s'entendre sur ce qu'il faut entendre par :"education"

JE suis désarçonnée par le disparate de nos implicites sur "l'éducation": parfois j'ai l'impression que certains n'y reconnaissent qu'une méthode apte à déceler, à provoquer, favoriser, très tôt l'esprit de rebellion ; ou bien à chercher chez l'élève ce que l'enseignant est censé lui apprendre,  et lui offrir les situations, ou imaginer les sitations où il manifestera ce qu'il savait à son insu et qui vaut tout autant que le savoir  de l'enseignant, Quelquefois on peut avoir l'impression que sont recyclées les méthodes dontil convient de faire le point sur les changements irréversibles du meilleur de leurs apports,quitte à faire le décompte des invariants de Freinet , dont l'Ecole bénéficie, reconnaissons-le: alors a-t-elle jeté l'eau du bain et gardé le bébé ou jeté le bébé' et gardé l'eau du bain?

 Mon invariant serait plutôt le suivant-mais il y en a bien d'autres- ce qu'on peut appeler aussi confiance, espoir etc je l'ai appelé simplement humanisme aveugle qui reconnaît intelligence égale et pefectibilité à tous les élèves de même que le devoir d'éthique humaniste reconnu, vérifié chez les enseignants:et cela évidemment dès le primaire, sans réserve.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.