BONNEAU Alain
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

En Bigorre

Suivi par 83 abonnés

Billet de blog 30 sept. 2021

BONNEAU Alain
Je suis attentif à la défense de la dignité et de son expression, par la démocratie, le dialogue et la paix et tente de comprendre les ressorts profonds qui meuvent les événements.
Abonné·e de Mediapart

Témoignage du Dr Denis Agret démissionnaire du Conseil de l'Ordre en Occitanie

Par ce témoignage, le docteur Denis Agret expose les documents de l'ANSM et les non-explications, depuis les trois mois écoulés, de la société Pfizer, alors que les preuves de la dangerosité des vaccins sont exposées officiellement, notamment pour les plus jeunes.

BONNEAU Alain
Je suis attentif à la défense de la dignité et de son expression, par la démocratie, le dialogue et la paix et tente de comprendre les ressorts profonds qui meuvent les événements.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Bonjour,

Docteur Denis Agret, n° RPPS 1032 58 406

Montpellier, le 26 septembre 2021.

Allocution publique et courrier en recommandé et accusé de réception.

Ce message s’adresse à :

- M. Claude Jeandel, professeur universitaire, gériatre au CHU de Montpellier et Conseiller Médical de la fondation “Partage & Vie”

- M. Dominique Monneron, Directeur de la fondation “Partage & Vie”

- M. Philippe Cathala, président du Conseil Départemental de l’Hérault

- M. Jean-Luc Le Gall, président du Conseil Départemental du Var

- M. Sauthier et M. Ricordeau, directeurs de l’ARS Occitanie

- M. Bouet président du Conseil national de l'Ordre des Médecins.

- Madame Ève Parriet, Directeur du Centre national de Gestion des PH

- M. Olivier Véran, ministre de la Santé et

- M. Jérôme Salomon, directeur général de la Santé

- M. Emmanuel Macron, président de la République

Ce que je vous ai exposé depuis décembre 2020 relève d’une expertise médicale, d’un diagnostic médical populationnel, fruit de mes compétences et diplômes en santé publique, en médecine générale et en médecine d’urgence.

Mon diagnostic repose sur des données factuelles publiques de la fondation “Partage & Vie” et des sites publics de l’INSEE, de Santé Publique France et de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament.

En médecine, il y a des diagnostics différentiels, histoire de ne pas s’égarer dans une seule direction et se tromper de diagnostic. Il faut savoir se questionner et reconnaître ses erreurs, la médecine et la vie me l’ont appris, vous semblez l’avoir oublié.

J’ai été classé 3ème en 1re année de médecine à Montpellier et 1000ème sur 5000 à l’internat, soit 20ème sur 100. Je ne suis pas plus bête que vous, mon CV est disponible sur le site adoptetapolitiquesanitaire.fr .

Pour mémoire, M. Jeandel, vous avez été mon président de thèse en 2006 et c’est vous qui m’avez recruté en septembre 2018 à la fondation “Partage & Vie”. Avec le concours de Dominique Monneron, énarque, vous m’avez licencié en janvier 2021, parce que vous n’avez pas voulu rendre publics mon analyse des chiffres de mortalité de 83 EHPAD et 10 000 résidents de la fondation d’intérêt public. Ceci constitue une dissimulation de preuves.

J’ai prévenu M. le Président de la République dès janvier 2021 par courrier, puis M. Jérôme Salomon et par son biais, M. Véran, les 577 députés, le conseil départemental de l’Ordre des Médecins de l’Hérault et lundi dernier, l’ARS Occitanie par micro, devant une porte fermée. La seule députée et médecin à avoir défendu de manière honnête, intègre et courageuse les valeurs de la médecine s’appelle Martine Wonner. Nous avons manifesté ensemble.

L’article de Midi Libre du 23 septembre constitue bien le fait que vous avez accusé réception de mon message devant l’ARS le lundi 20 septembre, vous informant des conditions gravissimes de ces vaccins. Encore dans le rapport détaillé de Pfizer, de l’ANSM de ce samedi 25 septembre et sur mes tweets, le constat est éloquent :

Chez les 19-24 ans, 196 cas graves au 1er juillet pour 520 cas graves au 26 août soit une augmentation de plus de 165 % en deux mois.

