Billet de blog 10 nov. 2021

Arbeit macht frei, le travail rend libre : Macron

Le discours de Ma€ron a été très clair, son idéologie : travail, travail... = le TRAVAIL REND LIBRE = ARBEIT MACHT FREI. Il nous a clairement informés de son futur programme, réélu c'est travail d'esclave obligatoire pour survivre.

Pourlavenir
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le discours de campagne électorale de Macron a été très utile pour comprendre à qu'elle sauce nous allons être mangés si nous le réélisons. Travail, travail, travail, 20 fois travail.

Pour forcer ces paresseux qui se complaisent au chômage, il va leur couper les vivres pour qu'ils acceptent, n'importe quelles conditions de travail, n'importe quel salaire de misère, n'importe quelle précarité. Et ne doutons pas que si les mesures de réduction et même de suppression des allocations chômage, ne suffisent pas à faire accepter les pires des esclavages modernes (intérim=travail à la tâche, "auto-entrepreneur"=dépendance absolue aux plateformes internet...) Ma€ron saura carrément supprimer cet acquis social.

Mais enfin ! Comprenez bien que la "compétitivité" avec les salaires des Chinois, sinon les aumônes versées aux Bengladais, imposent de baisser nos salaires de Nabab. Et si cela ne suffit pas à redresser les dividendes, il n'hésitera pas à accorder la suppression de toute notre protection sociale à ses sponsors du CAC40 et au MEDEF (dont les présidents demandent, depuis des décennies, la peau de l'héritage du Conseil National de la Résistance : la Sécu. 

Et comme il est inadmissible que nos retraites échappent à son donneur d'ordres Black Rock et aux autres fonds de pension, le président pour les multinationales va repousser l'échéance de la retraite. Tous ceux qui veulent profiter d'une retraite avant d'être épuisés (ou morts), devront verser sur des plans de retraites par capitalisation (généreusement défiscalisés par le président pour les riches).

En effet il est inacceptable qu'une manne aussi juteuse que nos économies de précautions pour nos vieux jours, puissent  échapper à la spéculation des fonds "vautours" amis de notre Monarc. Black Rock a ses entrées à l'Élysée et le ministre des retraites est un ancien DRH d'Auchan de la richissime famille Mulliez. Les futurs retraités savent désormais ce qui les attend s'ils ne sont pas assez riches pour se payer une retraite par capitalisation : travail, travail, travail, jusqu'à ce que mort s'en suive.

Donc notre Monarc nous a exposé son idéologie, il n'y a que le travail qui rende libre : ARBEIT MACHT FREI. Le choix de société du vote Macron en 2022 est clair, le travail est la "valeur" cardinale que ses électeurs choisiront pour leur futur. 

Pour ceux qui rêvent d'un autre avenir, avec temps libre pour famille et loisirs. Pour ceux qui ne mettent pas leur bonheur à accumuler les gadgets vantés par la publicité. Pour ceux qui ne veulent pas travailler comme des forçats pour acheter le dernier iPhone ou la fast-fashion (mode éphémère) du mois. Pour tout ceux qui veulent vivre libre de disposer de leur temps et de leur argent, il reste à voter pour un autre CHOIX DE SOCIÉTÉ. 

Encore faut-il que ce choix rassemble suffisamment de votes sur la candidature qui le porte, pour qu'elle passe le premier tour et nous donne une chance de gagner au second tour de la présidentielle.

La PROPAGANDE des neuf oligarques médiatiques et des médias publics au service du pouvoir (donc aujourd'hui de Macron) réussit à imposer ses thèmes, les sondages (truqués ou non) préparent la victoire d'un des camps de l'oligarchie. Sans visibilité médiatique et sous les rouleaux compresseurs des médias grand public, l'opposition de gauche n'a aucune chance de pouvoir convaincre suffisamment d'électeurs.

La gauche, façon pulse, telle qu'elle est partie, nous promet de nous livrer, pieds et mains liés, aux différentes écuries des oligarques médiatiques. La bataille fait rage par leurs médias interposés entre la droite extrême, ultralibérale et autoritaire  : de Macron = Pécresse, Bertrand, Barnier (soutenue par Bernard Arnault et consorts) ou à l'extrême droite, autoritaire et ultralibérale : de Le Pen = Zemmour (soutenue par V. Bolloré).

Un autre choix de société implique aussi une sobriété matérielle en production comme en consommation. Cette SOBRIÉTÉ est indispensable pour contrôler notre production de gaz à effet de serre. Mais cette sobriété ne dépend pas que de notre volonté individuelle, elle dépend avant tout de L'ORGANISATION DE LA SOCIÉTÉ. Elle dépend des LOIS et celles-ci doivent servir l'INTÉRÊT GÉNÉRAL. C'est pourquoi il est indispensable de nous saisir du pouvoir au plus vite. Le GIEC, l'ONU nous ont prévenus, nous sommes au bord du point de non retour pour tenter d'enrayer les CATASTROPHES CLIMATIQUES (sécheresses, méga-feux, inondations, ouragans, montée des mers... donc famines...) et SOCIALES (réfugiés climatiques, guerres civiles et militaires pour les moyens de survivre et l'espace vital) dûes au CO2 du CAPITALOCÈNE.

Fin du mois et fin du monde ne peuvent pas être réglés l'un sans l'autre. Aussi, les partis du social et de l'écologie devraient s'entendre, pour gagné le pouvoir et enfin prendre les mesures indispensables pour améliorer notre avenir. L'union sur une CANDIDATURE UNIQUE pour former un  GOUVERNEMENT DE SALUT PUBLIC contre les régressions sociales et surtout les catastrophes du RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE devrait être là priorité des priorités. Les Allemands ont réussi à s'entendre sur un programme de coalition qui réuni de idées bien plus éloignées qu'entre EELV et France Insoumise, mais nos politiques les plus bêtes du monde, refusent de s'unir et de nous sauver.

Malheureusement ces partis ont décidé de jouer notre futur à la roulette russe, chacun par avec son champion. Tous ces champions auront l'énorme responsabilité de faire gagner la droite et donc de nous CONDAMNER a l'esclavage et aux guerres civiles de survie.

Alors que faire, abandonner tous espoirs et nous laisser submergé par l'adversité ? Il nous faut réunir le plus de votes possibles sur le MEILLEUR PROGRAMME pour changer la société : "L'AVENIR EN COMMUN". Et il faut convaincre le plus d'électeurs possible, abstentionnistes ou des autres candidats (soit-disant de gauche), que le seul VOTE UTILE est de voter pour son candidat JL. MÉLENCHON.

C'est 2022 ou jamais, c'est 2022 ou l'esclavage sous l'ultralibéralisme autoritaire. C'EST 2022 OU L'HOLOCAUSTE CLIMATIQUE !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot