BONNEAU Alain
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

En Bigorre

Suivi par 80 abonnés

Billet de blog 17 juin 2020

Pas de Salon du 4X4: ne réintoxiquons pas le monde!

Ne réintoxiquons pas le monde ! Non, dix fois non, à ce Salon du 4x4, SUV, quads, SSV, 6x6, motoneiges, etc. en pleine nature !

BONNEAU Alain
Je suis attentif à la défense de la dignité et de son expression, par la démocratie, le dialogue et la paix et tente de comprendre les ressorts profonds qui meuvent les événements.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

PAS DE SALON DU 4X4 - NON À LA RÉINTOXICATION DU MONDE © collectif

Ce 17 juin, dans le cadre de l’Appel à agir contre la réintoxication du monde (https://17juin.noblogs.org/), le collectif Non au Salon du 4X4 a installé une banderole sur un mur du site du Carré Py devant accueillir le 4e Salon off Road Pyrénées les 19 et 20 septembre prochain, à Bagnères-de-Bigorre (65200). Une délégation est allée ensuite déposer un courrier aux maires des communes de Gerde, Asté et Beaudéan, ainsi qu’au président de de la Communauté de Communes de la Haute-Bigorre, qui affichent déjà leur soutien à cet événement. Il leur est demandé d’arrêter tout soutien à cette manifestation du « monde d’avant », source de nos crises sociales, économiques et écologiques.

Non au Salon du 4x4 appelle toutes et tous à nous rejoindre pour faire barrage à cette manifestation symbole de la toute puissance automobile et humaine.

La presse locale a été conviée à découvrir la primeur de la conférence de presse, mais en ce petit matin, elle n'aura pas jugé utile de se mettre dans de beaux draps.

Nous publions donc en prime time leur message d'alerte et d'opposition.

Historique

L’opposition au Salon du 4x4, SUV, mais aussi quads, SSV (Side by Side Véhicles) et poids lourds tout-terrain ne faiblit pas à Bagnères-de-Bigorre et dans la Bigorre.

Revenons sur la stratégie d’implantation d’une activité dépassée, polluante et dévastatrice pour l’environnement, déjà fragilisé par le réchauffement de la planète.

En septembre 2015, Didier Devaux, un animateur de sports mécaniques et formateur, implante son activité à Tournay, sur un vaste domaine privé de 70 ha.

Durant les deux ans qui suivent il se rapproche de la Fédération du 4x4 et se décide à organiser la visibilité de son association en invitant des sponsors, des concessionnaires et la presse sur place. Mais le public se trouve éloigné des lieux d’activités. En 2018, il récidive mais vise toujours plus grand. Il développe déjà un tourisme motorisé sur la neige à La Mongie, en accord avec l’ancien maire Claude Cazabat, peu soucieux de l’environnement et des questions que cela suscite dans l’immense majorité des pays du monde : les COP 21 à 25 n’ont pas passé le filtre de ses montagnes. (Je le cite : il m’a dit lui-même qu’il n’était plus maire mais candidat… mais ne parlerait qu’après les élections !)

Le cheval de Troie

Le cheval de Troie s’invite donc à Bagnères l’an passé, avec son satisfecit et celui de la CCHB (Communauté de Communes de la Haute-Bigorre), au pôle hôtelier qu’elle met en gérance, ainsi que celui de deux autres communes proches.

C’est pourtant un fait acquis, d’une toxicité plus que du double par rapport à la crise sanitaire du Covid : au 8 juin, près de 30 000 décès sont constatés en France. Mais le total des morts dues à la pollution de l’air est de 67 000 par an depuis des années, chiffres publiés par la revue médicale de la Société européenne de cardiologie : 800 000 morts en Europe chaque année soit 133 pour 100 000 habitants, moyenne bien supérieure aux 120 de la statistique mondiale.

