BONNEAU Alain
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

En Bigorre

Suivi par 83 abonnés

Billet de blog 18 août 2022

BONNEAU Alain
Je suis attentif à la défense de la dignité et de son expression, par la démocratie, le dialogue et la paix et tente de comprendre les ressorts profonds qui meuvent les événements.
Abonné·e de Mediapart

2022: UNE SÉCHERESSE HISTORIQUE... POURTANT ANNONCÉE DE LONGUE DATE !

En Bigorre se fait le relais de la FNE 65 (Fédération Nature Environnement des Hautes-Pyrénées) en publiant son analyse : Des conséquences du réchauffement climatique , prévisibles mais non anticipées : nous atteignons aujourd'hui les prévisions pour 2030.

BONNEAU Alain
Je suis attentif à la défense de la dignité et de son expression, par la démocratie, le dialogue et la paix et tente de comprendre les ressorts profonds qui meuvent les événements.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

FNE 65 © FNE 65

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

17 août 2022                                           

Des conséquences du réchauffement climatique , prévisibles mais non anticipées : nous atteignons aujourd'hui les prévisions pour 2030.

Depuis des décennies, malheureusement tout est mis en œuvre pour en arriver à ce constat :

  • La moitié des zones humides en France a disparu entre 1960 et 1990, alors qu'elles sont le meilleur moyen de stocker l'eau, ce sont des “ éponges à retardement ” que nous avons sacrifiées.

  • La défiguration des cours d'eau et rivières par leur recalibrage, la destruction des ripisylves (arbres des bords de rivières), l'urbanisation, et l'artificialisation des sols qui l'accompagnent sont un frein à l'écoulement naturel des eaux dans les sols.

  • Ces modifications, associées au remembrement, au drainage qui assèche les sols pour irriguer en masse des territoires agricoles toujours plus gourmands en eau, ne font qu'accentuer les pénuries d'eau et les dégâts écologiques et humains qui en découlent.

« L'eau circule trop vite pour être absorbée et filtrée vers les nappes phréatiques, et nous assistons en parallèle à une augmentation des températures. Nous ne pouvons plus satisfaire les besoins en eau pour maintenir des niveaux d'étiage suffisants : nos rivières et cours d'eau, sans ce seuil de débit minimum biologique, se meurent, leurs écosystèmes avec ».

Une ressource en eau qui n'est pas inépuisable, il faut revoir nos besoins et nos modes de pensée.

À ceux qui ne respectent pas les mesures d'interdiction et la solidarité amont-aval, rappelons que certains habitants et troupeaux des Hautes-Pyrénées consomment, par le jeu de interconnexions des réseaux, l'eau potable venant des Pyrénées Atlantiques.

À ceux qui pensent que l'eau des rivières ne sert qu'à irriguer, rappelons que les retenues de montagne côté Neste contiennent l'eau potable de l'agglomération d'Auch pour une année, soit environ 15 millions de m3. Lorsque l'eau est prélevée, en aval le niveau baisse, la température augmente et sa potabilisation devient de plus en plus difficile. De plus, il est indispensable de maintenir certains débits pour la salubrité et la dilution des rejets des stations d'épuration.

À ceux qui voient « LA solution » dans la mise en œuvre de retenues ou “ bassines ”, rappelons que dans ces dispositifs de stagnation, l'eau s'évapore et sa température augmente considérablement : plus de 6 degrés entre entrée et sortie de certaines retenues. Les conséquences sur les écosystèmes en aval sont nombreuses : faune piscicole et micro-organismes menacés, manque d'oxygène, accumulation d'algues, voire de cyanobactéries, condamnent tous les usages.

Rappelons aussi que plusieurs années peuvent être nécessaires au remplissage de certains lacs, ainsi, pouvons-nous réellement nous permettre de remplir des retenues ? De plus pour des raisons de calendrier elles ne peuvent avoir de rôle d'écrêteur de crues, et la mise en œuvre du multi-usages dans leur élaboration reste aujourd'hui une promesse non tenue.

Les associations environnementales continuent d'alerter :

  • sur la nécessité de rétablir l’équilibre en restaurant les écosystèmes.

  • sur l'inadéquation de certaines cultures en été, un effondrement des rendements est inévitable.

  • sur une nécessaire mise à plat de nos méthodes de cultures face aux changements climatiques, comme de la consommation.

« Lorsque l'irrigation représente 80% des besoins en eau en période d'étiage, alors que nous avons du mal à maintenir les niveaux des cours d'eau à leur seuil de débit minimum biologique et que l'eau potable pourrait manquer, c'est l'ensemble de la société qui doit réfléchir et s'adapter rapidement. »

* * *

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho