«Le salon du Off-road nous enfume»

Une communauté forte de 1500 signataires et sympathisants a enrichi le collectif citoyen initial. Elle s'interroge sur les véritables enjeux environnementaux et les visées touristiques à long terme proposés par le Salon du «Off-Road» dans le Haut-Adour.

Une communauté forte de 1500 signataires et sympathisants a enrichi le collectif citoyen initial. Elle s'interroge sur les véritables enjeux environnementaux et les visées touristiques à long terme proposés par le Salon du «Off-Road» dans le Haut-Adour. On est loin des 800 clics récoltés par ses promoteurs. Ces derniers ne cessent de stigmatiser les opposants, les sceptiques et même les dubitatifs... qui deviennent tour à tour bobos favorisés, écologistes rétrogrades, nostalgiques de l'âge de pierre, acteurs négatifs de l'économie locale et de l'offre touristique... bientôt écolos fascistes.

Soyons clairs ! Nous n'avons rien contre les véhicules tout terrain, contre les professionnels pour qui le 4x4 est un outil indispensable d'activité, mais nous interrogeons sur la pertinence de son aspect loisir, à l'heure où les signaux sont au rouge en matière de réchauffement climatique. Notons que ces mêmes professionnels, paysans, éleveurs, parfois élus ou simples citoyens, se positionnent sur la réalité des nuisances sonores, dérangement de la faune, dégradation des pistes entretenues par les services communaux avec l'argent des contribuables, encombrement des chemins communaux souvent à une seule voie et le ballet croissant des véhicules tout terrain qui perturbe leur travail.

"Il y a quelques années, suite aux nuisances répétées nous avons réussi à interdire la pratique d'excursions en buggy sur les pistes forestières en vallée de Lesponne . Ce n'est pas pour que cela reprenne", nous dit un éleveur. " Certains chemins communaux ont tellement été défoncés par les 4x4 que je peine aujourd'hui à les emprunter avec mon tracteur par temps de pluie" conclut un paysan de Montgaillard... En réalité, derrière l'agacement passager pointent une interrogation et une crainte plus profondes des habitants du Haut-Adour, venus de tous horizons : Un tel «salon» promu par des acteurs privés et adoubé par la CCHB ne risque-t-il pas de devenir pérenne ? La population est en droit de demander des comptes à ses représentants, par ailleurs promoteurs d'un territoire à énergie positive et signataires d'une charte avec le Parc Naturel des Pyrénées.

N'ouvrent-ils pas la boîte de Pandore en offrant son contenu aux voyagistes – véritables vendeurs d'excursions tout-terrain/motorisées / clés en mains / réservées à une clientèle friande de pratiques off-road ? Ces promoteurs peinent à trouver de nouveaux terrains de jeux … Les territoires français sont actuellement dans une logique de rejet de ces projets touristiques néfastes pour les populations et l'environnement. Les organisateurs qui affichent une apparente quiétude et tentent derrière une impatience maladroite de dédiaboliser leur sport mécanique n'en sont pas à une approximation près, dans leurs communiqués de presse...

Ainsi la mairie de Bagnères n'a pas - à ce jour - donné son accord sur l'intégralité du parcours et tente de cantonner les véhicules tout-terrain aux seules routes ouvertes à la circulation : car il s'agit bien de 49 véhicules qui participeront chacun à un ou plusieurs parcours durant deux jours, et pourraient venir en éclaireurs découvrir des itinéraires, lesquels (silence !) seront relayés sur les réseaux sociaux et pourront être proposés ultérieurement comme produits touristiques.

Autre rumeur: celle où le député Jean Bernard Sempastous (cohérent avec sa signature de la pétition anti-salon-off-road) répond à l'interpellation d'un habitant : "Surpris aussi de l’article de la Dépêche annonçant ma présence à la manifestation !!! Vous n’êtes pas le premier à revenir vers moi sur ce sujet. Je n’ai en aucun cas prévu de m'y rendre."

Mais oui, des maires alertés par les « sentinelles de l’environnement » (non par les organisateurs) à propos des circuits proposés, font avec l'appui de France Nature Environnement et de l'ONF leur possible pour interdire ces portions de circuit et protéger le territoire.

 

LE HAUT ADOUR FUTUR TERRAIN DE JEUX POUR CITADINS EN MAL D'AVENTURE ?

Il s'agit de mettre en valeur notre région, notre patrimoine et de trouver un compromis entre ceux qui vivent ici et ceux de passage. Un salon du 4x4 ne peut pas imposer à une vallée son empreinte carbone et ses nuisances au détriment de l'humain. La montagne est « la destination estivale de choix pour sa quiétude ». Elle échappe aux pollutions et nuisances sonores et permet surtout de retrouver un rapport simple avec la nature. Ce tourisme tout-terrain motorisé de piémont et de basse montagne se fera au détriment d'un tourisme déjà bien implanté et en pleine explosion dans nos vallées. Un tourisme déjà générateur de nuitées et de richesses pour les commerçants du territoire.

Les randonnées VTT au potentiel énorme, le vélo de route lié à l'emblématique Tour de France, le trail avec déjà des courses emblématiques, l'engouement pour le ski de randonnée, les randonnées pédestres, le canoë et le Stand Up paddle sur le lac de Payolle, le canyoning, les randonnées muletières, le thermalisme, l'offre culturelle et patrimoniale abondante... notre RICE (Réserve Internationale de Ciel Étoilé) est là, au cœur d'un tourisme doux à forte valeur ajoutée et d' une vision à long terme pour nos territoires. La ville de Bagnères de Bigorre ne s'y trompe pas et doit tenir le cap. L'avenir est à un tourisme écoresponsable. La signature d'une charte avec le Parc National des Pyrénées en est un signal fort.

Ça crame, on fait quoi © Marcel Duchamp Ça crame, on fait quoi © Marcel Duchamp

Ce salon envoie a contrario un signal dépassé, d'un autre temps : celui des safaris. Il faut renoncer à ces vielles lunes et désormais s'efforcer de promouvoir une offre touristique en phase avec l'air du temps,

 

GREENPEACE et GREENWASHING

- Le 10 septembre, Greenpeace a remis son rapport : «  L’industrie automobile, moteur du dérèglement climatique. » Où l'on découvre que le seul boom des SUV et 4x4 ces dernières années a fait augmenter les émissions de CO2, annulant ainsi tous les progrès obtenus dans d'autres secteurs industriels civils.

Ce rapport est publié alors que les parlementaires français examinent depuis le 11 septembre la Loi Énergie-Climat avec la question de l'encadrement de la publicité pour ces 4x4, SUV, Crossover, qualifiés de « lourds et peu aérodynamiques » selon le rapport de juin établi par le Haut Conseil pour le Climat.

- Parler de “tout-terrain” comme d'une “activité nature” ne convaincra que les dupes. Le Greenwashing – « éco-blanchiment » – fleurit en ces temps de confusion… repeignant en vert de nombreuses activités bien polluantes.

Ecoutez plutôt : "Salon off-road" " activités de pleine nature" -« outdoor » « cross- over » -E-mobilité... pour faire entrer dans la cité et le paysage ce cheval de Troie, ce leurre rempli d'exposants et de concessionnaires automobiles, d’accessoiristes venus présenter leur dernier modèle 4x4 ou SUV.

Et au milieu … un vendeur de vélos électriques sera leur caution écolo.

 

Le Salon du Off-road nous enfume mais quand la fumée disparaît… restent les citoyens qui contestent ou seulement doutent et s'interrogent sur le modèle durable proposé.

Le jour de l’inauguration du salon, ou plus tard ... rejoignez-nous afin que les traces que nous laisserons ne soient pas que des traces de pneus...

 

Article écrit par plusieurs rédacteurs du collectif 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.