Réponse à une GODILLOT abstentionniste : Mme Chabanne et à ses comparses Ps, Eevl...et autres traitres à leurs électeurs. 

Le bluff de Valls marche : c'est moi ou le déluge. Cette godillot prétend croire que Valls et Hollande sont prêts à se suicider par une dissolution. Les godillots "frondeurs" en sont à mendier que le gouvernement leur laisse une once de pouvoir : "J'aimerais déjà que le premier ministre laisse aux parlementaires la plénitude de leurs fonctions et garantisse leur droit d'amender les textes.". Soit disant "on entend plus beaucoup parler d'ordonances"


Comme si pour obtenir la confiance Valls allait se vanter de ses futures manoeuvres (ordonnances) pour faire passer la feuille de route que le MEDEF lui impose. Gattaz vient justement de remettre la pression sur le gouvernement, il en veut toujours plus. Si le premier ministre veut les UN MILLIONS D'EMPLOIS créés par les entreprises, il doit lui accorder les régressions sociales qu'il exige. Tant qu'un MINI SMIC, 2 jours férriés, les 35h, les seuils sociaux... (et dès celles-ci obtenues de nouvelles exigences repousseront toujours les emplois) les entreprises ne coopéreront pas. Valls (et Hollande) sont prêts à leur céder tous nos acquis sociaux durement obtenus, avec et depuis le Conseil National de la Résistance, contre une vague promesse d'embaucher. 


Mais même si le Medef obtenait la fin de toute protection sociale, ce n'est pas un million d'emplois en plus, que le gouvernement obteindrait mais bien UN MILLION D'EMPLOIS EN MOINS. Non seulement le pouvoir d'acchat des salariés précarisés et de plus en plus pauvres ne leur permettrait plus de vivre décemment, mais c'est toute l'économie des PME, des artisans, de petits commerçants qui péricliterait faute de clients. Par leur confiance et par leur abstention, c'est cela que les godillots choisissent pour leurs électeurs : UN MILLIONS DE CHÔMEURS EN PLUS.


Alors vous savez ce que vos électeurs font des vieux, ou jeunes, godillots, tôt (dissolution) ou tard (2017), ils les jettent.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.