BONNEAU Alain
Abonné·e de Mediapart

Portfolio publié dans

Édition

En Bigorre

Suivi par 83 abonnés

Portfolio 15 mai 2020

Portugal : Confinement et déconfinement en bonne intelligence avec la population

En miroir de cette assignation à résidence, vécue sous la férule en France, je propose aujourd’hui le témoignage en images d’un ami reporter photographe, qui vit désormais au Portugal. On ne perçoit jamais tant la réalité dans laquelle on est immergé que lorsque cette même situation (mais traitée diversement) vient à être éclairée par le contraste d’un regard extérieur.

BONNEAU Alain
Je suis attentif à la défense de la dignité et de son expression, par la démocratie, le dialogue et la paix et tente de comprendre les ressorts profonds qui meuvent les événements.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  1. Jean*Louis PIQUET

    "Respectez les mesures d'autoprotection" "C'est une bataille de tous pour tous"

  2. Jean*Louis PIQUET

    "#Restez à la maison." "Rejoignez le combat Covid19"

  3. Jean*Louis PIQUET

    Sesimbra, rue principale

  4. Jean*Louis PIQUET

    Petite rue

  5. Jean*Louis PIQUET

    Boutiques de commerçants

  6. Jean*Louis PIQUET

    “Fermé sans prévision de retour. Pour tous”

  7. Jean*Louis PIQUET

    Restos fermés

  8. Jean*Louis PIQUET

    Entrée superette

  9. Jean*Louis PIQUET

    Désinfection

  10. Jean*Louis PIQUET

    Désinfection - personnel protégé

  11. Jean*Louis PIQUET

    Désinfection

  12. Jean*Louis PIQUET

    File d'attente devant la pharmacie

  13. Jean*Louis PIQUET

    Consignes à l'entrée de la pharmacie : Avec masque on peut entrer, sans masque on va au guichet de nuit

  14. Jean*Louis PIQUET

    Marquage au sol et affichage des consignes de distanciation

  15. Jean*Louis PIQUET

    Attention SVP : Maxi 2 personnes à l'intérieur

  16. Jean*Louis PIQUET

    Distances respectées, même pour jouer au loto

  17. Jean*Louis PIQUET

    File d'attente près du marché couvert

  18. Jean*Louis PIQUET

    Filtrage à l'entrée en communication avec la sortie

  19. Jean*Louis PIQUET

    Boucherie Valada "prise de commandes et livraisons à la maison"

  20. Jean*Louis PIQUET

    "Pas plus de 6 personnes dans la superette"

  21. Jean*Louis PIQUET

    Prospectus Lidl

  22. Jean*Louis PIQUET

    À la porte du magasin, la file

  23. Jean*Louis PIQUET

    Marie, de retour avec les bûchettes pour le poêle

  24. Jean*Louis PIQUET

    Aldi

  25. Jean*Louis PIQUET

    File d'attente dans le quartier Cotovia

  26. Jean*Louis PIQUET

    Les travaux continuent

  27. Jean*Louis PIQUET

    Travaux

  28. Jean*Louis PIQUET

    Travaux

  29. Jean*Louis PIQUET

    Travaux

  30. Jean*Louis PIQUET

    Travaux

  31. Jean*Louis PIQUET

    Travaux

  32. Jean*Louis PIQUET

    Travaux

  33. Jean*Louis PIQUET

    Magasins de bricolage, jardinerie, quincaillerie

  34. Jean*Louis PIQUET

    Magasins de bricolage, jardinerie, quincaillerie

  35. Jean*Louis PIQUET

    Magasins de bricolage, jardinerie, quincaillerie

  36. Jean*Louis PIQUET

    Take away

  37. Jean*Louis PIQUET

    Take away

  38. Jean*Louis PIQUET

    Take away

  39. Jean*Louis PIQUET

    Take away

  40. Jean*Louis PIQUET

    Bord de route, vente de fraises locales

  41. Jean*Louis PIQUET

    Entrée d'un marché de plein air

  42. Jean*Louis PIQUET

    Bombeiros Volontarios (pompiers volontaires)

  43. Jean*Louis PIQUET

    "Tout ira bien", B.V. (pompiers volontaires) de Sesimbra

  44. Jean*Louis PIQUET

    Distribution gratuite de masques par les B.V.

  45. Jean*Louis PIQUET

    DÉCONFINEMENT Ce moment de crise exige un comportement conscient de tous" "Pour nous et pour les autres"

  46. Jean*Louis PIQUET

    Les rues, le jour du déconfinement

  47. Jean*Louis PIQUET

    Les rues, le jour du déconfinement

  48. Jean*Louis PIQUET

    Les rues, le jour du déconfinement

  49. Jean*Louis PIQUET

    "Tout ira bien"

  50. Jean*Louis PIQUET

    Marie en fabrique

  51. Jean*Louis PIQUET

    Marie en fabrique

  52. Jean*Louis PIQUET

    Problème : il n'y a pas de mode d'emploi.

  53. Jean*Louis PIQUET

    Masques et protections dehors

  54. Jean*Louis PIQUET

    Masques et protections dehors

  55. Jean*Louis PIQUET

    Masques et protections dehors

  56. Jean*Louis PIQUET

    Masques et protections dehors

  57. Jean*Louis PIQUET

    Masques et protections dehors

  58. Jean*Louis PIQUET

    Masques et protections dehors

  59. Jean*Louis PIQUET

    Masques et protections dehors

  60. Jean*Louis PIQUET

    Masques et protections dehors

  61. Jean*Louis PIQUET

    Première promenade déconfinée

  62. Jean*Louis PIQUET

    Panneau d'infos

  63. Jean*Louis PIQUET

    Plage encore interdite

  64. Jean*Louis PIQUET

    Joggers au loin

  65. Jean*Louis PIQUET

    Rue

  66. Jean*Louis PIQUET

    Rue

  67. Jean*Louis PIQUET

    Discussion

  68. Jean*Louis PIQUET

    Place de Californie - quelques personnes au fond

  69. Jean*Louis PIQUET

    Discussions

  70. Jean*Louis PIQUET

    Avenue du 25 avril

  71. Jean*Louis PIQUET

    La vie est super, on repeint. La positivité comme immunisation mentale.

  72. Jean*Louis PIQUET

    Rue

  73. Jean*Louis PIQUET

    Confinement champêtre… le contact avec la nature et son pouvoir régénérateur

  74. Jean*Louis PIQUET

    Le confinement, c'est le goulag : le confinement intériorisé mène à l'obsession morbide.

  75. Jean*Louis PIQUET

    "Remerciements à tous ceux qui s'impliquent" "Nous vaincrons, merci" La solidarité en partage institutionnel, immunisation collective par l'implication volontaire de chacun·e.

  76. Jean*Louis PIQUET

    Allez ! Encore un peu de patience, c'est bientôt la quille!  Le dimanche 3 mai, c'était pour nous la fin de l'état d'urgence au Portugal. Un plan de déconfinement graduel et surveillé était mis en place.  Depuis le début, le gouvernement et les Portugais ont été exemplaires. Dès qu'il y a eu des problèmes en Europe, le gouvernement a fermé les frontières et donné des consignes précises. L'armée en 48 heures a monté un espace de 500 lits sur le campus de l'université de Lisbonne pour accueillir les malades non Covid et ouvrir les services d'urgence  aux contaminés - pas en 15 jours pour 30 lits...!!!-. On a demandé aux gens de rester confinés autant que possible et aux anciens de ne pas sortir, sauf, bien sûr, pour les commissions. Pas d'oukases, juste une demande. Sans délai, les routes et rues de Sesimbra ont été désertées, bien qu'il n'y ait pas eu besoin d'ausweiss.  Les magasins, grands ou petits, les marchés de plein air, de bricolage, autorisés à rester ouverts, ont fait ce qu'il fallait pour faciliter les choses ; le "take away" permettant aux bars de servir des boissons et plats à emporter. Les rues étaient régulièrement désinfectées. Les distances de sécurité respectées, les gens ne sortaient plus que pour les choses importantes. Ceci explique, certainement, qu'à ce jour, il n'y ait eu "que" 1175 décès... et l'Hydrochloroquine est en prescription libre.  Les travaux, publics et du bâtiment se sont poursuivis en plein air, ainsi que ceux des artisans.  Pour nous, peu de changement : depuis deux ans, le centre d’intérêt étant la maison à aménager, nous ne bougeons pas beaucoup . Des copains de temps en temps et les restos itou… et vu notre localisation, on ne peut pas vraiment parler de confinement : les sentiers du Cabo Espichel ne sont ni encombrés ni fréquentés par la GNR (Guarda Nacional Republicana, équivalente à notre gendarmerie)...  Pour être dans l'axe à faible coût, Marie nous a confectionné des masques d’après le patron du CHU de St Brieux, mais le Portugal n'en a jamais manqué et en fournit même à toute l'Europe. Les pompiers les distribuaient gratuitement dans le village. Quant aux tests, de nombreux centres les proposent dans tout le Portugal. La mutuelle "Fidelidade" propose à ses adhérents de les passer gratuitement ou d’être intégralement remboursés. Le premier jour de déconfinement, dans Sesimbra, il n'y avait pas d’exagération dans les rues. Quelques personnes pour les courses, de rares promeneurs et quelques conversations de rue, mais pas de mouvement de foule. J'espère qu'en France il en sera ainsi et que le déconfinement se passera pour le mieux. Pas dans le genre 3 heures de queue pour le drive Mc Do. Bon courage, car le plus dur, c'est maintenant, d’attendre jusqu'à lundi en se posant la question "un jour de plus, un jour de moins, qu'est-ce que ça peut faire?"...  En PJ, mon carnet de confinement avec des images prises lors des courses et le premier jour de liberté.  Kaxu eta izan ongi, attention en sortant et bonne santé,atençao e boa saude.

    Jean*Louis PIQUET Le Berger des images. Irudien artzaina

  77. Alain Bonneau

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Révélations sur une usine à intox
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud

La sélection du Club

Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut