Confiné·es à résidence c’est là con signe… ?

Monsieur le Président, je vous fais une lettre, que vous lirez peut-être… brûle à nos lèvres, soyez-en certain... texte de Rajel, ou David contre Goliath

Monsieur le Président, je vous fais une lettre, que vous lirez peut-être… brûle à nos lèvres, soyez-en certain...

Confiné·es à résidence c’est là con signe… ?

Une heure de sortie par jour, nous délivrons nous-même nos propres laissez-passer... nos autorisations... sinon attention, le grand méchant loup va nous faire casquer ! 135 € par-ci, 1500 € par là... comme si on avait envie de se faire choper par ce satané virus... Quelle mascarade !

Faut bien que vous trouviez de quoi payer les primes promises lors de votre première intervention sur les ondes… non ? puisque vous n’avez toujours pas sollicité ceux pour qui vous travaillez en sous-main et dans le plus grand des cynismes ?
Mais quel est donc ce grand œuvre auquel vous vous destinez ? Vous en espérez quoi ? De l’avancement... de la reconnaissance peut-être ? par vos pères... ces géants de la finance qui ne laiss
ent entrevoir par leur cupidité et soif de pouvoir, que de sombres desseins pour l’Humanité, et qui ne sont même pas fichus de présenter spontanément quelques financements, pour fabriquer un seul de ces masques ; sans compter tout ce qu’il faut mettre urgemment en place et à disposition des personnels soignants...

Et en plus vous nous prenez pour des cruches ! ou des veaux...

Monsieur, ne vous faites pas plu
s l’algorithme de l’ENA et BERCY réunis que vous n'êtes.

En tant que chef de l'État et représentant du peuple français, vous vous devez dans le plus bref délai – et ceci ne doit être que votre seule préoccupation – de mettre tout en œuvre, pour que le personnel soignant et toutes les professions mobilisées au quotidien puissent enrayer au plus vite cette pandémie, je vous le rappelle, au péril de leur propre vie.
Moi, citoyenne lambda, je vous somme de tenir votre engagement lors de votre investiture et d’agir en conséquence pour le bien du peuple, et de l’Humanité.


Et soyez-en sûr Monsieur, on se
rappellera à vous à la sortie…

Rajel ou David contre Goliath

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.