On survivra ... au Covid19 (et au loup)

4 avril, des enfants confinés prennent la plume, la palette ou le clavier

Zoé, 9 ans

On survivra…

 Il était une fois, une fille nommée IRISIA, qui habitait la Finlande. Elle habitait un petit village nommé HANKO, dans une petite maison, et elle vivait avec sa mère.

Son père était décédé à sa naissance.

Irisia avait 13 ans, et avec son collège, elle faisait une sortie en Chine, précisément à Wuhan. Dans cette ville il y avait un virus mortel. Le jour même où elle devait partir à Wuhan, elle se dit : « Mais si je l’attrape ? ». Ce que vous ne savez pas, c’est que Irisia  avait beaucoup de problèmes aux poumons et elle était asthmatique.

Elle s’installa dans un hôtel 5 étoiles, et le soir même, à l’heure de manger, elle alla au restaurant. Elle vit un monsieur qui toussait beaucoup, et d’un coup, une ambulance arriva sur les lieux, et embarqua le monsieur. La femme de celui-ci se mit à pleurer, Irisia alla la voir sauf que la dame ne pleurait pas pour son mari, mais elle ne se sentait pas bien du tout.

Elle prit une grande inspiration et toussa sur Irisia, elle recommença plusieurs fois et Irisia n’eut pas le temps de bouger ni de prononcer un mot.

 Après cet incident, Irisia avait peur de l’attraper, elle se renseigna pour trouver le nom de ce virus, qui se nommait le « coronavirus » ou « covid 19 ». Mais elle trouva quelque chose qui la choqua, le virus avait commencé dans cette ville. Son cœur se mit à battre très fort, tellement fort qu’elle se dit : « Il faut que je retourne en Finlande ».

Pendant qu’elle faisait son sac pour partir de Wuhan, un message lui arriva. C’était sa meilleure amie Octavia. Octavia disait qu’il y avait une extrême urgence, c’était tout ce qu'il y avait de marqué.

Irisia fugua de l’hôtel. Arrivée en Finlande, elle arriva devant sa maison, mais il y avait un panneau sur lequel était noté : « A VENDRE ».

Irisia sortit de sa voiture pour appeler sa mère. Elle l’appela plusieurs fois mais elle tombait toujours sur le même répondeur. Mais bizarrement ce n’était pas son répondeur habituel.

 Irisia remarqua que c’était le répondeur de l’hôpital ! Octavia arriva sur les lieux. Elle lui expliqua tout. La mère d’Irisa était infirmière libérale et devait soigner une jeune chinoise atteinte du COVID 19.

 

Andréa, 9 ans

Ma première colonie de vacances

J'ai  fait plein de bisous à ma famille avant de partir pour ma première colonie de vacances. Puis je suis  montée dans le bus. Je me suis mise à coté de Yovan mon copain  et derrière il y avait Rose ma copine. Puis mon copain Yovan  a  sorti de sa poche un bâton de colle vide. Il m'a expliqué qu'il fallait mettre un mot dedans puis le  passer  à quelqu'un. Il a commencé il l'a passé à Rose  puis on a fait ce jeu pendant tout le voyage.

« On est arrivé » a dit l'animateur. On s'est installé dans la tente tous les trois. Puis on a installé une guirlande dans la tente. L'animateur a dit : « on mange ». Au repas on a eu des frites, des moules, des nuggets et du fromage. C'était l'anniversaire d'un CM1 que je ne connaissais pas. On a mangé du gâteau et on a bu du coca.

Après on est rentré dans la tente, ni moi ni mes amis n'avions envie de dormir. Ma copine Rose a eu une idée : « si on allait dans les bois ? ».

On est sorti de la tente puis on est allé dans les bois tous les trois, on avait peur, très peur, « j'ai vu une ombre » a dit Yovan. « Mais non, ce n'est pas vrai n'est ce pas ? ». On a dit « ce n'est pas vrai ? ». « C'est une blague !!! » a dit Yovan. Là on s'est retourné, « il y a un loup » avons-nous dit ensemble.

On a couru tous les trois et au bout d'une heure, on s'est arrêté de courir puis Rose a dit « mais là on est où ?, on est encerclé par des arbres, comment on va faire ?

- On campera ici. »

Puis on a pris des feuilles pour nous faire un lit et on s'est endormi.

Le lendemain je me suis réveillée et j'ai réveillé mes copains. « Il faut rentrer » j'ai dit.

On a couru tous les trois et on s'est glissé dans notre tente juste avant que l'animateur ne nous réveille...

capture-d-e-cran-2020-04-04-a-17-48-31

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.