Exigeons1 RÉFÉRENDUM/les réformes, PETITION=PREAVIS de GRÈVE des ACHATS

“Réformes” après “réformes”, Macron veut abattre notre MODÈLE SOCIAL. Chaque citoyen doit pouvoir s’exprimer sur ce CHOIX DE SOCIÉTÉ. En signant cette PETITION=PREAVIS puis en faisant la GRÈVE DE LA CONSOMMATION, il exige un RÉFÉRENDUM pour ou contre ces RÉGRESSIONS

lien direct vers la pétition

Contre la casse sociale de Macron et ses godillots LREM, certains demandent une grève générale, comme en mai 1968. Mais nous ne sommes plus à l’époque du plein-emploi, où les salariés pouvaient stopper la production et paralyser le pays. En 2018 la précarité et la menace du chômage empêchent les salariés de faire grève. Même les CDI sont désormais sur siège éjectable à cause du libre licenciement donné aux patrons par le PLAFONNEMENT des INDEMNITÉS Prud’hommales pour LICENCIEMENT ABUSIF. Dans les faits le DROIT DE GRÈVE N’EXISTE PLUS, il est désormais plus RENTABLE de payer les faibles indemnités, pour licenciement abusif pour fausse faute, que de garder un syndiqué ou un gréviste. Les salariés doivent donc trouver d’autres modes d’actions.

Contre le gouvernement, certains prônent de ne pas payer leurs impôts sur le revenu, ils y risqueraient gros en pénalités. Mais en fait ils peuvent faire une grève des impôts tout à fait légale et même qui leur rapporterait des économies. Le financement principal de l’État ne se fait pas par l’impôt sur le revenu ou par l’impôt sur les sociétés, mais par les IMPÔTS SUR LA CONSOMMATION (la TVA et les taxes sur les carburants, le tabac, les alcools, les appareils électroniques, etc). Aussi nous devons prendre conscience que notre RAPPORT DE FORCE CITOYENS/GOUVERNEMENT passe par NOTRE CONSOMMATION. TOUS UNIS dans une GRÈVE des ACHATS nous pouvons imposer au gouvernement qu’il tienne compte de nos volontés sur sa politique.

Oui mais, pour faire la grève, il faut un PRÉAVIS DE GRÈVE ! Comme un salarié absent n’est pas en grève sans préavis, un consommateur n’achetant pas n’est pas en grève.

Pour que la baisse des chiffres d’affaires soit visible et explicable par la grève des achats, il faut un PRÉAVIS DE GRÈVE DE LA CONSOMMATION. Chaque gréviste des achats doit s’engager publiquement, dans une PÉTITION, à acheter le minimum nécessaire pour vivre et en particulier s’engager à boycotter les produits des multinationales qui ne payent pas d’impôts.

Toute grève à un but à atteindre pour être arrêtée. La grève des achats doit réclamer un RÉFÉRENDUM sur : POUR ou CONTRE la poursuite des (contre-)RÉFORMES du gouvernement. Ainsi chaque Français pourrait choisir son avenir. Il pourra dire oui à la société de concurrence du tous contre tous, de la privatisation des services publics et la dérégulation de la vie en société. Ou, il pourra dire non au défilé des casses, casse sociale (après le démantèlement du code du travail, les radiations massives des chômeurs au prétexte de non-recherche=non-trouver d’emploi, démantèlement des statuts du service public...), casse des services publics (diminution des postes, privatisations SNCF et aéroports, ventes des cagnottes du budget=Française des jeux…), casse de l’éducation pour tous (sélection à l’Université, suppression de postes d’enseignants, déshabiller la campagne pour habiller la banlieue...), casse démocratique (réforme constitutionnelle avec affaiblissement du parlement, droit des affaires supérieur à l’intérêt général, surveillance et répression généralisée pour tous les contestataires au prétexte du terrorisme...) casse budgétaire (suppression ISF, flat taxe/dividendes, exonération charges et cadeaux fiscaux aux entreprises, organisation des optimisations et liberté laissée à l’évasion fiscale...), casse médiatique (mise en dépendance des médias publics dans une nouvelle ORTF, libres monopôles de 9 oligarques sur les médias français : TV, radios, journaux… ).

Tous les Français, jeunes, vieux, actifs ou chômeurs, pensionnés ou malades pourront ainsi, aussi choisir de DÉFENDRE LA SÉCURITÉ SOCIALE qui sera la CONTRE RÉFORME ultime, que le PRÉSIDENT des ULTRA-RICHES veut passer avant la fin de son mandat. Nous devons et nous POUVONS TOUS revendiquer par notre pouvoir de NON-achat de CHOISIR LA SOCIÉTÉ dans laquelle nous voulons vivre.

Tout le monde peut faire cette grève, pas besoin de perdre des heures de salaires, pas besoin de risquer matraques et lacrymos dans les manifestations (peut-être interdites au prétexte de terrorisme). Même les retraités en EHPAD ou les malades à l’hôpital peuvent signer cette PÉTITION-PRÉAVIS de GRÈVE pour défendre leurs conditions de vie. Même ceux qui ne consomment déjà plus, car ils sont au chômage, avec une misère pour survivre, peuvent donner un sens à leur non-consommation et réclamer plus de partage (du travail et des richesses).

Donc SIGNONS TOUS cette PÉTITION-PRÉAVIS pour avertir le pouvoir que nous refusons de nous laisser dépouiller de nos droits, et que nous agirons jusqu'à ce que notre MONARC nous donne la parole par un RÉFÉRENDUM.

------

Adresse pétition sur Change.org :

lien direct vers la pétition

ou

https://www.change.org/p/pour-1-r%C3%A9f%C3%A9rendum-sur-les-r%C3%A9formes-de-macron-par-la-gr%C3%A8ve-de-la-consommation?recruiter=564388262&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=share_petition&utm_term=share_petition

 

Introduction de la pétition :

Comme Stéphane Hessel, je m’indigne.

Je m’indigne, devant la casse du droit du travail, déjà exécutée. Je m’indigne devant les casses en cours, casse de l’éducation nationale (fermeture des petites écoles de campagne, sélection à l’entrée de l’Université...), casse de la santé (asphyxie des hôpitaux publics et des EHPAD) , casse des collectivités territoriales (diminution des dotations, suppression de la taxe d’habitation…), casse des services publics et de la SNCF (diminution des postes dans la fonction publique, suppression du statut des cheminots puis des fonctionnaires, privatisation de la SNCF…).

Je m’indigne devant la chasse aux chômeurs, organisée avec 1000 contrôleurs de Pôle-emploi de plus, pour faire baisser les statistiques du chômage et couper les vivres des chômeurs pour quelques millions d’économie. Je m’indigne “qu’en même temps”, par contre, le gouvernement n’organise PAS DE CHASSE AUX FRAUDEURS FISCAUX. C’est avec de moins en moins de fonctionnaires pour traquer les fraudeurs dans les paradis fiscaux (paradis fiscaux qui d’ailleurs n’existent pas dans l’UE ! Luxembourg Irlande, îles anglaises…?) que le ministère des finances va appliquer sa mini réforme sur l’évasion fiscale, tout en maintenant le verrou de Bercy pour les poursuites de fraudeurs. Je m’indigne que l’État ne récupère donc pas les 80 MILLIARDS d’ÉVASION FISCALE dont le budget de l’État aurait tant besoin (en particulier pour nos hôpitaux à l’agonie).

Je m’indigne, devant les projets déjà programmés de casse de l’information (loi de censure sur les “fake news”, nouvel ORTF), de casse de la démocratie (réforme constitutionnelle limitant le pouvoir du parlement, lois de surveillance et de contrôle des citoyens au prétexte de terrorisme). Et je m’indigne de la CASSE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE qui viendra inévitablement ensuite.

A partir de maintenant, je ne me contente plus de m’indigner, à partir d’aujourd’hui j’AGIS. Je RÉSISTE en faisant la GRÈVE des achats, jusqu'à ce que le président de la république organise un RÉFÉRENDUM : POUR ou CONTRE la poursuite des “RÉFORMES”. Et pour lui signifier ma grève, je signe cette PÉTITION-PRÉAVIS de GRÈVE de la CONSOMMATION.

 

Texte de la pétition-préavis d’ENGAGEMENT à la grève de la consommation, jusqu'à obtenir un RÉFÉRENDUM sur la poursuite des “réformes”.

Monsieur le président

M. Macron, toutes vos “réformes”, exécutées ou à venir, n’ont qu’un but, déconstruire notre modèle social pour le transformer en société ultralibérale. Vous exécutez à la lettre le programme “blitzkrieg” élaborée par le MEDEF, promis par Fillon, et exigée par vos sponsors du CAC 40 et de la City (vous les avez déjà bien récompensés avec la disparition de l’ISF, la flat taxe sur les dividendes et la mort du code du travail)

M. Macron je m’indigne que, pour passer vos (contre-)réformes par ordonnances, vous montiez toujours les Français les uns contre les autres, salariés du privé contre fonctionnaires, actifs contre chômeurs, jeunes contre retraités, jusqu'à SDF contre réfugiés, dans la CONCURRENCE du TOUS CONTRE TOUS.

M.Macron, devant toutes ces indignations, je dėcide d’AGIR, d’agir d’une manière non violente. Je choisis la désobéissance civile de faire la GRÈVE de la CONSOMMATION jusqu'à ce que vous consultiez l’ensemble des citoyens sur le choix de société ultralibérale que vous voulez nous imposer par ordonnances. Je ne cesserais ma grève des achats que quand vous nous proposerez un RÉFÉRENDUM sur la poursuite de vos réformes.

Monsieur le Président je M'ENGAGE.

Je m'engage à réduire ma consommation au stricte minimum pour les produits de première nécessité. Et surtout je m'engage à ne pas acheter tous les produits des MULTINATIONALES qui délocalisent, exploitent leurs salariés, écrasent leurs fournisseurs, polluent et/ou ne paient pas d'impôts... (ex Apple, Coca-cola, Lactalis, L'oréal, Mac Do, Nestlé, Starbuck, Unilever...).

Pour rendre VISIBLE ma grève de la consommation, je m'engage à ne plus fréquenter les enseignes de la GRANDE DISTRIBUTION (Auchan, Carrefour, Casino, Intermarché, Leclerc, Super U...) tous les jeudis (jour des manifestations syndicales). Cette concentration sur un jour d’HYPERMARCHÉS MORTS, permet la concrétisation de cette grève des achats dans les tiroirs-caisses (baisse des chiffres d'affaires).

Au mieux, si nous sommes des millions à faire cette grève de la consommation, j'obtiendrai que vous pratiquiez la démocratie participative en lançant un RÉFÉRENDUM : POUR OU CONTRE LA POURSUITE DES “RÉFORMES”. J'obtiendrai aussi de faire comprendre aux multinationales que les (non)consommateurs sont rois, qu’ils peuvent faire ou défaire leurs fortunes. Et cette remise en cause de la société de consommation, qui détruit notre environnement, pourra aussi limiter le réchauffement climatique qui menace l’ensemble des humains.


Au mieux j'aurai gagné un avenir meilleur pour moi et mes enfants. Au pire, j'aurai fait des économies et j'aurai réfléchi à ce qui m'est vraiment nécessaire pour vivre. J'ai donc TOUT À GAGNER à faire la grève de la consommation.

M. Macron, contre vos réformes ultralibérales, moi je RÉSISTE !”

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.