Stratégie 2017 pour une Rénovation Démocratique..

Quasiment toutes les réformes institutionnelles de notre Vème République, hormis, peut être, l’élection présidentielle au suffrage universel, ont eu pour effet un éloignement, et une exclusion du citoyen des lieux de pouvoirs, de délibération ou de décision politique, à tel point que le divorce entre l’oligarchie politique et le peuple est actuellement consommé. Que faire ?.

Pour tenter de remédier à l’état déplorable de notre démocratie, de nombreuses associations, groupes ou individus développent  une véritable effervescence de propositions qui concernent tous les secteurs de la vie publique.  On en appelle à des états généraux, à la rédaction de cahiers de doléances ou de cahiers d’exigences, susceptibles d’alimenter à terme la rédaction d’une nouvelle constitution ou de préparer la convocation éventuelle d’une constituante. D’autres exigences de réformes plus spécifiques comme le non cumul des mandats, le vote blanc, la durée du mandat présidentiel, un vrai référendum citoyen, la proportionnelle, la transparence démocratique, etc.., sont également formulées  qui pourraient constituer ainsi l’ébauche d’un véritable programme de rénovation démocratique.

Cependant, bien évidemment, la concrétisation d’un tel programme législatif ou constitutionnel est suspendue à la capacité de mettre tout ceci en œuvre par la représentation politique.  Et c’est là que le bât blesse.

Nous pouvons rêver à une hypothétique nouvelle constitution, ou à l’établissement  d’un programme politique exprimant la grande diversité des revendications, démocratiques, économiques, sociales ou sociétales, il n’en restera pas moins que nous devrons nous en remettre au personnel politique pour espérer en attendre une éventuelle concrétisation. Par ailleurs, celle ci sera au mieux étalée dans le temps, sans doute dévalorisée, voire annihilée par le jeu parlementaire. Il suffit pour s'en convaincre de refaire l'histoire laborieuse, et encore non aboutie, du cumul des mandats sous le règne de cette Véme république. 

La bonne stratégie pour les citoyens serait alors peut être d’arriver à concentrer notre énergie sur la volonté d'obtenir l’institutionalisation d' un outil qui, émanant des citoyens,  serait à leur service,  afin de leur permettre d’intervenir, de participer, et  d’influer sur la vie démocratique et politique  du pays.  

Il s’agirait ainsi de réclamer la constitutionalisation d’une institution spécifique qui sera le vecteur de toutes les propositions citoyennes à venir.  Il serait par exemple envisageable de faire aboutir par ce moyen et l'organisation de débats publics ou de référendums citoyens, des régles établissant le non cumul des mandats, le vote blanc, des modifications du mandat présidentiel,  ou toutes mesures nécessaires à l'amélioration de la démocratie.

 

Le combat démocratique se limiterait ainsi à l’intégration dans la constitution de la République, d'un véritable contre pourvoir citoyen. Le travail à faire  serait alors de définir les modalités d’organisation, la composition,  les fonctions, de cet instrument qui pourra ensuite se saisir des revendications citoyennes, d'en organiser la discussion, de faire pression pour les faire avancer, de les transformer en réalités juridiques, et agir sur la chose publique.  (Pour un aperçu des éventuelles fonctions d’un tel contre pouvoir citoyen;.  https://blogs.mediapart.fr/bernard-uguen/blog/020713/fonctions-dun-contre-pouvoir-citoyen-2 ) .  

En limitant ainsi le combat démocratique  à cette seule création institutionnelle,  il serait alors possible de faire converger toutes les luttes éparses pour la rénovation démocratique. La mobilisation prendrait alors une autre ampleur susceptible de peser efficacement sur le personnel politique en particulier dans la perspective de la présidentielle de 2017. 

Je me propose  d'en faire la proposition aux multiples groupes  qui oeuvrent à la rénovation de notre démocratie pour envisager une stratégie commune de communication à developper dans le cadre de la campagne présidentielle de 2017.

Je serais trés heureux d'avoir votre avis et vos remarques  sur une telle idée et suis ouvert à toute collaboration.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.