Billet de blog 10 juillet 2008

gael gauvin

Abonné·e de Mediapart

La fatigue de Linus

gael gauvin

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

14 juillet 2007, Grand Bornand, 7e étape du Tour 2007, Tour du renouveau: Linus Gerdemann remporte l'étape, la première à hisser le peloton en haut d'un col de 1re catégorie. L'épuisement du jeune coureur allemand de la T-Mobile sur la ligne d'arrivée, encore visible sur son visage au moment où il enfilait son premer maillot jaune, avait valeur d'événement pour qui avait pris l'habitude de voir sur la ligne d'arrivée les visages "comme si de rien n'était" des mangeurs de cols hors catégorie. Le lendemain, le jeune allemand ne put rien contre l'offensive solitaire du danois volant Rasmussen... On connaît la suite.

© tobiasjanning


Une victoire à la Gerdemann ferait le plus grand bien au Tour 2008 à la recherche éperdue des preuves de son "re-renouveau". Pas de chance, l'Allemand de l'année s'appelle pour le moment Schumacher et froisse de la carrosserie sous amphé! Pas de chance, le premier Français pointe à la 29e place du général! Et la spécialité très française du prix de la combativité ne suffira pas à rendre au Tour un peu de son "innocence".

Le Tour a besoin de retrouver des visages marqués, pas seulement ceux des coureurs lâchés dans les cols ("la sélection se fait par l'arrière") dont se repaissent les caméras de télévision comme si elles cherchaient à compenser le manque de souffrance à l'avant de la course, et cela nous plairait bien de ne pas voir dans les dernières ascensions des coureurs swinguer comme Riis dans Hautacam 1995 ou, pire encore, simuler un "coup de moins bien" comme Armstrong dans le Galibier (?) avant d'éparpiller la concurrence "façon puzzle" dans les premiers virages de l'Alpe.

Alors, aujourd'hui, en haut de Super-Besse, j'attends un vainqueur inattendu qui montre des signes ostensibles et indubitables de grande fatigue.
Au fait, qui a des nouvelles de Linus Gerdemann ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.