Contre la TVA" Patronale" de Hollande, tous ensembles à Bercy le 1er décembre

Après avoir annulėe la TVA "sociale" de Sarkozy, Hollande nous impose sa TVA "patronale". Les 20 milliards du Crėdit d'Impôts Compétitivité (conçu pour "améliorer les marges des entreprises" sic : conférence de presse de Hollande de mai 2013) financés sur nos impôts, sur la diminution des services publics et sur la hausse de la TVA, vont enrichir les actionnaires des grandes entreprises mais amener la récession et couler notre économie.

Après avoir annulėe la TVA "sociale" de Sarkozy, Hollande nous impose sa TVA "patronale". Les 20 milliards du Crėdit d'Impôts Compétitivité (conçu pour "améliorer les marges des entreprises" sic : conférence de presse de Hollande de mai 2013) financés sur nos impôts, sur la diminution des services publics et sur la hausse de la TVA, vont enrichir les actionnaires des grandes entreprises mais amener la récession et couler notre économie.


L'économie Française dépend de la consommation des Français. La hausse de la TVA va encore baissé leur pourvoir d'achat. Tous les consommateurs doivent donc s'engager et revendiquer haut et fort pour le défendre. La manifestations du 1er décembre à Paris n'est pas la manif d'un parti, mais un moyen d'exiger le respect des engagements de Hollande d'améliorer la vie. Il y a urgence, le buletin de vote dans 6 mois ne suffit pas, la récession dûe à la hausse de TVA, c'est maintenant (le 1er janvier) et c'est maintenant que nous devons lutter pour ne pas sombrer encore plus bas.


Cette baisse du pouvoir d'achat ne va pas seulement diminuer le niveau de vie des salariés, elle met aussi en danger toute l'économie des services : artisans, petits commerçants, aides à domicile, industrie des loisirs... Ceux-ci vont progressivement faire faillite par la perte de leurs clients. Ces petits entrepreneurs sont ceux qui risquent le plus de la récession, car, contrairement aux salariės, ils n'ont pas de chômage et sont souvent ruinés et sans ressources après une faillite. C'est parce que leur survie dépend du pouvoir d'achat de leurs clients qu'ils doivent se joindre aux salariés pour manifester, le 1er décembre à Paris, pour l'annulation de l'augmentation de TVA au 1er janvier. 


Certes ces petits entrepreneurs ont plus l'habitude de l'indépendance et n'ont guère le reflex de la solidarité avec les salariės. Mais il est grand temps qu'ils comprennent que l'union fait la force et qu'ils doivent joindre leurs forces à celles des consommateurs. L'union devant un danger commun est possible, la révolte des bonnets rouges l'a montrer. Encore ne faut-il pas se tromper d'alliés, l'union Medef et salariés bretons ne sert que le Medef, alors que l'union, salariės et petits entrepreneurs, serait bénéfique à chacuns. Ils ne doivent pas non plus céder aux sirènes des démagogues qui leurs promettent que le salut est dans le rejet des autres. Les autres se sont leurs clients et leur survie commune dépend de leur union pas de leur concurrence. Le FN, en montant les uns contre les autres, ne peut qu'amener la guerre civile entre les différentes composantes de la société et ruiner l'économie.

Plus nous seront nombreux pour exiger l'annulation de l'augmentation de la TVA, plus nous auront de chance de l'obtenir. Dans la manifestation, rien n'empêche de montrer sa spécificité en affichant bien haut ses slogans. Pour ma part j'y serai, avec mon "porte-parole" à quatres pattes (mon chien) qui portera ces slogans :

             Sarkozy : TVA Sociale

                             = 

            Hollande : TVA Patronale

et-------------------------------------------------------------- 

                  +  de TVA

                         =         

           -  de consommation   

                         =   

               +  de récession

 

Tous ensembles, consommateurs, artisans, petits commerçants, le 1er décembre, tous à Bercy, pour défendre l'économie Française.

Pourlavenir :

http://blogs.mediapart.fr/blog/pourlavenir

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.