À Tarbes, chacun·e récidive, contre ! 2- Les retraités parlent

Trois interviews dans des secteurs spécifiques à la Bigorre – l’Arsenal, les Finances Publiques et les Indépendants – mais pas que. Des manipulations de l’histoire ou des concepts, des présentations biaisées voire des mensonges d’État sont rectifiés de l’intérieur.

À Tarbes, chacun·e récidive, contre ! 2- Des retraités de l’Arsenal, des Finances Publiques et des Indépendants parlent.

Panoramique de la place de Verdun à Tarbes © ©AB Panoramique de la place de Verdun à Tarbes © ©AB

 

 

panoramique, le défilé envahit toute la ville © ©AB panoramique, le défilé envahit toute la ville © ©AB

 

En février 2018, le journaliste Bruno Vincens titrait dans l’Huma : « Mobilisation. À Tarbes, des centaines de voix pour sauver l’avenir industriel ». et de poursuivre « … et relancer ce secteur en déliquescence dans le département. L’usine Pechiney de Lannemezan, l’entreprise Soulé de Bagnères-de-Bigorre où on produisait des wagons, le géant Giat Industries à Tarbes… ».

C’est effectivement un site industriel ancien qui aura été démantelé au fil des évolutions de la société, et où le militantisme aura soudé des personnes autour des savoir-faire et de la solidarité, sociale et sociétale. Les femmes, notamment, auront été à Tarbes « l’élément moteur des grèves et manifestations de tous ordres. » 1

En 1928, tout d’abord : « La lutte pour une pension de retraite inscrite à l’article 2 des statuts trouve son aboutissement par la loi du 21 mars 1928 qui instaure le régime des retraites des ouvriers d’État. » En 1936, ensuite, où grèves et manifestations nationales permettront « l’obtention de deux semaines de congés payés, la semaine de 40 heures au lieu de 48 et des conventions collectives pour le privé. »

« Une succession de plans sociaux ayant pour but la diminution des effectifs s'enchaînent à partir de 1987. L’industrie de défense aura employé jusqu’à 15 000 ouvrières et ouvriers mais on ne dénombre plus que 850 salariés en 2002 sur le site du GIAT Industries. jusqu’à ce que le sixième plan intitulé "Giat 2006' soit fatal à l'entreprise.  »

« Personne ne restera sur le bord du chemin ! » prétendait Michèle Alliot-Marie, Ministre de la Défense du moment. « L'activité “mécanique” du site de Giat Industries à Tarbes vient d'être fermé au 30 juin [2006]. Dans les faits, l'activité pyrotechnie ne devrait pas occuper plus de 90 emplois. Rappelons toutefois, que le plan de réindustrialisation du site a permis l'implantation de deux nouvelles entreprises, Sagem et Vallourec, permettant le transfert de certains postes. 2 » 

À la manifestation contre le projet Delevoy du 7, je vais interviewer des retraités qui défilent sous la banderole “Syndicat des retraités civils de la Défense des Hautes-Pyrénées ».

1https://cartoucherietoulouse.jimdo.com/social/vie-syndicale/

2https://www.ladepeche.fr/article/2006/07/03/616646-giat-industries-ferme-son-site-de-tarbes.html

 

Syndicat des retraités civils de la Défense des Hautes-Pyrénées © ©AB Syndicat des retraités civils de la Défense des Hautes-Pyrénées © ©AB

 

La société Giat Industrie, devenue la société Nexter en décembre 2006 emploie aujourd’hui 70 salariés à Tarbes qui fabriquent des petites munitions. Depuis mai 2018, la cinquantaine de salariés des anciennes forges de Tarbes (l’entreprise Vallourec qui menaçait de fermer) ont été réembauchés par le groupe Altifort ; ils fabriquent des corps d’obus pour l’armée française.

Mais Nexter ne recrute plus d’ouvriers de l’État, désormais l’employeur est privé. Et certaines munitions pour le ministère de la Défense sont même fabriquées en Israël ! 1

1https://infoguerre.fr/2009/09/un-scandale-gentiment-enterre-la-munition-du-famas/

Détruire notre modèle social n'est pas un programme politique © ©AB Détruire notre modèle social n'est pas un programme politique © ©AB

 

Les fonds de pension sont à l'affût pour vendre leurs assurances retraite © ©AB Les fonds de pension sont à l'affût pour vendre leurs assurances retraite © ©AB

 

Voilà en conséquence la raison de leur présence remarquée à cette manifestation :

« L’État a défini une somme fixe pour leurs retraites, aujourd’hui à hauteur de 13,8 % du PIB. Mais comme il n’y a plus d’actifs pour équilibrer la répartition, et que le nombre de retraité·e·s ne cesse(ra) d’augmenter, les retraites s’effondreront immanquablement, et ce de 20 % à 30 % !»

