Fréchendets : un désir de démocratie directe. Acte I.

Suite au 2ème tour des municipales, Fréchendets, petit village de 40 âmes citoyennes, sis dans les Baronnies des Pyrénées (département 65) a élu son conseil municipal et sa maire. L’équipe municipale prévoit de porter un projet de démocratie participative.

L’aventure a commencé il y a un an, quand quelques habitants du village, intéressés par l’idée de démocratie directe se rendent au 1er Forum Démocratique organisé par les gilets jaunes de Bagnères-de-Bigorre. Quelques mois plus tard, trois réunions auront lieu au sein du village afin de débattre de l’intérêt d’ouvrir l’administration de la commune au plus grand nombre possible. Ces réunions rassemblèrent entre 19 et 25 participants, sur les 33 habitants à l’année. Au fur et à mesure des séances, 3 groupes se distinguent : le maire sortant et ses soutiens, son challenger et ses colistiers (partisan de la représentativité avec ouverture à la participation), et ceux qui espèrent le partage et l’horizontalité. Au total, 16 candidatures individuelles seront présentées au 1er tour. Cinq candidats seront élus. Deux démissionneront entre les deux tours. Le deuxième tour élira deux autres candidates. Heureux résultat : la démocratie participative fut largement plébiscitée par les citoyens ! les cinq élu.e.s étant tous acquis à l’idée de l’autogestion. Pour une fois, la sagesse platonicienne s’est exprimé : « Le pire des maux est que le pouvoir soit occupé par ceux qui l'ont voulu ». Alors qu’ailleurs, non loin de là, nous voyons l’obscène réélection de maires autocratiques, tyranniques, justiciables, usant de toutes les ficelles mafieuses pour se faire réélire… A Frechendets, un petit miracle a eu lieu !

Voici l’équipe municipale : Marie Delélo, Débora Kaiser, Jonathan Kaiser, Christine Monlezun, Michèle Pouilly. Ils sont ou ont été infirmière, mécanicien outilleur, art-thérapeute, auxiliaire de vie, enseignante… tous impliqués dans le tissu associatif et militant. Interrogés sur leurs liens avec le terroir, ils disent être d’ici et d’ailleurs. Ils revendiquent l’inexpérience, la naiveté. Ils se promettent la confiance réciproque, invoquent la puissance créatrice du citoyen pour redonner vie à ce petit village, rêvent ensemble de tous les possibles...

Il faut maintenant construire le cadre, dans le respect de la loi. Le code électoral de l’état français offrant peu de souplesse concernant le partage du pouvoir, il faut élire un.e maire et un.e adjoint.e. C’est ainsi que le conseil municipal de Frechendets fut réuni au soir du vendredi 3 juillet et a élu à l’unanimité Christine Monlezun maire du village, et Débora Kaiser, adjointe au maire. Une semaine plus tard, lors de la réunion du second conseil municipal, une décision majeur est prise en début de mandat : la maire renonce aux délégations de pouvoir. Tous les pouvoirs* qui sont usuellement mis entre les mains du major sont refusés. Autrement dit, les pouvoirs sont également répartis entre tous les membres du conseil municipal.

A présent, ils disent qu’il faut « s’affranchir de l’ancienne façon de gouverner », « être exemplaire ». Ils disent qu’il faut aller « solliciter les propositions des citoyens », qu’il faut « donner envie aux autres ». Comment vont-ils s’y prendre pour réveiller le citoyen qui sommeille en chaque électeur ? Comment convaincre les tenants de la représentativité ? En Bigorre suivra cette aventure démocratique et vous rendra compte régulièrement de ce qu’il se passe à Fréchendets.

Victoria Klotz

 

« Le trait le plus visible dans un homme juste est de ne point chercher à gouverner les autres et de se gouverner seulement lui-même.

Cela décide tout. Les pires gouverneront. » Alain.

 

* Pour plus d’informations sur les pouvoirs confiés aux maires : https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=2E265D0F982D8BE40609118A8776D1FA.tplgfr33s_3?idArticle=LEGIARTI000006345443&cidTexte=LEGITEXT000006070162&dateTexte=19910718

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.