POUR UNE ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE D’EMANCIPATION

Les Rencontres de la Plaine entendent rompre avec les discriminations, les marchandisations, les dominations, à l’opposé de compromis qui alimentent un capitalisme prétendument vert, via le greenwashing, le social business, un néo-paternalisme caritatif… elles veulent, avec l’ESS de transformation, construire des chemins d’émancipation en alternative au capitalisme et au social-libéralisme.

Le système libéral montre chaque jour l’impasse dans laquelle il emmène l’ensemble de la planète. Alors même qu’accroissement des inégalités et des désordres et restriction des libertés sont provoquées par la vague libérale portée par les forces économiques dominantes et les politiques des gouvernements successifs

Chaque crise génère des expressions qui portent de nombreuses aspirations et utopies qui, toutes, supposent une transformation profonde des modèles économiques, sociaux, écologiques dominant aujourd’hui. La refondation des services publics reste au cœur des débats. A tous niveaux, aspirations démocratiques et solidaires s’affrontent aux attitudes les plus sécuritaires et à des replis nationalistes, au cœur d’une crise mondiale. La dimension territoriale des besoins et des réponses à leur apporter concerne nombre d’actrices et d’acteurs.

Où se situe l’ESS dans ce contexte ?

Après plus d’un siècle d’existence, l’ESS demeure dans ses principes du côté́ de la démocratie, de la responsabilité́, de la solidarité́ et de l’intérêt général. Mais certaines de ses structures, confrontées au « social bashing » sont tentées d’abandonner leurs valeurs pour survivre. Économie de personnes et non de capitaux, elle est attachée aux espaces et aux lieux de vie et d’échanges. Les rapports à l’État sont en revanche plus complexes. Longtemps l’ESS s’est voulue dans un entre-deux entre l’État et le marché́. Alors que les gouvernements cherchent à̀ imposer un État qui serait l’État du marché́, l’ESS ne doit-elle pas se positionner résolument en alternative au capitalisme, du côté́ de l’émancipation et de la résistance? Alors que des entreprises  et certains courants politiques cherchent à utiliser l’ESS pour supporter les dégâts du marché et redorer leur blason, comment l’ESS peut-elle promouvoir une autre façon de vivre et travailler sur la planète dans le respect de la biodiversité  ? Alors même que certains tenants de services publics centralisés et « tout administrés » ont souvent des réticences à son égard, à quels « communs », à quelles convergences l’ESS peut-elle contribuer ?

Territoires solidaires, nouvelles formes d’intervention sociétale, nouveaux rapports au et dans le travail, modèles économiques, écosystèmes locaux, positionnement politique de l’ESS, solidarités internationales dans la perspective d’une transformation démocratique, économique, sociale et écologique : tous ces thèmes ont leur place dans cet espace de débat, de partages et de construction commune que nous proposons. Les Rencontres de la Plaine sont déterminées à rompre avec les discriminations de tout genre, les marchandisations, les dominations, à l’opposé de compromis qui alimentent un capitalisme prétendument vert, via le greenwashing, le social business,  une RSE  de petits joueurs, un néo-paternalisme caritatif… avec toutes celles et tous ceux, personnes  individuelles, collectifs, structures, institutions, elles veulent avec l’ESS de transformation, construire des chemins d’émancipation en alternative au capitalisme et au social-libéralisme.

EMI/CFD – GOEES - Rencontres Sociales - Institut Polanyi

avec le soutien de « l’Humanité » « Politis » et de Plaine Commune

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.