« alors que Nexter - Nexter, détenue à 100 % par l’État français 1 fait de gros profits en vendant des chars aux Émirats Arabes Unis ou des canons Caesar à l’Arabie Saoudite qui les utilisent au Yémen ! » me dit-on.  2

« Selon nos informations, un contrat secret baptisé ARTIS, signé en décembre 2018, par Nexter avec l’Arabie saoudite, prévoit la livraison de véhicules blindés Titus (la dernière génération des blindés Nexter), mais aussi de canons tractés 105LG. Ces informations contredisent là encore la version officielle des autorités françaises. 3 »

Des chars Leclerc vendus aux Émirats Arabes Unis © https://made-in-france.disclose.ngo/fr/chapter/yemen-papers/ Des chars Leclerc vendus aux Émirats Arabes Unis © https://made-in-france.disclose.ngo/fr/chapter/yemen-papers/

1https://www.franceinter.fr/info/revelations-voici-la-carte-des-armes-francaises-au-yemen-selon-un-rapport-confidentiel-defense

2https://made-in-france.disclose.ngo/fr/chapter/yemen-papers et la note révélée de la DRM datée du 25 septembre 2018 https://fr.calameo.com/read/0058931183a2f509d5f74?page=1

3https://www.franceinter.fr/info/revelations-voici-la-carte-des-armes-francaises-au-yemen-selon-un-rapport-confidentiel-defense

 

Cette baisse des retraites programmée est détaillée dans le billet de Ornito sur Mediapart ; je n’en citerai que quelques mots, vous laissant le soin de lire les détails de son analyse synthétique pourtant :

« Les propositions Delevoye comportent une "règle d'or' limitant à 14% du PIB le budget des retraites. La cristalline et mathématique pureté de la dénomination du mécanisme ne cache pas la corruption du procédé: amenés à être plus nombreux, les retraités ne peuvent espérer bénéficier à l'avenir d'un effort de la nation constant par individu; les besoins de la population ne sauraient dicter à l'Etat son budget. » « Or, ce PIB est la variable qui réagit instantanément aux crises financières…» 1

1https://blogs.mediapart.fr/ornito/blog/280719/indexation-au-pib-lautre-arnaque-des-propositions-delevoye

Ils veulent casser le régime des retraites pour le livrer à la finance mondiale - On dit NON ! © ©AB Ils veulent casser le régime des retraites pour le livrer à la finance mondiale - On dit NON ! © ©AB

 

La question de la finalité du travail accompli est peu discutée lors de l'entretien – ciblé sur les retraites à risques – mais cette question est de toute façon d'un autre ordre, dans la philosophie qu'elle ouvre, dès lors que c'est tout un bassin d'emploi que l'État planifie et gère, employant plus de 15 000 personnes à une certaine période sur un petit territoire à deux pas de la montagne. (cf. l'histogramme de l'évolution démographique de Tarbes : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/timeline/93b8e9a321e64d2c67a7cf60290d9a94.png

 

Un peu plus loin dans le cortège, je rencontre les retraitée·s des Finances Publiques.

FINANCES PUBLIQUES - contre la casse des retraites, pour une réforme juste © ©AB FINANCES PUBLIQUES - contre la casse des retraites, pour une réforme juste © ©AB

 

 

On me parle également d’appauvrissement, de la disparition programmée de toutes les trésoreries du département, lesquelles sont remplacées par des “Maisons France Services” 1 2, financées désormais à 50 % par le ministère et pour l’autre moitié par le Conseil Départemental.

« L’État et ses partenaires contribueront au fonctionnement de [chacune des 2000 maisons d’ici 2022] à hauteur de 30 000 euros par an. Soit un engagement financier global de 200 millions d’euros d’ici à 2022, dont 30 millions d’euros de contribution exceptionnelle de la part de la Banque des territoires de la Caisses des dépôts.» 3

« Depuis 10 ans, ce sont 40 000 fonctionnaires qui sont parti·e·s. Nous manifestons contre la destruction des services publics, et contre la baisse des pensions, à terme. Car les revenus supérieurs à 10 000€ ne cotiseront pas : ils abonderont les caisses du capitalisme. C’est déjà le cas en Suède avec 650 fonds de pensions. Au lieu des 42 régions, il y en aura des centaines. Nous nous opposons au Macronisme qui est une nouvelle forme de “Thatchérisme – Reaganisme”.