C’est en premier lieu pour cette raison que nous nous opposons à ce développement climato-sceptique — et je pèse mes mots — : une revue de 4x4 publie l’an passé ceci :

« Dans le cadre de la loi de finances 2020, existait un amendement porté par le député Matthieu Orphelin (ex-LREM), avec le soutien de la présidente de la commission du Développement durable Barbara Pompili (LREM) et du député Éric Alauzet (LREM). Ce texte voulait introduire un malus au poids, en plus de celui aux émissions existant déjà. Je vous laisse imaginer pour les pick-up 4x4.… entre un malus écologique à 12 500 euros et un malus au poids à 10 000 euros, c’était la mort assurée ! »

Quand 15 villes de France décident de mettre en place, sous la pression de l’Europe qui menace le gouvernement de sanctions, les Zones à Faibles Émissions, les mêmes mettent en ligne une pétition pour s’opposer aux restrictions de circulation. Et ils se rabattent sur des régions — je cite à nouveau — « où il fait bon vivre… l’offroad ! »

Trop c’est trop !

Trop c’est trop ! Les montagnes qui nous environnent sont vivantes, et ses habitants, ses animaux, ses forêts et ses biotopes peuvent prétendre à davantage qu’à être l’objet de petites balades motorisées, comme la vallée de l’Arve près du Mont Blanc, le Nord Pas de Calais et la Suisse ne savent plus comment se défaire de ces envahissements bruyants, toxiques et dangereux, installés depuis plusieurs décennies. Les profiteurs friqués de la nature (qui peut se permettre de lâcher 12 500 € par an de budget loisirs, avant le 1er km, plus toute l’essence pour faire avancer ces tanks (terme utilisé par les Berlinois, à la suite de la mort de quatre piétons écrasés par un chauffard l’an passé), énergie fossile qui vient contaminer non seulement nos vallées mais déjà des chemins carrossables

Ce n’est pas possible d’accepter ça, en laissant quelques dizaines de nantis assoiffés de sensations fortes, venir défoncer des chemins que les Pyrénéens paient par leurs impôts pour la défense d’un bien commun, d’un bien durable, c’est-à-dire à transmettre en bon état aux enfants et petits-enfants.

Ces défenseurs de l’hyper-libéralisme sont trop en décalage, bien conscient — et les lobbies sont encore très présents, puisque l’amendement Orphelin a été bloqué — avec la réalité du monde. Il n’est plus possible aujourd’hui d’exploiter la candeur du consommateur en lui faisant miroiter qu’il va prendre son pied avec un bolide qui grimpe au mur (les 6x6 sont très bientôt à la vente en Europe !).

Et nos maires ont intérêt à se concerter avec la population pour ne pas risquer d’être l’objet d’oppositions de plus en plus importantes, à l’heure, de surcroît où la Banque Mondiale atteste de la plus grave crise économique depuis 1870, supérieure à celle de 1929 !

Ne réintoxiquons pas le monde !

Non, dix fois non, à ce Salon du 4x4 et à tous ceux qui ont encore besoin de ces petits rêves de machines articulées pour s’imaginer dans la nature ! car la crise économique n’est pas isolée du reste : malgré des taux de CO2 records dans l’atmosphère, les subventions massives aux énergies fossiles se poursuivent, doublées d’un plan à 8 milliards pour soutenir les machines qui les vaporisent, les espèces vivantes disparaissent, les abeilles meurent par milliards, des seuils de pollution sont observés jusqu’à Gazost en 2013, il faut changer de paradigme !

* * *

Pour les contacter : nonausalon4x4@protonmail.com

PAS DE SALON DU 4X4 - NON À LA RÉINTOXICATION DU MONDE © collectif

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — France
Élie Domota : « L’État a la volonté manifeste de laisser la Guadeloupe dans un marasme »
Le porte-parole du LKP (« Collectif contre l’exploitation ») est en première ligne de la mobilisation sociale qui agite l’île depuis deux semaines. Contrairement à ce qu’affirme l’exécutif, il estime que l’État est bien concerné par toutes les demandes du collectif.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère de la population
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de l’île antillaise, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue la Guadeloupe, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio

La sélection du Club

Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85