Laurence De Cock

Professeure d'histoire-géographie

Paris

Sa biographie
Professeure agrégée en lycée à Paris, Docteure en Sciences de l'éducation. Mes recherches portent sur l'enseignement de l'histoire et l'articulation entre l'universalisme républicain et la diversité culturelle. Ma thèse est consacrée à l'enseignement de l'histoire coloniale.
Son blog
163 abonnés Le blog de Laurence De Cock
Ses éditions
1 / 5
Voir tous
  • Droit de réponse de Laurence De Cock et Mathilde Larrère au magazine Causeur

    Par
    Dans un article particulièrement mensonger et salissant, le journal Causeur montre son appétit pour l'accusation et son indifférence à la vérité. Etant resté sourd pour le moment à notre demande de droit de réponse (qui est pourtant une obligation), nous le publions ici.
  • Nous, parents, citoyen·ne·s, saisissons le défenseur des droits

    Par
    Un collectif citoyen saisit le défenseur des droits sur l'affaire de l'occupation du lycée d'Arago et de la répression policière qui a suivi. Vous pouvez rejoindre la liste en signant la pétition ci-dessous.
  • Quand Jeanne d’Arc convulse en Andalousie

    Par
    Dans un collège des Alpes-Maritimes, une professeure de musique a fait chanter à ses élèves un chant arabo-andalou et déclenché une vague d’insultes et menaces sur les réseaux sociaux à la suite de réactions de parents dont l’une des photos de profil ci-dessous montre l’étendue du désastre.
  • Je ne suis pas une indigène de la république

    Par
    Je me lance aujourd’hui dans un exercice difficile dont je mesure tous les pièges. Je me lance également dans un texte dont je déteste par avance la posture : la mise au point contrainte et forcée par la tyrannie du jeu médiatique qui désigne à la vindicte publique sans la moindre précaution oratoire
  • L’école mérite mieux que nos souvenirs adultes de pages jaunies

    Par
    A l'attention de Johann Chapoutot. Je viens de lire ta tribune en hommage aux enseignants publiée dans Libération. Je ne peux qu’acquiescer sur l’intention : le métier est beau et laisse des milliers d’anonymes dans les limbes de l’oubli  ; on peut y penser avec tendresse et reconnaissance, il faut le faire, et tu le fais plutôt bien, à travers ton regard de jeune père, et d’ancien enfant.
Voir tous