Nous manifestons pour • réduire le temps de travail • plafonner les revenus • créer des emplois dignes. Sinon, vous allez créer de la misère et de plus en plus de précarité. Depuis avril 2019, sont versées 25 % d’allocations en moins ! C’est un scandale ! »

 

La manifestation arrive devant la permanence de la suppléante du député LREM Jean-Bernard Sempastous, ex-maire de Bagnères-de-Bigorre : Stéphanie Abbadie.

Les prises de parole se succèdent, les questions reprises en écho :

« Vous avez été élu·e·s pour vivre dignement dans le pays. Qu’avez-vous fait ? (bis)

Le MEDEF avait promis 1 000 000 d’emplois. Où sont-ils ? (bis)

Rendez-nous le CICE ! (bis) !! MEDEF, qu’as-tu fait du CICE 4 ? (bis)

et la seule réponse, c’est la répression !»

C'est qui les casseurs ? j'suis pas un casseur. Même justice pour tous ! © ©AB C'est qui les casseurs ? j'suis pas un casseur. Même justice pour tous ! © ©AB

 

Ne pas punir les mutilations c'est les autoriser. Notre État a franchi la ligne. © ©AB Ne pas punir les mutilations c'est les autoriser. Notre État a franchi la ligne. © ©AB

 

« 1 MILLION d'emplois » Pierre Gattaz © © DR « 1 MILLION d'emplois » Pierre Gattaz © © DR

1« Alors que le bilan du service rendu par les actuelles Maisons de services au public est mitigé, il s'agit ici d'apporter des réponses concrètes aux tracas administratifs du quotidien. Et pas de compenser des fermetures d'antennes, comme le craignent parfois les maires.» https://www.banquedesterritoires.fr/les-460-premieres-maisons-france-services-labellisees

2« De fait, chaque maison aura deux agents polyvalents à sa disposition et reposera sur un socle de 9 partenaires obligatoirement présents à travers des "référents territoriaux" : 6 opérateurs (La Poste, Pôle emploi, Caisse Nationale d’Assurance Maladie, Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse, Caisse Nationale d’Allocations Familiales, Mutualité Sociale Agricole), et 3 administrations partenaires (intérieur, impôts et justice) – auxquels peuvent s’ajouter d’autres services publics ou privés.» ibid note précédente.

3https://www.gouvernement.fr/2-000-maisons-france-service-d-ici-a-2022

4https://fr.wikipedia.org/wiki/Crédit_d'impôt_pour_la_compétitivité_et_l'emploi « Le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) était un avantage fiscal envers les entreprises soumises à un régime réel d’imposition et qui emploient des salariés. »

 

«Depuis 2013, l’État a reversé 48 milliards d’euros aux entreprises, grâce au dispositif crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). Pour quel résultat ?

Alors que François Hollande a annoncé son intention d’augmenter les allégements consentis à toutes les entreprises pour les porter de 6 % à 7 % de la masse salariale jusqu’à 2,5 fois le Smic, un rapport de la commission des lois du Sénat, présenté par la sénatrice (PC) Marie-France Beaufils, mardi 19 juillet [2016], prouve que cette mesure phare du quinquennat est pratiquement sans effet, sauf sur les finances publiques. » 1

1https://www.mediapart.fr/journal/economie/190716/cice-un-cout-exorbitant-sans-creation-d-emploi?onglet=full

 

Les GJ du 65 interpellent Stéphanie Abbadie, suppléante du député Jean-Bernard Sempastous.

https://www.youtube.com/watch?v=SwmRnWIsLqw

« Je pense que je ne parviendrai pas à vous convaincre tous, et je ne suis pas dans une tribune pour vous convaincre,par contre je voudrais qu’on échange, j’entends votre colère, j’entends vos inquiétudes ; par contre, je pense qu’on peut arriver à lever ces colères et ces inquiétudes en faisant aussi de la pédagogie et en expliquant. »

On a compris, on a compris, on a compris, on a …

Je vous propose un dialogue que vous venez chercher ici…

­ — Macron, démission ! Macron, démission ! Macron…

L'opposition puissante à la représentante LREM Stéphanie Abbadie © ©AB L'opposition puissante à la représentante LREM Stéphanie Abbadie © ©AB

 

 

Le vin fait chanter, la bière fait pisser, Macron fait chier !! © ©AB Le vin fait chanter, la bière fait pisser, Macron fait chier !! © ©AB

 

Oligarchie, NON ! place à la démocratie vraie ! © ©AB Oligarchie, NON ! place à la démocratie vraie ! © ©AB

J’interviewe ensuite Yves, sur la question des artisans et des indépendants.

