un vocabulaire, pour rendre compte d'un concert, pour écrire sur la musique et en particulier sur le jazz ? Est-ce qu'un entretien avec un musicien se mène comme avec un politique, un financier ? La question de la critique vient en plus."

"LÀ JE DÉCOUVRE TOUT"

Pour la presse écrite, l'une des salles de l'école de Junas a été transformée en salle de rédaction. Avec ordinateurs portables et écran de projection. ClaireIsabelle, Catherine et Estelle sont au travail de tôt le matin à tard le soir. La première est journaliste culture à La Gazette de Nîmes : "Je suis l'actualité culturelle de la région, dont la musique, du baroque au rock, mais avec des lacunes dans le domaine du jazz. Sur son histoire, les termes qui permettent d'en parler." La deuxième est l'une des responsables de la Médiathèque de Mauguio, pas très loin de Junas : "De plus en plus souvent on nous demande de rédiger des présentations sur les disques en prêt, les livres, les DVD. Pour moi il s'agit d'être plus à l'aise avec l'écrit." La troisième est étudiante à Institut supérieur de communication et publicité de Montpellier : "Là je découvre tout. Les techniques de base, ce que doit identifier un journaliste, ce qu'il doit garder, la rapidité d'exécution…"

Après les séances sur les techniques de base, les travaux pratiques. Mercredi 21 juillet, entretien avec le guitariste Noël Akchoté. Philippe Marion ne leur a pas choisi le plus simple des clients, même pour des journalistes aguerris. "Nous lui avons demandé de nous parler de musique mais, il était plutôt dans l'envie de parler de politique." Avec une présentation du musicien et sous la forme d'un entretien avec questions et réponses – genre qu'elles voient plutôt réservé aux politiques, aux scientifiques… – il faudra rendre 3 000 signes environ. Mais les réponses sur la musique ne sont pas vraiment satisfaisantes. On suggère de changer l'angle de l'entretien mais quid du propos du stage. Dilemme.

"BON, IL Y A PLUSIEURS TRUCS QUI NE VONT PAS…"

Autre approche, celle du compte-rendu du concert. Ce sera celui de la soirée du même jeudi 22, avec le trio du saxophoniste Jérôme Sabbagh et le quintette Contact. L'exercice inquiète un peu. Est-ce qu'il faut mettre beaucoup d'éléments d'ambiance, avec des réactions du public ? L'excès d'adjectifs, et lesquels, est-il une facilité ? Un film, un livre se racontent, un tableau se décrit, mais la musique ? Et si le concert est ennuyeux ? Elles auront tout le temps de la soirée pour profiter de la prestation, la nuit pour se reposer et une partie de la journée du vendredi pour mettre tout ça au clair, rédiger, échanger leurs impressions.

Le journaliste du Monde, lui, retourne à son hôtel dès la fin du concert et rédige en espérant ne pas avoir été trop brumeux sur le coup de 2 heures du matin. Les responsables de l'édition du jour doivent avoir reçu le papier à leur arrivée entre 6 heures et 6 h 30. En cas de problèmes, angle mal défini, phrases mal rédigées voire obscures, ce sera le coup de téléphone accompagné du rigolard "dis-donc coco, t'étais pas en forme. Bon, il y a plusieurs trucs qui ne vont pas… " La version améliorée est attendue dans une demi-heure. La royale grasse mâtinée jusqu'à 8 heures est le signe que tout va bien. Deux ou trois jours plus tard, peut venir un "au fait coco, pas mal du tout ton papier de l'autre jour". En option.

Sylvain Siclier

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis