Le Conseil Communautaire du Plateau deLannemezan unanime défend l’élue calomniée

Hier, le Conseil Communautaire du Plateau de Lannemezan a pris une décision unanime et historique pour lutter contre l'inacceptable : une élue calomniée dans sa vie privée par des individus anonymes opposés à son action publique.

Pascal Lachaud, adjoint à Capvern et conseiller communautaire à la CCPL (Communauté de communes du plateau de Lannemezan) y a présenté la déclaration suivante :

« Mesdames, messieurs les élu·e·s,

Je souhaite aujourd’hui attirer votre attention sur des faits qui se passent sur notre territoire et qui sont discriminants, haineux et attentatoires à la vie privée d’une de nos collègues élue. Il semble que la campagne MeToo ne soit pas parvenue dans les Hautes-Pyrénées et que d’aucuns profitent de la banalisation des idées fascistes pour salir les femmes, et sont prêts demain à les violenter tant leurs propos sont haineux et portent atteinte à la dignité de la moitié de l’humanité.

Notre collègue élue Maire de Lagrange a reçu deux courriers anonymes qui font état de propos revanchards en s’en prenant à ses idées progressistes, en la remettant nommément en cause de manière calomnieuse. Les propos insensés rédigés dans ces courriers s’en prennent à sa personne, à son intimité et à sa vie privée. Notre collègue a été souillée, insultée par des propos remplis de haine.

Notre assemblée doit garantir à chacune et chacun sa liberté d’opinion, dans le cadre de la liberté de conscience et de la laïcité, elle doit se donner les moyens pour assurer la sécurité de chacune et de chacun au-delà des déclarations d’intentions qui aujourd’hui ne font plus illusion.

De tels actes sont inacceptables et doivent être condamnés sans réserve par notre assemblée. Je vous demande donc de les condamner, je vous demande aussi d’acter que notre assemblée se porte partie civile pour soutenir Nathalie Salcunie. Justice devra être rendue suite aux plaintes déposées par notre collègue à qui nous devons assurer notre entière solidarité. Le positionnement de notre assemblée permettra de construire une digue pour dire aux fascistes masqués qui écrivent des lettres anonymes que nous ne laisserons jamais faire cela.

Ces faits sont aussi graves que ce qui s’est passé à l’Assemblée Régionale * dernièrement, où une poignée de fascistes a éructé des propos inqualifiables qui sont le fruit de grands manipulateurs qui ne prônent que la haine de l’autre et le racisme, l’homophobie et le machisme blanc, la guerre civile et le complotisme.

De tels actes sont possibles car nous subissons un climat délétère entretenu qui n’amène que la division au sein de notre société, dû à la course effrénée à la concurrence et au profit pour quelques-uns, engendrant la misère et le malheur, la guerre économique et sociale pour le plus grand nombre.

J’attire votre attention sur ce que nous vivons dans notre assemblée où notre collègue Nathalie est rabrouée régulièrement, ses propos déformés quand elle ne subit pas le mépris et la vindicte. Cela est vrai pour plusieurs d’entre nous qui nous opposons à ce discours libéral de l’extrême-centre qui est déployé comme la seule voie, celui de la neutralité technique, ce qui n’est que fadaises et mensonges……

Je vous remercie pour votre attention.

Lannemezan le 13 avril 2021 CCPL »

Unanime, le Conseil Communautaire du Plateau de Lannemezan s'est engagé à défendre l'élue et à se pourvoir en justice si la possibilité est ouverte.

 

* Historique des faits :

    Initialement prévues en mars 2021, les élections régionales de 2021 d'Occitanie se dérouleront les 13 et 20 juin 2021 afin de renouveler les membres du conseil régional de la région française d'Occitanie. Cette élection permettra de constituer la seconde mandature du Conseil Régional depuis la fusion des régions de 2015 ayant donné naissance à l'Occitanie administrative. 

 

    • Depuis presque six ans, le 13 décembre 2015, « Le Conseil Régional d'Occitanie accueille 158 élus dont certains n'avaient jamais siégé auparavant. La liste de gauche obtient 59% des sièges, la liste de droite 25% et le FN 16% des sièges.[… cette dernière formation obtient] 40 sièges. »

    « Le ministère de l’intérieur a annoncé le 13 février [2021] que la procédure de dissolution contre le groupuscule d’extrême droite [Génération Identitaire (GI)] était engagée, l’organisation ayant dix jours pour répondre au courrier de sept pages détaillant les raisons motivant cette décision. En l’absence “ d’éléments nouveaux ” produits par les avocats de Génération identitaire, le décret de dissolution devrait être présenté au prochain conseil des ministres, mercredi 24 février. »

    Le mercredi 3 mars 2021, « Le groupe d'extrême droite Génération identitaire est dissout en Conseil des ministres, annonce Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, qui s'était dit "scandalisé" par une opération anti-migrants du groupuscule d'extrême droite dans les Pyrénées.»

    • Le jeudi 25 mars 2021, « Un groupe de militants du mouvement d’extrême droite a tenté de pénétrer dans l’hémicycle régional ce jeudi en portant une banderole “ Islamo-gauchistes traîtres à la nation. À gauche, beaucoup dénoncent un climat haineux entretenu par le gouvernement. […] Présentant, enfin, Mme Delga comme “vendue à l’islamisme”, les adeptes de Charles Maurras terminent leur communiqué par une phrase lourde de sous-entendus menaçants : “ Le mandat de Carole Delga arrivant à son terme, c’est l’occasion pour nous de lui souhaiter une bonne continuation au cimetière d’éléphants du PS. ” Parmi les élus, sous le choc, le sentiment qu’un palier a aujourd’hui été franchi, après des mois d’un débat nauséabond sur “l’islamo-gauchisme”, domine.»

    • Le lundi 29 mars 2021, le prince Jean, Comte de Paris publie : « Le rôle politique, je l’ai sans avoir besoin d’être élu. C’est tout à fait dans le rôle d’un prince de pouvoir sortir un peu de cet échange partisan et de s’intéresser au bien commun, à l’intérêt général de la Cité.  »

    • « Il est soutenu par les trois principaux mouvements royalistes, l’Action française, la Nouvelle Action royaliste et le Groupe d’Action royaliste, qui forment la quasi-totalité du mouvement monarchiste français. »

    • Ce même 29 mars, le quotidien royaliste sur la toile (sic) justifie le coup de force contre le Conseil Régional d'Occitanie ainsi :

« Tous les médias nationaux ont évoqué cette intervention de l’Action Française jeudi dernier à Toulouse. Les images diffusées ne suffisent pas – voire le contraire – à expliquer et justifier la légitimité de cette action. Dans ce type de manifestation, les cris et les bousculades – inévitables – en restituent une image dont le sens échappe au spectateur. Ou qu’il juge négativement. Rien, pourtant, ne nous paraît mieux fondé, plus en adéquation avec ce que pensent et ressentent, très majoritairement, de nombreux Français, que cette dénonciation de l’islamo-gauchisme opérée par la jeunesse militante de l’Action française. Explication bienvenue sur Boulevard Voltaire par le responsable de l’opération…»

   

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.