Des enfants pratiquent la participation pendant leurs loisirs.

Cent cinquante enfants âgés de 6 à 13 ans, issus de centres de loisirs de la Seine-Saint-Denis se sont donnés rendez-vous au gymnase des Franc Moisin à Saint-Denis. Depuis plusieurs mois ils préparent cet évènement : échanger leurs savoirs avec d'autres camarades. Le principe de cette initiative est de proposer un lieu, une infrastructure, des temps de rencontres aux enfants afin qu'ils puissent vivre et faire vivre à d'autres des activités ludiques, artistiques, culturelles ou sportives...

Pendant plusieurs mois, ils s'y sont excercés, au centres de loisrs, à l'école, chez eux. Louise a fait et refait ses enveloppes géantes, avant de tester comment elle allait s'y prendre pour expliquer à des tout-petit la technique des pochoirs pour personnaliser la décoration. François, 8 ans, m'explique qu'il a découvert de nouveaux origami sur un site que son grand frère lui a fait découvrir. Mais il ne les avait pas encore fait faire à des copains, alors il présente les pliages qu'il connait, presque les yeux fermés. Quelle fièreté de ses deux copines de présenter l'art imaginaire, à partir des revues d'art moderne. Des créations en émergent avec une feuille de canson noire, une feuille de calque, des feutres multicolores. Leur attention, leur concentration ne sont pas perturbées par l'initiation danse que proposent Medhi et Carmen. Au début de matinée, les initiés, les mordus s'y risquent. En fin d'après midi ce sont cinquante enfants qui improvisent une impro-dance sur les musiques du monde. Enfin, parmi la trentaine d'ateliers proposés par les enfants, animés par les enfants, valorisés par les enfants, pratiqués par les enfants il y a aussi les animateurs qui en apprennent énormément. Dehors se joue une balle au capitaine. Il fait frais, cela n'empêche nullement des équipes de dix douze de se déployer sous les panneaux de basket. Les deux arbitres 10 et 12 ans expliquent d'abord les règles simples, le but du jeu, présentent les limites du terrain. Puis au fil des parties les enfants joueurs inventent des variantes, des tactiques "qu'ils disent"...

Une journée au coeur des loisirs collectifs d'enfants qui montre toute un palette d'apprentissages informels en acte. D'abord un partage de savoirs faire, illustrés par les paroles simples des enfants qui expliquent clairement aux autres comment ils peuvent faire.Tout de suite, au bout de quelques secondes, chacun prend son fil et ses aiguilles pour tricoter, les catalogues récupérés pour découper des images colorées, roulées en petites billes forment les perles d'un bracelet brésilien. L'un ou l'une a des difficultés, patiemment, le meneur-enfant, prend le temps de lui expliquer, parfois avance une solution... et laisse faire. Le tatonnement expérimental essentiel chez Freinet se déploie sous nos yeux dans ces multiples activités de loisirs. Les adultes, éducateurs que nous somme assitent médusés aux entraides en acte, nous sommes témoins de  cet enfant qui part à la recherche de sacs poubelle pour couvrir la table et la protèger des éclaboussures du plâtre qui perlent des masques indiens. J'appelle çà le savoir se débrouiller, un savoir inventé avec les moyens du bord !

Comme quoi c'est bien en participant que nous apprenons, c'est bien en apprenant que nous participons.  Je me pose la question de savoir s'il y a une distinction ? Quelles limites entre les deux ? Ou quel entre-deux les relie ? Les enfants, eux ne se posent pas ces quetions, ils les vivent tout simplement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.