Rachid Taha: mort d'une mémoire active

Rachid Taha vient de nous quitter. Et ça fait comme un trou dans notre mémoire. Mémoire qui comptait tant pour lui ! Reste des balises dans nos cœurs et dans nos souvenirs de ces petits momments de bonheur musical qu'il nous a prodigué avec constance. Petit florilège en guise d'hommage à celui qui a beaucoup compté pour nos luttes, pour nos rencontres , pour nos amours,

Il s'était fait connaitre avec le groupe "carte de séjour" qui avait ressorti une vieille scie de Trenet et l'avait orientalisé :

Douce france

Rachid Taha & Carte de Séjour - Douce France © REORIENT

La france d'alors n'était pas si douce que ça pour les "populations issues de l'immigration" L'est elle plus maintenant qu'elles sont devenue soit "issues de la diversité", soit "musulmanes" (donc dangereuses) : il est permis sérieusement d'en douter.

Mais "Cartes de séjour", c'était autre chose qu'un "hit" : un son, une énergie, une vision politique aussi. Sans complaisance, mais sans

Ci dessous un reportage passionnant d'Alain  Maneval en 1982 sur Carte de séjour "Et son chanteur Rachid". Au passage, rendons également hommage à Alain Maneval, qui a fait découvrir tant de pépites et de "bons plans" musicaux. Issus des "radios libre", il était passé par Europe 1 et s'en était fait virer pour avoir appeler au boycott du principal annonceur de la radio Shell (responsable de la marée noire du Torrey Canyon en 1979)

Carte De Séjour © doesitfeelgoodtoyou

Celui ci s'était rapidement retrouvé en solo C'était la période de montée du Front national et il en avait sorti le son qui allait servir de point de ralliement à nos mobilisations Un ensemble de chansons qui nous permettait de dire notre dégout du racisme, notre peur contre la montée du fhaine, notre méfiance envers les solutions paternalistes, la récupération politique, etc. Et tout ça s'était condensé en une chanson. Chanson qui eu (malheureusement là aussi) des tas de nouvelles versions, car elle était malheureusement prémonitoire.

Voila voila qu'ça recommence

Rachid Taha Voila Voila © ELAYATT ABDELHAKIM

Avec ses paroles, toujours d'actualité (hélas !)

La leçon n'a pas suffit
Faut dire qu'à la mémoire on a choisi l'oubli
Partout, partout, les discours sont les mêmes
Etranger, tu es la cause de nos problèmes
Moi je croyais qu'c'était fini
Mais non, mais non, ce n'était qu'un répit

Voilà, voilà...

La leçon n'a pas suffit
Faut dire qu'à la mémoire on a choisi l'oubli
Dehors, dehors, les étrangers
C'est le remède des hommes civilisés
Prenons garde, ils prospèrent
Pendant que l'on regarde ailleurs

Mais il avait aussi entrepris un "travail de mémoire", et réhabilité la mémoire des débuts de l'immigration Mémoire musicale en ce qui le concerne mais qui évidemment convoque toute l'histoire de l'immigration maghrébine, dans ses différents aspects . Sa reprise du "ya raya" du grand Dabmane El Arrachi avait remporté un grand succés mais au dela du buzz, c'était aussi une démarche politique qui retrouvait la mémoire perdue des anciens. Le "Chaabi de l'immigration" dans les bars populaires de Barbés, dans les "couscous" de lyon, marseilles, lilles, et tant d'autres diffusaient "la musique du pays" mais aussi les luttes, les réves et les souffrances de celui (car on interdisait alors à l'immigré maghrébin le "regroupement familial") venu travailler ici "  Dans les tranchées la pelle m’a fatigué / Avec le chef que des embrouilles / Le chômage fait des ravages / Pour l’Arabe c’est toujours Non ! / Y’a pas d’embauche c’est trop tard / Le directeur il n’est pas là / Tu t’appelles Ali et pas Bernard. " chantait alors Mohamed Mazouni, un chanteur que Rachid Taha a repris également...

Rachid Taha - Ya Rayah © rokko

ci dessous, la version originale de Dahmane El Harrachi

clip ya rayah Dahmane el Harachi © akimdemars

 

Mais il avait également repris les clash (le groupe punk engagé politiquement dans "Rock against Fascism")

Rachid Taha - Rock the Casbah © RachidTahaOfficial

 

Reste ses compositions à lui, son énergie, sa lucidité, sa générosité aussi

Quelques exemples moins connus, mais tout aussi convaincantes :

rachid taha -ach adani (oriental club edit) © Salma Dahab

 

Rachid Taha - Barbes © DeepFreeze11

 Je remercie beaucoup les participants et participantes actifs qui ont permis d'enrichir les contenus et également de corriger certaines erreurs factuelles : que soit remerciés ici Gilliane et tous les autres qui ont permis que ce billet soit meilleur !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.