« Je vais travailler jusqu’à 72 ans parce que les artisans doivent valider des trimestres pour payer les bénéfices.

« Pour valider un trimestre, il faut ainsi payer des cotisations sur la base d’un revenu brut correspondant à 150 fois le Smic horaire. Pour valider 4 trimestres en 2016, il faut donc avoir cotisé sur la base d’un revenu de 5 866,48 euros par an (1 466,62 euros × 4).

Pour les indépendants aux revenus trop faibles pour y parvenir : leur cotisation minimale a été revue à la hausse en 2016, et se base désormais sur un revenu annuel égal à 11,5% du plafond de la Sécu (contre 7,7% du plafond auparavant), soit 4441 euros, ce qui leur permet, quel que soit leur niveau de revenus, de valider trois trimestres par an (au lieu de deux). » 1

1Publié le 07/01/2013 à 11h27 Mis à jour le 17/01/2017 https://www.capital.fr/votre-retraite/retraite-de-base-des-artisans-et-commercants-pour-valider-au-moins-3-trimestres-par-an-la-cotisation-minimale-a-ete-augmentee-debut-2016-801076

La retraite de base pour une personne née entre 1965 et 1970 se calcule désormais sur

Calcul de la retraite de base - indépendants © ©AB Calcul de la retraite de base - indépendants © ©AB

 

et ce coefficient réducteur ouvre l’espace aux fonds privés qui se rémunèrent par la spéculation !

Pour nos enfants, ce sera catastrophique, sachant que 2 % de cancers supplémentaires par an sont constatés chez les jeunes.

On ne veut pas, par ailleurs, que nos vieux passent les dernières années de leur vie dans des EHPAD pourris. Mais le modèle français, désormais, c’est « chacun son trottoir ! 

Alors, quand un(e) élue nous dit : “On va vous faire de la pédagogie”, on n’accepte plus.»

Gilet Jaune polysémique © ©AB Gilet Jaune polysémique © ©AB

« Et puis, la dette [de la Sécu], c’est du pipeau ! poursuit mon interlocuteur. Ils veulent nous piquer nos pensions de retraite. On ne discute pas avec des gens qui ont vendu leurs âmes à la finance. Ces gens trahissent ! »

L’idée rejoint l’analyse publiée par Henri Sterdyniak 1, qui fait partie des Économistes Atterrés :

« Selon le Projet de Loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), les comptes de la Sécurité sociale présenteraient un déficit de 5,3 milliards d’euros en 2019, ce qui a permis à la grande presse de titrer : « Le trou de la Sécurité sociale se creuse » ou « La Sécu en rouge après les gilets jaunes ». La Cour des comptes écrit de même : « En 2019, le déficit va fortement s’aggraver ». Ce déficit proviendrait des mesures « gilets jaunes » et de l’explosion des dépenses de maladie et de retraite, qu’il conviendrait donc de réduire au plus vite.

Il s’agit d’un mensonge d’État. La Sécurité sociale est en réalité en excédent de 11,7 milliards d’euros ; elle ne souffre pas d’une hausse de dépenses, mais d’une baisse de recettes. » 2 3

1http://atterres.org/users/hsterdyniak

2http://atterres.org/article/le-déficit-de-la-sécurité-sociale-un-mensonge-detat

3https://blogs.mediapart.fr/henri-sterdyniak/blog/061219/retraites-un-ministre-t-il-le-droit-de-mentir

Nous exigeons un audit citoyen et parlementaire sur la dette © ©AB Nous exigeons un audit citoyen et parlementaire sur la dette © ©AB

 

Rendez-vous est pris en Assemblée Générale Citoyenne à la Bourse du Travail pour manifester lundi 9 à 17h devant la permanence du député Sempastous à Bagnères-de-Bigorre.

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.