Pour un renouveau démocratique et plus d’éthique en politique, les initiateurs du Pari Citoyen soumettent au débat une Charte éthique de l'élu, qui popose notamment de favoriser la démocratie participative, de mettre fin au cumul des mandats, de réduire le train de vie des élu-es et des institutions et de veiller aux feuilles de route et objectifs durant les mandats. 



Voilà au moins une analyse qui fait consensus : le désamour des citoyen-nes avec leurs hommes et femmes politiques est profond. A tort et à raison, seuls 8 % des Français-es (1) déclarent faire encore confiance aux partis politiques et le nombre d’adhérent-es n’a jamais été aussi bas. Notre démocratie est en danger. Comment dépasser ce constat et ne pas céder au découragement, à l’abstention et à toutes formes d'extrémismes qui guettent ?

Impossible de rester les bras croisés. Depuis deux mois, 250 citoyen-nes se sont rassemblé-es dans Le Pari Citoyen, une mobilisation inédite, initiée sur les territoires des Pays de la Loire, pour réfléchir et agir ensemble. Pas de nouveau parti, d’adhésion, de grands discours ni de belles promesses… Mais la volonté de mieux faire vivre la démocratie. Le but ? Réinventer la politique par une dynamique innovante, qui part des bassins de vie et des expériences locales pour proposer des mesures fortes qui changeront la société… et nos vies. Partout, des gens ont des choses à dire, agissent ou veulent agir ; c’est de là qu’émane le changement dont la société a besoin. Il faut transférer cette énergie en politique. Ne râlez plus après les politiques, devenez la politique ! Dix premiers chantiers collaboratifs ont été lancés, ouverts sur la société et à toutes celles et ceux qui souhaitent apporter leurs témoignages, leurs réussites ou leurs idées et construire ensemble. 

L’un de ces chantiers cherche à réconcilier les individus avec la chose politique et ceux et celles qui la portent. Lorsque l’on demande aux gens ce qu’il faudrait pour rétablir cette confiance, certaines idées reviennent de façon récurrente : des élu-es plus à l’écoute des citoyen-nes, des réalités et des solutions de terrain, des élu-es au service de l’intérêt général et non de leur propre carrière, des élu-es qui font preuve d’exemplarité et qui ne cumulent pas... La proposition de Charte éthique de l'élu(e) pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques que nous rendons publique et mettons en consultation publique ce jour est une des tentatives de réponse à ces préoccupations (télécharger la Charte). Faisons bouger les lignes !

 Elle s’articule autour de quatre grands engagements, qui proposent notamment :

• La mise en place d’outils innovants pour favoriser la démocratie participative et l’implication des citoyen-nes. Parce que tout le monde est légitime à participer aux choix et délibérations publiques, il faut encourager chacun à le faire. Les moyens existent et peuvent être déployés : conférences/jury de citoyens, forums ouverts, réelles concertations autour des projets sensibles, budgets participatifs, e-démocratie et plateformes collaboratives, modernisation des instances existantes et ouverture plus large au public des commissions et instances de nos collectivités…

• Un non-cumul strict : un seul mandat, renouvelable une seule fois maximum. Nous proposons, via une clause de dédit, des pénalités financières importantes pour ceux et celles qui viendraient à ne pas le respecter, mais aussi des avancées pour mieux encadrer le statut de l’élu-e, tellement nécessaire pour accélérer le renouvellement. La politique doit être un passage de la vie et non une carrière, un engagement pour l’intérêt général et non un métier.

• Plus d’exemplarité avec la baisse des indemnités et du train de vie de l’institution. À l’échelle d’une région comme les Pays de la Loire, cela permettrait d’économiser deux millions d'euros sur un mandat, qui pourront être réaffectés, par exemple, au financement de projets participatifs portés par des habitant-es.

• Mieux rendre compte du mandat confié, avec des feuilles de routes publiques et des objectifs clairs pour chaque élu-e.

Cette proposition de Charte doit vivre, évoluer, s’enrichir. Avec cette phase de consultation publique de deux mois, nous souhaitons ouvrir largement le débat entre, au-delà de celles et ceux qui portent déjà le Pari Citoyen: toutes celles et ceux qui veulent donner leur avis (citoyens, associations, partis ou responsables politiques…) sont les bienvenu-es.

Retrouvons le goût de l’échange et de la construction commune. Rien n’est figé, tout est en débat. La proposition de démission d’un mandat en cas de procédure judiciaire concernant des atteintes à la probité vous paraît contraire à la présomption d’innocence ? Vous trouvez que la baisse des indemnités n’est pas justifiée pour les élu-es qui s'investissent à plein temps, ou que nos propositions de non-cumul sont trop strictes ? Vous avez d’autres idées ? Dîtes-le nous et argumentez !  

Nous savons bien que le titre choisi pour la charte est ambitieux, et qu’elle ne réglera pas tous les maux. Mais nous voulons agir concrètement et contribuer, à notre échelle, à réinventer notre démocratie. Les utopies d'aujourd'hui sont les réalités de demain.

(1) Sondage Ipsos pour Le Monde, le Cevipof, la Fondation Jean-Jaurès et France inter, réalisé par internet du 8 au 14 janvier 2014 auprès d’un échantillon de 1005 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.