Marc Tertre
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Musiques à vivre

Suivi par 59 abonnés

Billet de blog 12 sept. 2018

Rachid Taha: mort d'une mémoire active

Rachid Taha vient de nous quitter. Et ça fait comme un trou dans notre mémoire. Mémoire qui comptait tant pour lui ! Reste des balises dans nos cœurs et dans nos souvenirs de ces petits momments de bonheur musical qu'il nous a prodigué avec constance. Petit florilège en guise d'hommage à celui qui a beaucoup compté pour nos luttes, pour nos rencontres , pour nos amours,

Marc Tertre
Education populaire (science et techniques), luttes diverses et variées (celles ci qui imposent de "commencer à penser contre soi même") et musiques bruitistes de toutes origines
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il s'était fait connaitre avec le groupe "carte de séjour" qui avait ressorti une vieille scie de Trenet et l'avait "orientalisé" :

Douce france. Mais lui même le savait bien : la france n'avait rien de doux pour les "populations issues de l'immigration" : cette maratre avait au contraire des trésors de cruauté et de violence à dernination de ceux de ses enfants à la peau trop bronzée, aux cheveux trop bouclés et aux propos trop insolents.

Rachid Taha & Carte de Séjour - Douce France © REORIENT

La france d'alors n'était pas si douce que ça pour les "populations issues de l'immigration" L'est elle plus maintenant qu'elles sont devenue soit "issues de la diversité", soit "musulmanes" (donc dangereuses) : il est permis sérieusement d'en douter.

Mais "Cartes de séjour", c'était autre chose qu'un "hit" : un son, une énergie, une vision politique aussi. Sans complaisance, mais sans

Ci dessous un reportage passionnant d'Alain  Maneval en 1982 sur Carte de séjour "Et son chanteur Rachid". Au passage, rendons également hommage à Alain Maneval, qui a fait découvrir tant de pépites et de "bons plans" musicaux. Issus des "radios libre", il était passé par Europe 1 et s'en était fait virer pour avoir appeler au boycott du principal annonceur de la radio Shell (responsable de la marée noire du Torrey Canyon en 1979)

Carte De Séjour © doesitfeelgoodtoyou

Celui ci s'était rapidement retrouvé en solo C'était la période de montée du Front national et il en avait sorti le son qui allait servir de point de ralliement à nos mobilisations Un ensemble de chansons qui nous permettait de dire notre dégout du racisme, notre peur contre la montée du fhaine, notre méfiance envers les solutions paternalistes, la récupération politique, etc. Et tout ça s'était condensé en une chanson. Chanson qui eu (malheureusement là aussi) des tas de nouvelles versions, car elle était malheureusement prémonitoire.

Voila voila qu'ça recommence

Rachid Taha Voila Voila © ELAYATT ABDELHAKIM

Avec ses paroles, toujours d'actualité (hélas !)

La leçon n'a pas suffit
Faut dire qu'à la mémoire on a choisi l'oubli
Partout, partout, les discours sont les mêmes
Etranger, tu es la cause de nos problèmes
Moi je croyais qu'c'était fini
Mais non, mais non, ce n'était qu'un répit

Voilà, voilà...

La leçon n'a pas suffit
Faut dire qu'à la mémoire on a choisi l'oubli
Dehors, dehors, les étrangers
C'est le remède des hommes civilisés
Prenons garde, ils prospèrent
Pendant que l'on regarde ailleurs

Mais il avait aussi entrepris un "travail de mémoire", et réhabilité la mémoire des débuts de l'immigration Mémoire musicale en ce qui le concerne mais qui évidemment convoque toute l'histoire de l'immigration maghrébine, dans ses différents aspects . Sa reprise du "ya raya" du grand Dabmane El Arrachi avait remporté un grand succés mais au dela du buzz, c'était aussi une démarche politique qui retrouvait la mémoire perdue des anciens. Le "Chaabi de l'immigration" dans les bars populaires de Barbés, dans les "couscous" de lyon, marseilles, lilles, et tant d'autres diffusaient "la musique du pays" mais aussi les luttes, les réves et les souffrances de celui (car on interdisait alors à l'immigré maghrébin le "regroupement familial") venu travailler ici "  Dans les tranchées la pelle m’a fatigué / Avec le chef que des embrouilles / Le chômage fait des ravages / Pour l’Arabe c’est toujours Non ! / Y’a pas d’embauche c’est trop tard / Le directeur il n’est pas là / Tu t’appelles Ali et pas Bernard. " chantait alors Mohamed Mazouni, un chanteur que Rachid Taha a repris également...

Rachid Taha - Ya Rayah © rokko

ci dessous, la version originale de Dahmane El Harrachi

clip ya rayah Dahmane el Harachi © akimdemars

Mais il avait également repris les clash (le groupe punk engagé politiquement dans "Rock against Fascism")

Rachid Taha - Rock the Casbah © RachidTahaOfficial

Reste ses compositions à lui, son énergie, sa lucidité, sa générosité aussi

Quelques exemples moins connus, mais tout aussi convaincantes :

rachid taha -ach adani (oriental club edit) © Salma Dahab
Rachid Taha - Barbes © DeepFreeze11

 Je remercie beaucoup les participants et participantes actifs qui ont permis d'enrichir les contenus et également de corriger certaines erreurs factuelles : que soit remerciés ici Gilliane et tous les autres qui ont permis que ce billet soit meilleur !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat