Billet de blog 23 juin 2016

Tout le football qu’on aime

Il a commencé bien mollement cet Euro. Un Portugal catastrophique, une Belgique soporifique, une France léthargique. On s’est beaucoup ennuyé. Mais ça, c'était avant.

Pierre Puchot
Reporter Maghreb & Moyen-Orient
Journaliste à Mediapart

Il a commencé bien mollement cet Euro. Un Portugal catastrophique, une Belgique soporifique, une France léthargique. On s’est beaucoup ennuyé. Seul le jeu des pronostics à Mediapart nous convainquait de suivre encore cet Euro de joueurs fatigués et fatiguant, crispés sans doute par l’enjeu, peut-être aussi par un règlement (notamment ce système des meilleurs troisième) inédit et opaque.

Mais ça, c’est avant.

Islande-Autriche au Stade de France, le 22 juin 2016. © Pierre Puchot

Avant la dernière journée des matchs de poules, et la victoire de la Croatie contre l’Espagne (en se privant de l’idole Modric s’il vous plait, jusque-là le meilleur de la compétition avec Payet) qui a véritablement lancé la compétition.

Ce dernier tour fut de toute beauté avec, au bout du suspens, l’Islande. Tout le football qu’on aime, qui résiste aux gros sous pour nous offrir du spectacle haut de gamme et des surprises, quand l’engagement porte au même niveau les stars portugaises et les Hongrois anonymes, pour un somptueux 3-3 hier soir qui, ô miracle, qualifie les deux équipes.

Du dépassement de soi, aussi. C’est ce qu’il a fallu à l’Islande pour venir à bout d’Autrichiens tétanisés par l’enjeu en première mi-temps. En tribune, le match battait son plein, quand sur le terrain, l’Autriche peinait à enchaîner deux passes.

En seconde mi-temps, l’Autriche se reprenait, et les deux équipes offraient le spectacle parfait d’une lutte intense et indécise. Bien sûr, c’était un peu le football de papa, grandes transversales, têtes, siège devant la surface de réparation, tirs et contres désespérés. Mais quel plaisir que cette fougue et ce panache retrouvés ! L’Islande, tout sauf un miracle, on était bien d'accord pour une fois avec l’Equipe et son beau reportage vidéo.

Place désormais aux matchs à élimination direct. Dimanche, les Français vont d’abord jouer les Irlandais, le public le plus sympa de l’Euro. En quarts, se profile ensuite un France-Angleterre de légende. La dernière fois, c'était à l'Euro 2004? Un match fou, 2-1, victoire française et un Zidane éclairé qui annoncait les exploits de la Coupe du Monde 2006. Contre les Anglais, les footballeurs Français sont toujours en forme.

Déjà là en 2004, l'attaquant britannique Wayne Rooney retrouve, lui, un peu de lustre avec cet Euro. Il est le trait d’union entre le football total, box-to-box, que pratiquaient jadis les Anglais, et celui, plus technique, que le sélectionneur anglais, Roy Hogson, tente de mettre en place désormais. Le football de papa et la technique des joueurs d’exception. Tout le football qu’on aime.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin