Le faux contre Kundera où la maladie d'une presse internationalement alitée

"Famous Czech-born writer Kundera denounced man in 1950 - CT", l'écrivain célèbre d'origine tchèque a dénoncé un homme en 1950 selon la TV tchèque", a titré le site web tchèque Ceske-Noviny reprenant une info de la télé publique de Prague, avant de rectifier le tir mercredi 15 octobre, en émettant les réserves des archivistes de la sécurité tchèque qui estiment qu'il pourrait fort bien s'agir d'un faux.

"Famous Czech-born writer Kundera denounced man in 1950 - CT", l'écrivain célèbre d'origine tchèque a dénoncé un homme en 1950 selon la TV tchèque", a titré le site web tchèque Ceske-Noviny reprenant une info de la télé publique de Prague, avant de rectifier le tir mercredi 15 octobre, en émettant les réserves des archivistes de la sécurité tchèque qui estiment qu'il pourrait fort bien s'agir d'un faux. Un historien vient de communiquer le nom de l'étudiant qui a réellement balancé l'agent secret de l'ouest en mars 1950 ... A méditer à l'occasion des états généraux de la presse, autant pour l'AFP que pour les autres, qui ont véhiculé un mauvais plan sans voir à quel point ils se sont discrédités!

Milan Kundera, spisovatel a básník

vydáno: 12.10.2008, 20:31 | aktualizace: 12.10.2008 20:35

 

 

ČT: Kundera prý v mládí udal policii známého

 

 

"Prague - Famous Czech-born writer Milan Kundera, 79, allegedly reported a friend of his fellow student to the communist secret police StB when he studied university, the public Czech Television (CT) reported today, citing the latest issue of the weekly Respekt that will be out on Monday."

 

Voilà un nouveau et fort joli cas d'école : l'accusation portée en début de semaine contre l'écrivain d'origine tchéocoslovaque Milan Kundera, victime de ce qui ressemble fort à une mauvaise "plaisanterie" - le titre d'un de ses meilleurs romans - se dégonfle doucement, mais sûrement, par la voix des services d'archives de la sécurité tchèque, qui précise que le document n'est pas fiable à 100%, qu'il pourrait s'agir d'un faux anti-daté, et que le dossier a été consulté plusieurs fois par d'anciens policiers communistes, puis en 2006 par une ex victime du régime pro-russe, enfin en 2008 par l'Institut d'études des régimes totalitaires tchèque, lequel avait organisé la fuite vers la rédaction de la télévision CTK.

Mercredi, un historien a pris la parole pour expliquer qu'un étudiant tchèque avait été à l'origine de la dénonciation à la police de l'agent de l'ouest Miroslav Dvoracek, que ce document à l'authenticité non assurée attribuait à Kundera.

 

La rédaction de Ceskenoviny.cz s'est procurée le texte de l'archive, publié avec une photo prise dans la cour du commissariat de Prague en mars 1950, période où le document en cause dit que M. Kundera serait aller faire une déposition impliquant l'ex agent de l'ouest :

 

Záznam o výpovědi Milana Kundery a zatčení Miroslava Dvořáčka

Nové vozy Volha pro Veřejnou bezpečnost. - ilustrační foto

vydáno: 13.10.2008, 11:59 | aktualizace: 13.10.2008 12:13

 

 

 

Praha - Záznam o výpovědi Milana Kundery na Obvodním velitelství národní bezpečnosti a o zatčení Miroslava Dvořáčka v Praze, jak jej zveřejnily týdeník Respekt a Ústav pro studium totalitních režimů:

 

 

 

OVNB 6 odd.II Praha 6

V Praze dne 14.3.1950

 

Záznam:

 

Dnešního dne o 16 hodině dostavil se ku zdejšímu oddělení studující Milan K u n d e r a nar. dne 1.4.1929 v Brně, bytem v Praze VII, studentská kolej, Tř. Krále Jiřího VI a udal, že v této koleji bydlí studentka Iva M i l i t k á, která sdělila studujícímu Dlaskovi z téže koleje, že téhož dnes se sešla na Klárově v Praze s jistým známým Miroslavem Dvořáčkem. Tento prý si k ní dal do úschovy 1 kufr s tím, že si pro něj příjde během odpoledne dne 14.3.1950. Na základě tohoto hlášení odešel na místo vstržm. Rosický společně se stržm. Hantonem, kde provedli prohlídku kufru, ve kterém byly 2 klobouky, 2 páry rukavic, 2 brýle proti slunci a krabička krému. Podle prohlášení Militké Dvořáček měl udánlivě sběhnouti z vojny a snad měl býti od jara minulého roku v Německu, kam ilegálně odešel. Nahlédnutím do knihy pátrání bylo zjištěno, že týž jest hledán KVNB odd.IV v Plzni pod.č.E 2434/49-IV k zatčení. Na základě tohoto zjištění zůstali výše uvedení orgánové ve studentské koleji střežit v pokoji uvedené Militké. Kolem 20 hodiny se jmenovaný Dvořáček skutečně do tohoto pokoje dostavil a byl zatčen. Při osobní prohlídce u něho byl nalezen občanský průkaz na jméno Miroslav Petr, o kterém Dvořáček prohlásil, že jej dostal v Německu od jisté Fy, která jej poslala do Československa za účelem navázání obchodních styků této fy s ministerstvem techniky. Týž měl vejíti ve styk s jistým ing. Solmanem z Vršovic Tolstého ulice č. 4, který jest na tomto ministerstvu zaměstnán.

 

Jar. Rosický

 

C'est écrit en tchèque dans le texte, mais au moins, on voit bien qu'il s'agit de l'équivalent strict d'une main courante de police dans nos commissariats et que cette pièce est bien datée du 14 3 1950, alors que selon le site web20, l'arrestation de Dvoracek avait déjà eu lieu!

Cerise sur le gâteau pour l'auteur de L'insoutenable légèreté de l'être et du Livre du rire et de l'oubli, un historien tchèque réputé vient d'annoncer à la même TV CTK que Dvoracek avait été "balancé" à la police par un étudiant de l'époque dont il leur a donné le nom. Sombre fin d'un feuilleton qui démontre une fois de plus, que depuis l'épisode du charnier de Timisoara lancé par une agence serbe opposée aux démocrates roumains, en passant par les vrais-faux passeports, l'attentat de 1994 au Rwanda, les frégates de Taïwan II et le non lieu qui innocente tous les élus français pourtant bel et bien impliqués à gauche comme à droite, il n'y a pas qu'au tribunal que se produisent des erreurs judiciaires ou des non sens.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.