Billet de blog 19 mars 2020

Le monde parallèle et la maison confite

19 mars : des enfants confinés prennent la plume, la palette ou le clavier

Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Marie, 11 ans

Dans la ville de Paris, vivait un étrange garçon. On racontait qu’il passait ses journées entières dans sa chambre. Le seul moment où il en sortait c’était pour aller aux toilettes.Pour manger, on devait impérativement lui apporter son plateau du matin, du midi et du soir. Mais attention, interdiction d’y entrer. On devait le déposer devant sa porte. Un jour, alors que l’on toquait à sa porte pour  lui dire que l’on avait apporté son plat, aucune réponse. Alors, on refrappa, pas de réponse non plus. Etrange…se dit sa mère. D’habitude, il dit toujours merci et bon appétit. Mais là, rien. Alors, par curiosité, elle ouvrit la porte juste de manière à voir si son fils était là. Elle ne vit personne. Elle pensa alors qu’il était aux toilettes mais, c’est son père qui en sortit. Pour la première fois depuis douze ans (oui, car Edouard (le garçon) avait douze ans), elle entra dans la chambre de son fils. Elle découvrit des centaines de photos, cartes et schémas accrochés au mur. Elle regarda sur son lit et vit un petit objet qui ressemblait fortement à un rubik’s cube, mais, il était doré. Par curiosité,elle le toucha et, instantanément, elle se retrouva à coté de son fils en pleurs dans une sorte de bulle qui était posée dans une sorte de vide. C’était la première fois qu’elle voyait son fils depuis dix ans. Qu-est ce qu’il avait changé !!! Etant donné que son fils était en pleurs, elle lui demanda non seulement où ils se trouvaient, mais aussi ce qu’il avait. Alors, son fils se mit à tout lui raconter. Il lui expliqua que depuis tout petit, il était fasciné par l’idée qu’il pourrait très bien y avoir un monde parallèle. C’est pour ça qu’il restait enfermé dans sa chambre, c’était pour se concentrer mais aussi parce qu’il ne voulait pas qu’on le sache car il disait que l’on aurait très bien pu le prendre pour un fou. Il avait réussi à construire cet objet doré grâce à toutes ces années de recherches. Il pensait, il était même sûr que cet objet pourrait l’emmener dans un monde parallèle, et il en était fier.  Comme il était sur de lui, il manipula l’objet et, d’un coup, il se retrouva dans cette bulle. Malheureusement, il s’était trompé dans un calcul, un seul calcul.

Sophie, 8 ans

 Bonjour, j'écris mon histoire pour le gentil monsieur de Mediapart. Ma maison est en deux : avec le salon-chambre et la cuisine-bureau. Ce matin j'ai mangé une gaufre en forme de cœur avec de la framboise dessus il y a aussi le frigo qui fait des ron-ron et le café qui sent trop fort le brûlé mais qui sent bon quand même ! je m'ennuie facilement alors je dessine sur les feuilles par terre et je joue de l'accordéon. Mes cheveux sont frisés et je les coiffe même pas. Aujourd'hui j'ai mis un chapeau et une veste rouge.

Voilà le dessin de mon portrait avec mes notes de musique

Sarah, 15 ans

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé