Le BLUFF de Valls trompera-t-il les "socialistes" ?

Il n'y a pas d'alternative (TINA) : LES DÉPUTÉS NE DOIVENT PAS VOTER LA CONFIANCE. Pas besoin "de recrėer un espace critique".

Comment les "socialistes" peuvent-ils tomber dans le BLUFF de Valls-du-medef.

- Comme si le roi Hollande voulait perdre tout son pouvoir dans la cohabitation d'extrême droite ou de droite qu'entrainerait une dissolution !

- Comme si Valls pouvait risquer de disparaitre avec la dissolution ! (à moins que Hollande pense le garder 1er ministre avec une majoritė UMP et même FN?). Disparaître sur un tel échec serait pour Valls sa plus sûre fin pour 2017 (ou 2015 ?). 

- Comment Hollande, comme Valls, peuvent-ils croire qu'en devenant dictateurs et en gouvernant par ordonnances, ils ralieront en 2017 les voix des Français sur leur dictature. 

Les "contestataires socialistes" ont-ils vraiment perdu la tête, ou alors, ils nous font le coup de "c'est pas moi c'est lui", en 2017 (ou en 2015), ils nous diront "votez pour moi, moi je n'étais pas d'accord mais je n'ai rien pu faire". De pareils hypocrites doivent définitivement disparaître de la scéne politique.

Vite tuons le PS, aprés la dissolution si Hollande et Valls sont assez cons pour la faire.

--

Ci-dessous la lettre ouverte adressée aprés les européennes aux députés socialistes :

 

Lettre ouverte aux députės PS 


Mesdames, Messieurs les députés
C'est l'heure du courage ou de la couardise. Le vote du budget rectificatif marque, soit la reddition définitive de tous les députés Ps au pouvoir exécutif et la confirmation de l'inutilité d'un parlement, simple chambre d'enregistrement, soit un sursaut démocratique, avec un parlement qui contrôle le pouvoir exécutif et s'assure que la volonté des électeurs est respectée (comme le sénat amėricain).


Valls, pour assouvir son ambition de devenir président, a choisi sa stratégie. Détroner Hollande, le discréditer dans l'opinion public et le remplacer au service de la finance. Il lui faut être le chef à la place du chef, tout en rassurant les puissants qu'il continue et même amplifie sa politique ultra-libérale de casse des acquis sociaux et de cadeaux aux plus riches. Par cette allégeance au capital, Valls compte récupérer le soutien des puissants et devenir leur favori à la place de l'UMP en décomposition. En 2017, il veut devenir l'unique champion anti-Fn, du Ps aussi bien que de la droite et devenir le favori des oligarques et de leurs tout puissants médias qui manipulent l'opinion public.


Si Valls continue sa politique, notre pouvoir d'achat, nos services publics et notre protection sociale s'écroulent. Les multinationales et leurs lobbies continueront de gouverner la France à leur bénéfice à travers leurs marionnettes que sont Hollande et Valls. Donc en 2017, Marine Le Pen deviendra présidente et aura les pleins pouvoirs que donne la 5ème république pour installer une dictature d'extrème droite et écrasser par la force toute opposition de gauche ou simplement républicaine. Devant l'aggravation de la situation française, l'extreme droite, au pouvoir, désignera toujours plus de boucs émissaires, intėrieurs et extrérieurs, cela nous mènera à la guerre civile ou/et à la guerre nationaliste. Nul ne peut dire où cela finira.


Valls brandît la menace de la dissolution, c'est sa politique ou votre retour à la vie civile. Certes sur le plan personnel vous avez beaucoup à perdre, la république est généreuse avec ses représentants. Mais Valls a encore plus a perdre au jeu de la dissolution, il y a peu de chance qu'il se relève pour 2017, de ce court et catastrophique passage en 1er ministre. Messieurs-dames les députés "frondeurs", avec ce vote sur le budget, c'est vous qui êtes en position de force. Soit vous tuer le parlementarisme, soit vous obtenez un retournement de la politique de l'offre en une politique de la demande, soit vous avez le courage de mettre le gouvernement Valls en minorité et imposer au président un gouvernement de cohabitation d'union de la gauche. Pour imposser l'autorité du parlement et déternimer les choix de politique économique, vous devez prendre le risque de la dissolution.


Une dissolution de l'assemblée amenerait une assemblėe dominée par le FN. Hollande serait obligé d'appeler Marine Le Pen au gouvernement dans une cohabitation avec l'extrème droite. Très rapidement, sa politique se montrerait une catastrophe pour notre économie et la cohésion sociale de la France. En trois ans, la France serait ruinée, mais la démocratie serait sauvée, car la preuve serait faite que le FN n'est absolument pas une solution. Marine Le Pen serait disqualifiée pour la présidence et les chances d'une vraie gauche unie renaîtrait. Entre la descente, à petits feux, aux enfers économiques de la recession de Valls et donc la disqualifiquation de toute la gauche pour 2017 et la possibilité d'une disollution immédiate, où est le plus grand risque ? Soit Valls tue toute la gauche et en 2017 l'extrème droite gagne le pouvoir et le garde pour le pire, soit vous gagnez et en 3 ans, la gauche prouve qu'elle peut améliorer la vie des Français.


Avec un "oui" ou une abstention, messieurs-dames les députés, vous rentrez dans le rang et vous vous assurez une compensation personnelle de sa majesté. Mais, avec un "non" au pacte d'IRresponsabilité, vous remettez en cause la politique de régression sociale de Valls et vous redonnez l'espoir en une union de la gauche. Vous avez le choix entre votre bien être personnel (a court terme!) et sauver la France de la recession. Le choix devrait être clair pour des élus du peuple, mais êtes vous vraiment des élus du peuple ou des courtisans, redevables qu'à notre monarque élu?


Pourlavenir 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.