Billet de blog 21 mars 2014

Sarkozy, honte de la France ou l'aveu caché de notre ex-président

Pourlavenir
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


L'ex ministre de l'intérieur traite les magistrats de délinquants et notre systéme judiciaire de "Stasi". Voila qui va lui faire perdre bien des soutiens, pourtant longtemps acquis. Il est d'ailleurs obligé de monter lui même au créneau pour se défendre, car il devient de plus en plus dangereux de se mouiller pour lui. Il est temps de se désolidariser pour ne pas tomber avec. Ses ultimes défenseurs, sont ceux qui savent être dans la même charrette quand la justice passera.


L'ex président de la république traite la France de dictature, où les "principes sacrés de notre République sont foulés aux pieds avec une violence inédite et une absence de scrupule sans précédent". Alors rappelez-moi comment M. Sarkozy appelait sont hôte de l'Elysée, celui avec sa tente, à qui Sarkozy a permis d'acheter le logiciel d'espionnage d'internet de la société Amessis pour arrêter et torturer son opposition. Vous savez, celui qui à ordonner les sabotages du DC10 d'UTA et du Boeing de la Pan Am sur Lokerby qui firent plus de 400 morts. Assurément M. Sarkozy à côté de votre hôte, vous étiez un amateur, un grand démocrate, avec vos écoutes et vols d'ordinateurs de journalistes et vos amis procureurs Courroie(s) de transmission pour arrêter la justice.


Comme vous n'avez pas réussi à imiter votre ami Kadhafi, vous n'avez pas pu supprimer les juges d'instruction (bien sûr c'était pour défendre les "principes sacrés de notre République") vous en êtes réduit à faire du Berlusconi, à briguer encore une immunité présidentielle comme vous nous l'avouer cyniquement. "à tous ceux qui auraient à redouter mon retour, qu'ils soient assurés que la meilleure façon de l'éviter serait que je puisse vivre ma vie simplement, tranquillement… au fond comme un citoyen «normal". Et oui, comme vous préféreriez faire du fric plutôt que d'être obligé de continuer la comédie du sauveur de la république ! Pour vous, tous les moyens sont bon pour vous sauver de la justice, insulter votre pays, ses juges, ces policiers, et donc tous les Français. Non, M. Sarkozy, vous n'êtes pas un citoyen "normal", vous êtes l'ex-président du pays des droits de l'homme et vous le traitez de dictature stalinienne.

M. Sarkozy vous êtes la HONTE de la FRANCE.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Nouvelle-Calédonie : la faute d’Emmanuel Macron
En maintenant le troisième référendum d’autodétermination le 12 décembre, malgré la crise sanitaire et politique qui frappe l’archipel, le président de la République déchire un contrat signé il y a trente ans. Le processus de décolonisation va se conclure en l’absence du peuple colonisé. Une aberration politique aux lendemains dangereux.
par Ellen Salvi
Journal — France
Affaire Tapie : radiographie d’une escroquerie au cœur de l’État
Mediapart publie l’intégralité de l'arrêt de la cour d’appel de Paris qui décrypte la mécanique de l’escroquerie ayant permis à Bernard Tapie d’empocher frauduleusement 403 millions d’euros. Les magistrats résument le scandale d’une formule choc : « Les intérêts de M. Tapie étaient pris en considération au plus haut niveau de l’État. »
par Laurent Mauduit
Journal — International
Paris et Rome s’accordent a minima pour peser dans l’après-Merkel européen
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila