Quels responsables des Maxime Hauchard et Mohamed Merah ?

L'image terrible d'un jeune francais décapitant des prisonniers de guerre au nom de la religion qu'il a choisie doit nous faire réfléchir sur la cause de sa conversion et de son évolution en coupeur de tête.Des centaines de jeunes occidentaux, comme Maxime Hauchard tombent dans le piège sans retour du djihâd. Partis pour l'idéal d'une religion promise salvatrice, ils deviennent les exécuteurs de massacreurs, fous de haine du genre humain. Comment un enfant de la France profonde, de culture catholique et vivant dans un village tranquille a-t-il put devenir le combatant fanatisé d'un faux islam ? Il nous faut chercher les raisons de cette métamorphose et en trouver les responsables.

L'image terrible d'un jeune francais décapitant des prisonniers de guerre au nom de la religion qu'il a choisie doit nous faire réfléchir sur la cause de sa conversion et de son évolution en coupeur de tête.

Des centaines de jeunes occidentaux, comme Maxime Hauchard tombent dans le piège sans retour du djihâd. Partis pour l'idéal d'une religion promise salvatrice, ils deviennent les exécuteurs de massacreurs, fous de haine du genre humain. Comment un enfant de la France profonde, de culture catholique et vivant dans un village tranquille a-t-il put devenir le combatant fanatisé d'un faux islam ? Il nous faut chercher les raisons de cette métamorphose et en trouver les responsables.

Mais qui est responsable?

Responsables ? les imans qui leur promettent le paradis (Maxime n'en a pas connus, puisqu'il s'est radicalisé sur internet) ou notre société qui n'a pas su leur donner l'idéal qu'ils cherchaient ? A ces jeunes, notre société n'offre que matérialisme et consumérisme, sans leur donner les moyens de les assouvir, en les laissant dans la prėcarité et le chômage.

Ou responsables ? tous ceux qui leur interdissent de s'insérer harmonieusement dans notre société. La jeunesse idéaliste a-t-elle d'autres voies que la révolte. Certains choisissent le djihâd, d'autres choisissent l'occupation pacifique de ZAD, Zones A Défendre. De ces deux choix, les jeunes ZADistes sont bien sûr les plus éclairés, mais ils sont tout autant réprimés. La répression organisée par Valls à Sivens est responsable de la mort de Rémi Fraisse. Le 1er ministre persiste dans la violence contre les jeunes indignés qui manifestent, au lieu de donner de l'avenir à la jeunesse.

Hollande peut bien gémir au crime contre l'Humanité, alors qu'il détruit toute l'humanité de notre société. La jeunesse était sa priorité, elle est devenu son souffre douleur, la génération sacrifiée sur l'autel des dividendes du Medef. L'ėducation, la recherche, la santé, tous les investissements d'avenir pour nous sauver du changement climatique... tous les services publics sacrifiés pour financer les milliards offerts sans contre-parties aux entreprises. Gattaz en veut toujours plus (dernière en date la suppression de l'ISF) à messure que Hollande lui cède. 
Qui est responsable, sinon celui qui a trahi ses promesses pour servir la finance (son ennemie) et cèder à l'ultra-libéralisme de l 'UE que les français ont refusé en 2005.

Hollande, Valls sont responsables et coupables de toutes ces morts, d'ici et là-bas
HOLLANDE, VALLS ASSASSINS !

---------

Je recopie ci-dessous le texte envoyé au président en janvier 2013 à propos de la montée du terrorisme international (prise d'otage à la raffinerie algérienne d'In Anemas) et du terrorisme national (Mohamed Merah).

"23/ Objet : opération au Mali, lutter contre des terroristes ou lutter contre la pauvreté

Le 20/01/2013 par le site du ministère de la défense

Monsieur le Président de la république

Notre intervention au Mali était nécessaire pour stopper l'occupation du Mali par les groupes fondamentalistes appliquant la Charia. 
Vous assurez que vous allez laisser la place aux armées africaines. Vous voulez former l'armée Malienne et lui laisser finir le travail. Croyez-vous que cela suffise ? croyez-vous que confier ce pays à des armėes locales, mercenaires des pays occidentaux est la solution pour stopper le terrorisme ? Ne pensez-vous pas que la meilleure protection contre le terrorisme serait une véritable démocratie ?  Une démocratie, avec un gouvernement efficace pour nourrir, éduquer, assurer une protection sociale aux Maliens serait bien plus efficace contre l'extension du terrorisme. Ne vaut-il pas mieux aider financièrement le Mali a rétablir un ETAT DE DROIT que de risquer un nouvel Afganistan ? Ne vaut-il pas mieux éradiquer la cause du terrorisme, la pauvreté, plutôt que de militariser toujours plus la société ? 

L'attaque du complexe gazier d'In Amenas est symptomatique. C'est la démonstration de ce que le monde risque, si nous refusons de comprendre qu'éradiquer la pauvreté n'est pas un devoir de charité mais bien LE problème de la survie de la civilisation.

Les révolutions arabes ont soulevées un grand espoir dans un monde plus juste. Mais faute de moyens concrets pour soulager la pauvreté, elles évoluent vers la dictature religieuse (Egypte, Tunisie), la guerre (Syrie), l'anarchie (Mali), le terrorisme partout dans le monde. 

Contre la misère, les peuples cherchent d'abord l'espoir dans la religion puis finissent par se révolter. Al-Qaida et toutes ses succursales locales ont fait la synthèse de ces deux issues. Il a catalysé le rejet de ce monde injuste dans la révolte armée et l'espoir dans la religion. Le résultat est un fanatisme religieux qui a trouvé l'arme absolue, des combatants prêts au sacrifice ultime, des Kamikazes. Des Kamikazes, même s'ils sont peu nombreux peuvent annéantir la civilisation (11 septembre 2001).

Notre société d'inter-dépendances mondialisées (sources d'ėnergies, matières premières, productions spécialiséée par pays, commerce international) est très fragile, un grain de sable peut enrayer ses mécanismes complexes. Le grain de sable, c'est le terrorisme et celui-ci a trouvé le talon d'Achile de notre société. 

Qu'est-ce que 40 personnes parmi les milliards d'humains ?  C'est un pouvoir de destruction immense quand ce sont des jusqu'au-boutistes déterminés à appliquer leur convictions. Les quelques combatants qui ont attaqué le complexe gazier Algérien l'ont bien compris et l'Algėrie aussi. L'enjeu de cette opération était beaucoup plus que le chantage sur la vie de quelques otages occidentaux, c'était le talon d'Achile de notre société : l'énergie. L'Algérie ne s'y est pas trompée. Elle a choisi de sacrifier les otages pour prouver aux terroristes qu'ils ne peuvent pas toucher à son bien le plus précieux, son moyen d'existence : le gaz. 

Cette attaque est la preuve de la fragilité de notre société. Ces 40 terroristes voulaient et auraient pu faire sauter l'ensemble de ce complexe. Non seulement cela aurait diminué les ressources d'énergies mondiales mais ça aurait montré la voie à tous les candidats terroristes du monde qu'ils ont un pouvoir de destruction immense sur la société qu'ils haïssent. 

Lutter contre les terroristes ne suffit pas. Le terrorisme est l'hydre dont les têtes repoussent à mesure qu'ont les coupent. Pour nous, cette catastrophe évitée doit être le signal que la compréhension des mécanismes qui mène au terrorisme est indispensable. La pauvreté engendre la croissance démographique et la croissance démographique engendre toujours plus de pauvres, il faut arrêter ce cercle vicieux. Parmi ces pauvres, de plus en plus n'auront que le choix de la révolte. Ils se rallieront à l'étendard qu'est Al-Qaida et à ses boutures qui croisseront toujours plus dans le terreau qu'est la misère.

Nous devons vaincre la pauvreté. Cela exige de partager les richesses du monde, et puisque ses richesses sont limitées par les ressources de notre terre, nous devons aussi limiter le nombre de parts, le plus ÉGALES possible, le nombre d'humains sur notre planète, espace fini. Nous avons deux méthodes pour limiter le nombres de parts à partager.

Soit nous décidons démocratiquement que les riches des pays riches comme ceux des pays pauvres doivent redistribuer leurs richesses à tous les pauvres du monde et la pauvreté disparaitra. Alors l'éducation et la responsabilité feront limiter volontairement le nombre des naissance et le partage sera moins dur et les parts suffisantes pour tous pour bien vivre.

Soit nous choisissons le partage par le vide. Nous refusons de partager les richesses et les pauvres des pays pauvres comme des pays riches se vengeront par le terrorisme et saboteront la civilisation. Pauvres comme ex-riches s'entre-tueront pour survivre et ce sera la loi du plus fort, la loi de la jungle, la fin la la civilisation.

Monsieur le President, vous voulez nous imposer, avec l'accord de flexi-insécurité du Medef, la liberté de licenciement. Ne croyez vous pas qu'en augmentant le chômage et la pauvreté en France, vous enfantez les futurs Mohamed Merah qui détruiront, ici ou là-bas, la sociétė qui les rejettent. Ici ou là-bas, la meilleure lutte contre le terrorisme est la lutte contre la pauvreté. Vous avez choisi l'inverse, vous avez choisi le libéralisme et la concurence exacerbée entre les individus. Vous avez choisi de nous entrainer dans la crise et le chaos de la civilisation. Vous êtes responsable du mal que vous prétendez combatre.

Recevez, Monsieur le Président, mes salutations citoyennes.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.