NOTRE LÉGITIME COLÈRE

Dans les Hautes-Pyrénées, la colère légitime monte et son cri s’organise en résistance active face au laminoir de la démocratie planifié par la soit-disant “élite” au pouvoir. Le blanc-seing prétendu des élections quinquennales ne peut être invoqué pour outrager les libertés fondamentales. Garder la tête haute est essentiel, psychiquement, humainement et solidairement.

Pour les pourfendeurs de la sociale, le couvre-feu est bien l'état de préparation psychologique de la division avancée.1 Comment reprendre la main sur ce peuple qui continue d’exiger que nos vies valent plus que leurs profits ?

Vous avez la réponse : après les agglomérations, ce sont les campagnes qui sont maintenant en état de contingence sociale.

Boulot, boulot, boulot telle devient la devise de la monarchie républicaine. L'incurie de gestion de la crise sanitaire conjuguée à la casse du service public hospitalier donne ce résultat hautement prévisible depuis trop longtemps.

Nous avons tou·te·s bien compris – et sommes réellement contrarié·e·s – que ces gouvernants nous prennent pour des idiots. Alors, il nous reste ce que nous avons de meilleur à déployer partout où nous sommes, dans les entreprises comme dans nos villages : le droit légitime de résistance en organisant la solidarité et en maintenant le lien, qui est davantage que social puisque nous leur opposons le lien d'humanité, seul vecteur qui totalise davantage de résultats que le CAC 40.


Les droits de l'Homme … d'État © Favre Les droits de l'Homme … d'État © Favre

 

 

Déployez des banderoles de poésies, des dazibaos de slogans de vie, des revendications hautement plus importantes que leur visions d'algorithmes que sont celles, sur le maintien de la biodiversité, le respect du vivant et bien sur la dignité humaine et sociale.

Créez pour résister dans cette période d'euphorie totalitaire où les suicides des idées sont en soldes.

Ne vous épargnez aucune peine de dialogue et de rassemblement sur nos convergences de vies, refusons l'inutilité de leur système mortifère, transformons-nous en Halloween pour leur donner des nuits de cauchemar qui ensemenceront nos sourires de luttes. Écrivez à vos ami·e·s, vos frères et sœurs, vivez pleinement en continuant à dupliquer le poème de Paul Éluard "Liberté j'écris ton nom" 2

Fredonnez « Ma France » de Jean Ferrat 3 et conjuguez tout ce que vous pourrez à la première personne du singulier que nous sommes tou·te·s.

 

Soyons fier·e·s de nos identités de lutteur·e·s et ne nous laissons pas gagner par leur terreur.4

Retrouvons-nous dans ce qui demeurera le terreau fertile de notre avenir, la condition humaine comme arme de conviction massive. Ne baissons pas les bras, ne baissons pas les yeux. Poussons leur vieux monde vers sa sortie définitive.

Tendons la main à nos frères migrants, à nos anciens, aux plus jeunes pour écrire avec eux cet avenir auquel ils ont droit.

 

RÉSISTONS !

 

Pascal L.

                                                                                                                        ***

 

_____________________________________________________________________________________________

NOTES :

1Dr Frédéric BADEL, psychiatre : COVID 19 : le non-sens

extraits : « Le non-sens est une puissante arme de destruction mentale. Le cerveau a du mal à fonctionner quand les repères logiques disparaissent. Le non-sens permet à la sidération initiale créée par la peur, la culpabilisation et la sanction de s'établir plus durablement dans l'esprit. »

« Observons nous des excès de confusion chez les personnes qui portent un masque seules à la campagne, à la plage ou dans leur voiture […] signe d'une intense soumission liée à une perte de contact avec la réalité de l'environnement, soumission issue d'une terreur savamment entretenue. […] Le non-sens conduit progressivement à l'impuissance apprise, terme issu de l'expérimentation animale.»

https://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/10/20/covid-19-le-non-sens-309943.html

extrait : « L’envoyé britannique à l’OMS, le docteur David Nabarro, a dénoncé le confinement récurrent comme principale mesure pour lutter contre les remontées d’infections à la COVID-19, en précisant que cela pourrait entraîner un appauvrissement généralisé à travers le monde. »

https://www.tvanouvelles.ca/2020/10/12/un-envoye-special-de-loms-denonce-le-confinement-comme-principale-mesure

2https://www.jepoemes.com/poeme/liberte-poeme-de-paul-eluard.15224/

3https://www.lacoccinelle.net/1189725-jean-ferrat-ma-france.html

4 cf. aussi https://fr.wikipedia.org/wiki/Expérience_de_Milgram

extrait : «Le maintien de l'individu dans un état agentique dure aussi longtemps que s'exerce le pouvoir de l'autorité et qu'elle n'entre pas en conflit avec le comportement du groupe (le conformisme) et un certain niveau de tension ou d'anxiété personnel.

La tension que ressent l'individu qui obéit est le signe de sa désapprobation à un ordre de l'autorité. L'individu fait tout pour baisser ce niveau de tension ; le plus radical serait la désobéissance, mais le fait qu'il ait accepté de se soumettre l'oblige à continuer à obéir. Il fait donc tout pour faire baisser cette tension, sans désobéir.»

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.