Ebola, de la nécessité de SERVICES PUBLICS MONDIAUX

Le virus Ebola menace de devenir une épidémie mondiale. Croire, comme l'affirme la ministre de la santé, que nous sommes a l'abri est ignorer la leçon du Sida. 

En matière de santé, plus encore que tout autre, la mondialisation exige une internationalisation des moyens et un partage des progrès médicaux à l'ensemble de la population mondiale. Si les pays pauvres sont défaillants la communauté internationale doit intervenir par l'intermédiaire de  l'OMS.

D'autre part les pays riches doivent aider financièrement et techniquement à créer des SÉCURITÉS SOCIALES dans tous les pays pauvres. Pour cela j'ai fait une proposition concrète dans ma mesure de financement alternatif de notre protection sociale :

http://blogs.mediapart.fr/edition/entre-republique-et-bastille/article/300714/sauvons-la-secu-cotisations-patronales-sur-le-capital-au-lieu-de-sur-le

Je recopie aussi ci-dessous mon poste du 25/01/13 sur la nécessité de SERCICES PUBLICS MONDIAUX.

----

45)25/01/13 De la nécessité de SERVICES PUBLICS MONDIAUX avec des moyens d'actions et financiers importants.

- De plus en plus de malades viennent se faire soigner en France de la tuberculose devenue résistante aux antibiotiques. Il est indispensable de soigner ces malades (chez eux ou ici) si on ne veut pas que, de quelques malades, elle ne devienne une épidémie mondiale. Les risques de contamination en chemin et les coûts pour notre sécu devraient nous convaincre de la nécessité de la mise en place d'une protection sociale mondiale. C'est dans les pays d'origine, avec des soins gratuits, que ses maladies contagieuses (Ébola, turberculose, STRASS, grippes, sida...) doivent être étouffées dans l'oeuf. C'est pourquoi il est indispensable d'imposer que tous les pays du monde aient des systèmes de santé efficaces.L'Organisation Mondiale de la Santé doit suppléer les états qui ne peuvent pas les assurer, on doit donc lui donner les moyens législatifs et financiers de devenir un SERVICE PUBLIC MONDIAL.

- le réchaufement climatique impose une instance mondiale de régulation et de controle des émissions de gaz à effets de serre et autres polluants. La survie de humanité dépend de la mise en place le plus rapidement possible d'une Organisation Mondiale de l'Environnement avec des pouvoirs lėgislatifs, des contrôleurs internationnaux et des moyens de coercition puissants (dont un tribunal international pour juger les crimes contre environnement).

- Au lieu de dépendre de "gendarmes du monde", Etats Unis ou France (au Mali actuellement), souvent perçus comme "imperialiste" ou "colonialiste" ou de casques bleus de petits pays, plus mercenaires qu'efficaces, l'ONU devrait disposer d'une véritable FORCE DE FRAPPE INTERNATIONALE. Les, de plus en plus fréquentes, interventions militaires decidées par l'ONU devraient avoir une vraie force d'intervention, NEUTRE, avec de bons soldats, détachés des armées de tous les pays de l'ONU. Ces soldats seront sélectionnés sur leur motivation et leur RESPECT DES DROITS DE L'HOMME, ainsi que sur leur capacité à garder leur calme et à respecter les populations civiles. Paralèllement à leurs compétences à faire la guerre, ils seraient formés aux TECHNIQUES SPÉCIFIQUES de maintien de la paix et seraient réunis par contingents de langue commune mais pas par nationalités. Ils seraient beaucoup plus efficaces, mieux reçus par les populations et malheureusement de plus en plus necessaires pour lutter contre le terrorisme.

-  L'Organisation Mondiale du Travail devrait imposer ses règles du droit du travail et le respect de la chartre des droits de l'Homme et avoir PLUS DE POUVOIR QUE L'OMC. Elle devrait imposer au niveau mondial, entre autres, un age minimum de travail, un temps maximum et un SMIC minimum pour chaque pays, avec possibilité de contrôle et moyen de rétorsion commercial.

- Les révolutions arabes, faute de moyens de répondre aux besoins matériels des populations, tournent, soit aux dictatures religieuses, soit à l'anarchie ou la guerre.L'ONU devrait avoir unbudget important pour mettre en place de véritables PLANS MARSHAL pour aider les jeunes démocraties à sortir de la misère

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.