Chez les 16-18 ans, 24 cas graves au 1er juillet pour 135 cas graves au 26 août soit une augmentation de 462 % en deux mois seulement. Et nous ne disposons pas encore des données du mois de septembre.

[page 7/76]

ANSM Santé Publique - cas graves dûs au vaccin Pfizer chez les 16-18 et 19-24 ans © ANSM

Compte tenu du contexte politique qui dirige l’action de la santé depuis plus de 18 mois, empêche la liberté de prescrire des médecins, met en cause la liberté de ne pas être vacciné et d’exercer simplement une médecine qui consiste à responsabiliser les patients et promouvoir la vraie prévention, la vraie santé publique, une politique qui empêche la liberté d’expression, je vous présente de manière solennelle et publique ma démission du Conseil National de l’Ordre des Médecins, ma démission de mon statut de praticien hospitalier, praticien des hôpitaux en disponibilité. Je renonce à la reconnaissance ordinale et je renonce à mon diplôme français de médecin.

M. Cathala, vous m’avez avoué, le jour de ma garde à vue politique que vous étiez étonné de me voir là, alors que vous étiez dans une posture de médecin clinicien et non d’un président de l’Ordre, que ce que je disais deviendrait un jour la vérité. Je me fous d’avoir raison, j’ai juste fait un diagnostic médical populationnel qui résulte de mon expertise liée à mon vécu et à mes diplômes de médecin.

Par contre, je ne peux ignorer les centaines de personnes en bonne santé et jeunes qui vont avoir des conséquences graves ou décéder suite à ces vaccins anti-Covid, action iatrogène – faut-il le rappeler – alors que le virus Corona aggravait des personnes âgées et malades. Les variants ne sont que le reflet de la nature étant donné que les virus ARN ne disposent pas d’ADN polymérase permettant de réparer cet ARN et que par conséquent, si l’on séquence régulièrement des virus qui mutent spontanément, on trouve de nouveaux variants. Ce ne sont pas les variants qui sont dangereux mais les vaccins, leurs conséquences gravissimes.

La médecine m’a appris tout autre chose que ce que vous voudriez nous faire vivre aujourd’hui, à savoir la discrimination pour état de santé. L’éthique a volé en éclats, elle n’existe plus. Il faut tout reconstruire :

si le secret médical est vendu au capitalisme, alors demain, nos enfants devront produire un test ADN à l’embauche et seront triés en fonction de leurs gènes, le top du top de l’eugénisme.

Quelle société stérile attend nos enfants ? Moi,ça me dégoûte profondément et je vous laisse avec votre conscience et vos certitudes. J’ai appris de bien plus belles choses dans la vie et de bien plus belles valeurs : l’écoute, la compréhension, le soutien de tous, quel que soit leur âge, leur couleur, leur religion, leur sexualité bien sûr, et bien sûr, quel que soit leur état de santé. J’ai perdu toute confiance en vous et envers tous les médecins qui continuent à appliquer cette règle inique, où c’est l’État, la politique, qui dirigent la médecine. Tous les professeurs universitaires, sauf quelques exceptions, ont fermé leur gueule, y compris ceux que je connais en privé et qui, dans le secret, ne sont pas vaccinés ni ne portent de masque et ont fort bien compris la supercherie et ont, pour certains, fait de faux certificats dans le silence de l’Ordre. Sans confiance il n’y a plus de collaboration possible ni de la confraternité. L’hypocrisie qui règne dans ce moment historique ne fait que révéler à quel point vous avez été achetés par des laboratoires de médicaments.

J’ai découvert en novembre 2020 avec stupéfaction et horreur que mes livres de médecine, en 1995, il y a vingt-six ans, étaient sponsorisés par la branche “division santé” de Monsanto. [7:10]

livres d'Internat sponsorisés par la division santé de Monsanto © Denis Agret

En résumé, la médecine est sponsorisée par une industrie pétrochimique qui a fait oublier à quel point la prévention primaire et secondaire est primordiale. C’est sûr, il ne faut pas trop faire de prévention au cas où tous les milliardaires perdraient quelques millions.

Je ne peux plus ordonner, je ne peux plus faire des ordonnances à mes patients sans avoir cela en fond de pensée. C’est tout cela qui éthiquement m’a fait quitter mon poste de médecine générale de La Verdière dans le Var, avec votre tract aux vilains médecins pas vaccinés. Le fait de tendre une société entre les très riches et les très pauvres ne peut que nous amener tôt ou tard à des conflits, des guerres civiles. Quelle bassesse intellectuelle de ne pas se remémorer le passé pour ne pas répéter ses erreurs dans le futur ! La peur a alimenté tout le système actuel, mais aussi la très bonne obéissance, la culpabilité et la lâcheté, la manipulation d’un peuple en somme.

J’aurai appris tellement de choses en dix-huit mois, j’aurai rencontré tellement de belles personnes en dix-huit mois que je pourrais vous remercier. Mais ne même pas avoir l’intelligence émotionnelle de vous questionner et reconnaître vos erreurs publiquement vous emmène vers un gouffre. L’objet de mon discours devant l’ARS lundi dernier était préventif, une main tendue pour la paix ; il n’y avait aucune menace. Les victimes, ce sont ceux qui subissent les effets secondaires des vaccins et leurs familles, pas vous. J’espère que la justice fera son travail le plus rapidement possible, j’espère que dans notre pays il y a des gendarmes, des policiers, des militaires, des juges et des procureurs intègres et courageux : montrez-vous, le peuple français compte sur vous.

La faculté de médecine de Montpellier qui soit-disant est la plus grande d’Europe est absolument décevante par son total silence. La vraie santé publique consiste à responsabiliser les patients en permettant de ne pas perpétuer la souffrance dans le futur, en évitant des morts et des handicaps précoces. Le tabac, l’alcool, la sédentarité et la malbouffe engendrent 250 000 décès tous les ans en France et au moins un million d’hospitalisations.

Il est bien évident que si nous étions tous réellement conscients nous ferions tout pour diminuer ce gâchis qui coûte plus de 200 millions d’euros chaque année en France.

Je continuerai toujours à garder mes compétences et mon envie passionnée d’être à l’écoute des hommes et des femmes de mon pays. Je les accompagnerai avec la plus grande joie, s’ils en font le choix, vers la bonne santé mentale et physique : mens sana in corpore sano – un esprit sain dans un corps sain -. Sur ces considérations et celles du Serment d’Hippocrate 1 primum non nocere 2 – je vous salue.

À partir de maintenant, vous assumerez pleinement vos responsabilités dans cette crise, sans moi : je rends ma blouse et je m’en lave les mains.

Docteur Denis Agret, être souverain et intègre »

© Denis Agret

PS : Peut-être qu’un jour, sous un gouvernement d’après-guerre, dans d’autres pays, ma parole pourra être comprise : l’homme ne comprend qu’après coup.

PS2 : Les médias corrompus, arrêtez de transformer ma parole, de l’inverser. Vous nourrissez la colère, la haine, la guerre. Vous êtes responsables, comme tous ceux cités en tête de cette lettre.

Et enfin, à tous mes amis, gardez l’espoir, la joie, la bonne humeur, soyez solidaires, fraternels : l’issue, la libération vers la paix, est proche.

* * *

1https://www.conseil-national.medecin.fr/medecin/devoirs-droits/serment-dhippocrate

2https://www.conseil-national.medecin.fr/code-deontologie/introduction-commentaires-code-deontologie-art-1/introduction-commentaires-code lire également sur cette page à propos du « secret médical ».

La vidéo dont j'ai retranscrit le texte est disponible sur le site : 

https://legrandreveil.co/2021/09/28/discours-dun-medecin-conscient-je-rend-ma-blouse-et-je-men-lave-les-mains-je-suis-souverain-et-integre/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Congrès EELV : Marine Tondelier en passe de prendre « la suite »
L’élue municipale à Hénin-Beaumont et cadre dirigeante de longue date est arrivée largement en tête du premier tour du congrès d’Europe Écologie-Les Verts. Mélissa Camara, candidate proche de Sandrine Rousseau, arrive troisième derrière la proche de Yannick Jadot, Sophie Bussière. 
par Mathieu Dejean
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard
Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson

La sélection du Club

Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement