Marc Tertre
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Musiques à vivre

Suivi par 60 abonnés

Billet de blog 24 août 2012

Marc Tertre
Education populaire (science et techniques), luttes diverses et variées (celles ci qui imposent de "commencer à penser contre soi même") et musiques bruitistes de toutes origines
Abonné·e de Mediapart

Wikileaks et la liberté d'expression : Michael MOORE et Oliver STONE s'engagent

Marc Tertre
Education populaire (science et techniques), luttes diverses et variées (celles ci qui imposent de "commencer à penser contre soi même") et musiques bruitistes de toutes origines
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les deux cinéatres ont fait connaitre leur opinion dans un article publié sur le site web du New York time

Vous trouverez ci dessous la traduction de cet article par mes soins

WikiLeaks and Free Speech By MICHAEL MOORE and OLIVER STONE

 Wikileaks et liberté d'expression


Nous avons passé notre carrière en tant que cinéastes souvent confrontés au fait que les médias aux États-Unis omettent souvent d'informer les Américains sur les actions plus contestables de notre propre gouvernement. Par conséquent, nous avons été profondément reconnaissants pour le travail de devoilement de WikiLeaks, et saluons la décision de l'Équateur d’accorder l'asile diplomatique à son fondateur, Julian Assange, qui vit maintenant à l'ambassade équatorienne à Londres.

L'Equateur a agi en conformité avec les principes fondateurs  du droit international et des droits de l'homme. En effet, rien ne pouvait plus démontrer le bien-fondé de l'action de l'Equateur que la menace du gouvernement britannique de violer un principe sacro-saint des relations diplomatiques et d'envahir l'ambassade affin d'arrêter M. Assange.

Depuis la création de WikiLeaks, il a révélé le «Assassiner Collateral" des images qui montre le meurtre apparemment aveugle de civils à Bagdad par un hélicoptère Apache attaque des États-Unis; plus fine de détails sur le vrai visage de la guerre en Irak et en Afghanistan, des États-Unis collusion avec la dictature du Yémen à cacher notre responsabilité de grèves bombardement là, la pression de l'administration Obama sur les autres nations de ne pas poursuivre l'ère Bush responsables d'actes de torture, et bien plus encore.

On pouvait s'y attendre, la réponse de ceux qui préfèrent que les Américains restent dans l'obscurité a été féroce. Les deux principaux candidats à la prochaine présidentielle  démocrates comme républicains  ont ainsi traité M. Assange de «terroriste high-tech." Et la sénatrice Dianne Feinstein, la Démocrate de Californie qui dirige le « Senate Select Committee on Intelligence » la commission sénatoriale sur les services de renseignement,  a demandé qu'il soit poursuivi en vertu de la Loi sur l'espionnage. La plupart des Américains, les Britanniques et les Suédois ne savent pas que la Suède n'a pas formellement accusé M. Assange d'aucun crime. Au contraire, il a émis un mandat d'arrêt contre lui pour l'interroger sur des allégations d'agression sexuelle en 2010.

Toutes les allégations doivent être examinées minutieusement avant que M. Assange se déplace dans un pays qui pouvait le mettre hors de portée de la justice suédoise. Mais ce sont les gouvernements britannique et suédois qui se dressent sur la voie d'une enquête, et non M. Assange.

Les autorités suédoises ont voyagé à l'étranger pour mener des interrogatoires en cas de besoin, et le fondateur de WikiLeaks a fait clairement sa volonté d'être interrogé à Londres. En outre, le gouvernement équatorien a fait une offre directe à la Suède pour permettre à M. Assange d’avoir une entrevue dans le cadre de l’enquéte dans l'ambassade de l'Equateur. Dans les deux cas, la Suède a refusé.

M. Assange s'est également engagé à se rendre en Suède immédiatement en échange d’une promesses du gouvernement suédois qu'il ne l'extrade pas aux Etats-Unis. Les autorités suédoises n'ont manifesté aucun intérêt dans l'exploration de cette proposition, et le ministre des Affaires étrangères Carl Bildt a récemment déclaré à un conseiller juridique de M. Assange et WikiLeaks que la Suède ne pourrait pas prendre un tel engagement. Le gouvernement britannique aurait également le droit, en vertu du traité pertinent pour empêcher l'extradition de M. Assange vers les États-Unis en provenance de Suède, et a également refusé de mettre en gage qu'il utiliserait ce pouvoir. Toutes les tentatives de l'Equateur afin de faciliter cet arrangement avec les deux gouvernements ont été rejetées.

Dans l'ensemble, les actions des gouvernements britannique et suédois donnent à penser que leur véritable programme est d'obtenir le départ de M. Assange vers la Suède. En raison des différences entre la réglementation anglaise et suédoise et d'autres considérations annexes, il aurait probablement pu être plus facilement extradé à partir de là aux États-Unis pour faire face à des accusations d’ors et déjà préparées par le gouvernement américain. M. Assange a toutes les raisons de craindre une telle décision. Le ministère de la Justice des USA a récemment confirmé qu'elle continuait à enquêter sur WikiLeaks, et divulgué que «l'enquête américaine sur la conduite criminelle possible par M. Assange est en cours depuis plus d'un an. WikiLeaks  a lui-même publié des e-mails de Stratfor, une société privée de renseignement, qui stipulent qu'un grand jury a déjà déjà préparé l’acte d'accusation secret de M. Assange. De nombreux exemple montrent que la Suède cède systématiquement aux pressions des Etats-Unis. En 2001, le gouvernement suédois a ainsi livré deux demandeurs d’asiles Egyptiens à la CIA, qui les recherchait. Celle-ci  les a ensuite livré au régime de Moubarak, qui les à soumis a des actes de torture et de barbarie *


Si M. Assange est extradé vers les États-Unis, les conséquences se feront sentir pendant des années à travers le monde. M. Assange n'est pas un citoyen américain, et aucun de ses actions n’ont eu lieu sur le sol américain. Si les Etats-Unis peuvent poursuivre un journaliste, dans ces circonstances, les gouvernements de la Russie ou de la Chine pourraient, dans la même logique, exiger que les journalistes étrangers partout sur la terre puissent être extradés pour avoir violé leurs lois. La possibilité d’acceptation d'un tel précédent devrait concerner tout le monde que l’on soit  admirateurs de WikiLeaks ou pas.

Nous exhortons le peuple de Grande-Bretagne et la Suède à exiger que leurs gouvernements réponde à certaines questions fondamentales: Pourquoi les autorités suédoises refusent d'interroger M. Assange à Londres? Et pourquoi ne peut ni promesse du gouvernement que M. Assange ne sera pas extradé vers les États-Unis? Les citoyens de la Grande-Bretagne et la Suède ont une occasion rare de prendre position pour la liberté d'expression au nom de l'ensemble du globe.

Michael Moore et Oliver Stone

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar