La Cleggmania se tasse un peu, mais demeure

A l'issue du deuxième débat de la campagne électorale britannique en cours, télévisé sur Sky News depuis Bristol le jeudi 22 avril, l'aura du chef de file des Lib-Dems, Nick Clegg, maintient son avance sur ses deux concurrents, tout en retombant légèrement. Selon un sondage réalisé par ICM pour le Guardian, immédiatement après la confrontation des trois leaders, il apparaît que 33% des téléspectateurs britanniques considèrent que Nick Clegg est le vainqueur de cette nouvelle joute oratoire, alors que Cameron et Brown ne recueillent que 29% des faveurs. Les chiffres sont beaucoup plus serrés qu'à l'issue du premier débat, ce qui ne surprendra personne, dans la mesure où le syndrome de l'inattendue fraîcheur du nouveau venu ne pouvait que s'émousser.

Néanmoins, Nick Clegg se maintient au sommet de la vague, ce qui, en soi, est déjà extrêmement étonnant. S'il s'agit d'une confirmation des changements qui s'annoncent à l'horizon de la démocratie britannique, il faut, cependant, nuancer l'engouement certain que provoque le leader Lib-Dem par le détail du sondage. En effet, 35% des téléspectateurs considèrent que Gordon Brown sera le prochain premier ministre, contre 33% David Cameron et 26% Nick Clegg. La semaine dernière, à la même question c'est le chef des conservateurs qui arrivait en tête avec 33% contre 29% à Brown.

Invités à décider qui, des trois protagonistes, a la plus forte personnalité, et, de fait, prendrait les décisions les plus appropriées pour le Royaume-Uni, 43% pensent que c'est l'actuel premier ministre. Ils ne sont que 34% à penser la même chose pour Cameron et seulement 18% pour Clegg. Ce dernier prend largement sa revanche sur la question relative au candidat qui apporte le plus de changement dans la vie politique. Ils sont 51% à considérer Clegg comme le meilleur dans ce domaine, une hausse de 7 points par rapport au 15 avril. Le sortant de Downing Street n'obtient qu'un lugubre 14% à la même question.

Nick Clegg est également consacré comme le plus anti-politician. Conduits à faire la part entre communication et contenu réel, les britanniques vissés à leur petite lucarne ont conclu que Cameron représente 47% de communication (vocable poli pour évoquer le brassage d'air chaud), Brown 28% et Clegg 19% seulement, qui se voit donc décerner un prix de sincérité et de sérieux. Embellie immédiatement tempérée par la question suivante : 38% ont vu Gordon Brown comme le plus convaincant, pour 33% ce fut Cameron, alors que Clegg ne se voit attribuer qu'un mince 25%.

Enfin, il faut prendre en considération une question, en apparence anodine, mais qui pourrait renforcer la tendance qui monte depuis quelque temps, à savoir un nouveau Lib-Lab pact. En effet, 30% des électeurs travaillistes pensent que Nick Clegg est le vainqueur de ce deuxième débat. Le Lib-Lab pact, une idée qui fait son chemin.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.